(Test FG – Jeux vidéo) The Incredible Adventures Of Van Helsing III

 
Dans un monde où Diablo règne en maitre pour avoir inventé le style, d’autres se sont fait une place malgré tout. Torchlight est devenu rapidement un des favoris des puristes du point-and-click et d’innombrables clones ont suivi. Mais qu’est-ce qu’il y a sur le marché pour quelqu’un qui veut un jeu d’aventure sans la thématique Donjon et Dragon ? Un peu de Steampunk ? D’arme à feu ? De monstres fabriqués à la Frankenstein ? De dimension parallèle et de descente au purgatoire ? Un acolyte fantôme qui aime bien vous mettre dans le trouble ? Ne chercher plus, The Incredible Adventures of Van Helsing III contient tout ça et encore plus.

Note : Le jeu est le troisième de la série et complète l’histoire déjà établie. Je n’ai pas joué aux 2 premiers ainsi qu’aux multiples DLC de la série.

2015-06-03_00004

Les choix de classes étant non conventionnel, il faut bien lire les descriptions.

Van Helsing, le fils, pour ceux qui le connaissent est un drôle de héros qui utilise une technologie un peu en avance sur son temps pour arrêter les monstres et vampires qui pullule dans son univers fantastique. Aidée de sa compagne de voyage Lady Katarina un fantôme dont la raison d’être (ou de ne pas être) est mystérieuse, il doit sauver la contrée de Borgovia qui est en train de s’effondre sur elle-même. Un terrible ennemi nommé le Tsar sans Visage, a changé le temps et introduit des portiques qui ont laissé filtrés les monstres venus de « l’Encre » une dimension parallèle que seules les morts peuvent accéder.

2015-06-03_00003

Votre repaire, vous y passerez beaucoup de temps… à explorer les menus.

Ce chapitre commence avec très peu de résumés des précédents épisodes. Ce que l’on comprend c’est qu’un scientifique nommé Fulmigati a découvert la science bizarre (weird science) que l’on a combattu un le comte Vlados, un vampire qui sort le jour et qui est maintenant notre allié. Et que nous sommes le chef de la résistance contre l’armée des ténèbres. Il nous reste donc à trouver le Tsar pour en finir avec ce malheur et empêcher Borgovia de devenir un paradis pour les monstres. Mais avant de plonger dans l’histoire, vous devez choisir votre personnage parmi les 6 types suivants :

  • Le Protector : un chevalier expert en combat corps à corps.
  • Le Bounty Hunter : le plus ressemblant au Van Helsing classique
  • Elementalist : Votre magicien de service
  • Umbralist : un combattant qui peut devenir invisible et projeter certains sorts.
  • Phlogistoneer : un genre de Space Marine Steampunk avec une armure exosquelette.
  • Constructor : Spécialiste de machinerie qui peut construire des alliés robots pour l’aider.

Étant un amateur de gadget j’ai opté pour le « Constructeur ». Bonus, il est accompagné d’un drone volant que l’on peut équiper de toute sorte d’armes. C’est comme si j’avais trois héros au lieu de seulement deux. Lady Katarina ne change pas, peu importe votre classe de héros, et il est à noter qu’elle est très puissante et vaut amplement la peine de lui donner de bons équipements et des points d’améliorations. Lady Katarina possède une large sélection de pouvoir qui lui permet d’aider Van Helsing en absorbant des dommages pour lui ou en augmentant certaine de ses habiletés, il est aussi possible de modifier la tenue de Katarina en cours de partie, en changeant les paramètres de comportement. Elle peut donc se concentrer sur la défense ou l’attaque, ramasser des trésors ou non. Une fois votre Personnage choisi, 3 modes de jeu sont possibles ; la campagne seule, le mode scénario que l’on débloque en jouant seul, ou le mode coopératif et PvP en ligne. Malheureusement pour nous le mode en ligne est dépeuplé et seul le mode histoire semble attirer les gens.

2015-06-04_00005

Les interludes donnent place à de superbes dessins.

Le jeu commence doucement avec des vagues de montres plus ou moins difficiles, ce qui permet de s’acclimater avec le combat. (J’ai utilisé la manette de Xbox sur mon PC qui est très bien implémenté d’ailleurs.) Pour ce qui est des menus et des millions de possibilités offertes par le jeu, il vous faudra atteindre le niveau 7 et beaucoup d’essai et erreur afin de tout comprendre. Il y a une grande quantité d’équipement disponible, mais aussi de potions, artéfacts, trophées, bagues et autres. Tout peut être combiné, enchanté, désassemblé, augmenté, forgé l’un avec l’autre. Ça fait beaucoup de choses dans le menu. De plus il y a les habiletés, les auras, les « perks » (bonus) et j’en passe sans oublier l’équivalent ou presque pour Lady Katarina. Pour être parfaitement honnête, je n’ai pas utilisé les potions et les essences. Probablement parce que mon personnage n’était pas très orienté vers la magie, mais aussi parce que j’avais déjà beaucoup à gérer avec mon canon volant mobile, mes minidrones, mes insectes mécaniques et Lady Katarina.

2015-06-01_00001

Vous espériez un Monologue maléfique? Dit le boss final.

Si vous pensez que c’est beaucoup trop pour votre cerveau, attendez de voir la suite. Van Helsing est le chef de la résistance, ce qui veut dire que nous devons aussi gérer des bataillons de soldats pour effectuer une série de missions sur le côté. Ces missions vous sont offertes dans votre repaire sous-terrain ou vous pouvez retourner en tout temps. Il est aussi possible de faire certaines de ces missions vous-même au lieu d’envoyer vos troupes. Chacun des 4 capitaines à votre disposition possède ses propres qualités et son arbre d’amélioration ainsi que des cases pour équiper des objets magiques. L’autre créature à votre disposition est une Chimère qui elle aussi possède sa propre campagne de mission à effectuer. Les missions sont classées par niveau de difficulté, et ça ne prendra pas beaucoup de temps à votre chimère à monter en grade et être capable d’effectuer les missions sans trop de difficulté. Il est possible d’ignorer tout cela et se concentrer sur Van Helsing, mais ces missions vous rapportent trésors et expérience qui peuvent être utiles si vous jouez à un niveau plus difficile.

2015-05-28_00005

la classique arène de combat. bizarre il n’y a plus personne à la fin du spectacle!

Bon assez pour la mécanique et parlons enfin du jeu. The Incredible Adventure of Van Helsing III possède un scénario solide et de bonnes lignes de texte qui vous feront rire et vous motiveront à compléter les missions. L’équipe se plait à réécrire les mythes et légendes de notre enfance comme Hansel et Gretel avec une pauvre sorcière qui se plaint que deux enfants possédés du démon sont venus manger sa maison ! Comte Vlados, le Vampire réformé, sonne comme un vendeur de voitures usagé et Lady Katarina possède une des histoires familiales les plus farfelues qu’un fantôme peut avoir. Il faut rajouter à cela la panoplie de personnages secondaires qui ont tous des histoires plus abracadabrantes les uns que les autres et qui tentent de vous convaincre de les aider. On avance dans les différents tableaux avec la vue isométrique traditionnelle. Les éléments qui cacheraient normalement la vue passent en transparence, ce qui fait qu’on ne se retrouve pas dans un coin perdu incapable de vois ce qui se passe. Notre personnage est immobile lorsqu’il fait feu ou frappe l’ennemi, d’où l’importance d’avoir une bonne défense ou assez de chance pour éviter les coups. J’ai eu des tonnes de plaisir à écraser les multiples monstres qui hantent Borgovia, et encore plus à les terroriser dans leur propre domaine une fois que j’ai pu entrer le monde de l’Encre avec mon armée mécanique. Lady Katarina étant immortel, sa perte ne vous causera pas trop de problèmes, sino que de devoir attendre qu’elle se régénère et revienne à la vie (mort ?).

2015-06-04_00014

les village flottant sont légion dans le RPG, mais l’intro de celui-ci coupe le souffle.

Le graphisme ne casse rien en 2015, mais c’est plus qu’acceptable. La facture visuelle est bien construite et constante, ce qui est à mon avis la chose la plus importante. Une belle quantité de monstres est disponible pour votre plus grand plaisir et les variations disponibles de plusieurs d’entre eux ne nous donnent pas l’impression de toujours faire exploser la même foule. On se déplace dans des tableaux complètement différents l’un de l’autre. Et même s’ils sont relativement petits la facture visuelle est toujours unique. Forêt, village de nains, ville fantôme, cimetières et iles flottantes dans le ciel ne sont que quelques un des exemples de la multitude de zones « géographiques » dans lesquelles vous évoluerez. La musique, qui s’adapte à l’action, remplit bien son rôle malgré le fait que la balance proposée au début est vraiment trop forte par rapport aux voix et aux effets sonores. J’ai personnellement réduit le volume à 30%. La force de Van Helsing ce sont ses voix, toujours bien jouées et soutenues par une écriture solide et hilarante. En dehors de l’histoire principale, les deux protagonistes ne cessent de converser et de se lancer des bourdes. Le tout est assez intéressant que même si cela a peu à voir avec l’histoire vous arrêterez tout combat pour écouter les délicieuses répliques de Van Helsing.

2015-06-04_00009

Une certaine maison en bonbons…

La campagne terminée, il est toujours possible de rejouer en mode scénario. Une série d’objectifs vous sont donnés dans le monde déjà exploré. Ça permet de refaire des niveaux dans une direction différente ou avec un ami si vous activez le mode en ligne. Et comme je l’ai mentionné plus tôt le mode en ligne se meurt un peu.

2015-06-04_00010

Chaque niveau est unique, et celui de l’horloge est impressionnant.

Paragraphe obligatoire pour parler des 2 jeux précédents : comme je l’ai mentionné au début, je n’ai pas (encore) jouer au premier épisode, mais ont peu résumé les différences suivantes : Niveau maximum à 30, on ne peut pas importer le personnage des jeux précédents, arbre d’habileté simplifié, moins d’habiletés et de bonus, campagne plus courte. Ce qui me fait penser que le 3e jeu est probablement le meilleur point d’entrée dans la série pour ceux qui ne sont pas habitués à ce style de jeu d’aventure.

Points forts :

  • Histoire, narration, voix, humour.
  • Direction artistique
  • Profondeur et option de modification et personnalisation.
  • Choix de classe de personnage hors des sentiers battus
  • Diversité des ennemis et des tableaux
  • Quêtes secondaires simples et souvent drôles.

Points faibles :

  • Pas assez de tutoriels pour apprendre tous les menus.
  • Court, 10 heures pour compléter la campagne et les quêtes secondaires.
  • Activation de certains éléments est difficile même si la sélection de l’objet semble activée.

Disponible sur PC via Steam

-Eric Chamberland

Twitter @chambee

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s