(Test FG – Jeux vidéo) Coast Guard

 
J’aime beaucoup les jeux qui nous sortent de l’ordinaire et nous propose d’assumer des rôles qui ne sont pas militaires. Le problème avec ce type de jeu c’est qu’ils sont souvent une niche qui n’est exploitée par les plus petits studios qui n’ont pas toujours les moyens de leurs ambitions.

En 2003 un RTS, Emergency Fire Response, nous mettait dans la peau de pompier, une tentative plutôt réussie, mais qui souffrait de précision dans les contrôles et d’une campagne trop simple et courte. C’est donc avec intérêt que j’ai plongé dans le jeu Coast Guard, sans trop savoir ce que j’allais y trouver. Si à première vue le jeu semble offrir la conduite de bateau sur une mer relativement calme, j’espérais que mes journées en haute mer seraient plus excitantes que de suivre des coordonnées sur une carte.

2015-11-05_00009

La majeure partie du jeu consiste à interroger différent personnage et essayer d’en extraire des informations grâce à un système de dialogue.

Coast Guard de Reality Twist est tout sauf une simulation de bateau. Coast Guard nous met dans le rôle de Finn un garde-côte qui se retrouve mêlé à une histoire d’immigrant illégal, de meurtre et de plateforme de forage douteuse. Le jeu se déroule principalement à la première personne avec nos déplacements à bord de bateau, de plateforme de forage et même d’un bateau fantôme ! Le pilotage de navire peut se faire avec 10 différentes vues de caméra. Le gros de la mécanique de jeu repose sur une enquête que l’on mène au travers une série de dialogue. La deuxième mécanique majeure est la recherche d’indice, un peu à la manière d’un « point-and-click », ou il faut trouver des objets qui feront avancer la narrative. Le pilotage maritime arrive en dernier plan avec quelques missions de récupération, qui sont faites avec le bateau sœur (petit bateau qui se détache de notre navire) et quelques missions de combat d’incendies, car oui, notre navire possède aussi des lances.

2015-11-05_00003

Il est parfois nécessaire de lancer le bateau secondaire pour effectuer certaine mission de sauvetage ou accoster à la plateforme de forage.

Finn est dans la mer(de), il a mis son nez dans une histoire sordide de meurtre sur une plateforme de forage. Vous allez me dire que c’est son travail, sauf qu’à part le seul témoin repêché en pleine mer qui nous parle d’ogres et de zombies, personne n’est courant de quelque meurtre que ce soit. Crime parfait ? Conspiration? Perte de temps? Il vous revient de prouver les allégations en explorant. Certains indices sont utilisables en soi, mais d’autres nécessitent l’aide de Larry, notre scientifique et de son laboratoire. Sous forme de minijeu, vous relèverez des empreintes ou détecterez des cellules humaines dans la boue. Les phases d’enquête, qui sont techniquement dans le passé, sont entrecoupées de « Flashfoward », de retour vers le futur; avec Finn un peu amnésique qui est coincé dans la cale d’un bateau rouillé. Avec très peu d’éléments à notre disposition, vous devrez combiner des objets afin de réactiver des pompes et autres éléments de mécanique.

2015-10-27_00002

Larry, le « CSI » de l’équipe, le seul qui semble croire en notre histoire farfelue.

Je vais être franc avec vous, je ne me suis pas vraiment ennuyez avec Coast Guard, par contre j’ai de sérieuses réservations à vous le recommander. Le graphisme n’est pas à la hauteur d’un produit AAA, mais honnêtement il y a assez de détail pour rendre l’univers crédible. Ce serait bien d’avoir des visages plus émotionnels, mais je pense le petit développeur n’a pas les moyens (ou la prétention) de Quantic Dream. La conduite du bateau, quoique lent reste intéressante et on ne nous force pas à passer des heures à regarder la mer calme. Certaines missions de sauvetage se font en pleine tempête ce qui rend les tentatives de rescousses difficiles. C’est la précision des contrôles qui souffre avec un clic pas toujours exact, qui nous empêche de ramasser un homme à la mer alors qu’il est juste à côté du nous. On finit par excuser ce problème pour ensuite rencontrer la même chose lors de la manipulation des éléments de notre inventaire. La manipulation des échantillons dans le laboratoire est vraiment difficile et j’ai dû aller demander de l’aide sur le forum du jeu. Il y a plusieurs moments où les actions à faire ne sont pas claires, par exemple lors de l’enquête principale, l’objectif change selon la personne à qui l’on parle, ce qui fait que si l’on reparle à quelqu’un un objectif qui a été fait revient au début de la liste. Ceci couplé à la zone de détection passable de la souris, mène à une expérience frustrante lorsque vous essayez de trouver une zone d’activation sur un mur ou une valve.

2015-10-28_00001

Quelqu’un qui flotte à l’envers au dessus de la mer et dessous une plateforme en feu, n’a clairement pas besoin de mon aide!

Coast Guard est plus une version alpha de jeu qu’un jeu fini. Il y a beaucoup de collision, d’éclairage et de problème de rendu (brouillard et noirceur dans la cale du bateau) et de personnage flottant dans le vide. Il y a aussi des sauts dans la construction de l’histoire, dont une scène de déclaration d’amour qui sort de nulle part. Pour ajouter aux frustrations, le jeu ne fait des sauvegardes que lorsqu’une mission est accomplie. Si certaines sont courtes, la première ronde d’enquête sur la plateforme peut durer très longtemps si comme moi vous vous retrouvez coincé avec les dialogues. Il faut alors tout recommencer si vous avez décidé de quitter le jeu pour aller vous coucher. Les dialogues sont horribles dû au fait que les gens qui les font semblent vouloir donner une performance alors que clairement, ils ne sont pas des acteurs de voix. L’intrigue et la nouveauté du genre ont été assez pour éveiller ma curiosité et passer au travers l’histoire, mais je doute que ceux qui n’ont pas à en faire une critique aient la même patience.

Points forts :

  • La prémisse de l’histoire est intéressante.
  • Plusieurs mécaniques différentes rendent la jouabilité variée.

Points faibles :

  • Histoire pourrait être plus fluide et facile à suivre.
  • Les contrôles et les zones de détection nécessitent plus de précision.
  • Le « voice acting » épouvantable.
  • Le besoin constant d’aide ou du « walkthrought » vidéo pour comprendre ce que l’on doit faire ou comment le faire.

Eric Chamberland

Twitter @chambee

Publicités

Un commentaire sur “(Test FG – Jeux vidéo) Coast Guard

  1. Ouai un jeu qui devrait se vendre dans les 10 € il vaut pas les 20 € qu’il est vendu, en comparaison un jeu comme State Of Decay trés bon survival est vendu 20 € et c’est un trés bon jeu immersif, mais bon je doute un peu de ce Coast, il à l’air simpliste, je le prendrais quand il sera dans les 10 € en prix promo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s