(Test FG – Cinéma/Films) Star Wars: Le Réveil de la Force

 
Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine… très lointaine… Une série achevée par des antépisodes surchargés de mauvais dialogues, jeux d’acteurs douteux en plus de trucs de scénario complètement bidon sans oublier des jeux avec une qualité discutable. Il aura fallu un nouveau directeur pour que cette série se réveille.

Ce texte ne dévoilera aucun élément principal de l’intrigue. Cependant, si vous souhaitez éviter tout divulgâcheur, allez au cinéma le plus tôt possible.

Star Wars : Le Réveil de la Force (Épisove VII) se passe environ 30 ans après les événements de l’Épisode VI, Le Retour du Jedi, alors que la galaxie est menacée par un nouvel Empire, le Premier Ordre, mené par Kylo Ren (Adam Driver). Celui-ci semble démontrer une obsession pour Darth Vader… ce qui est logique alors que tout ce qui l’entoure ressemble à ce qui appartenait à l’Empire de Palpatine après la Guerre des Clones que ce soit la navette de Ren sans oublier le croiseur sidéral et les TIE Fighters ou les nouveaux Stormtroopers. Dans les autres coins de l’univers, on découvre de nouveaux personnages dont une jeune pilleuse qui répond au nom de Rey (Daisy Ridley) et celle-ci croisera le chemin de Finn (John Boyega) sur la planète Jakku où une bataille entre la Rébellion contre l’Empire s’est déroulée alors qu’on aperçoit l’épave d’un Star Destroyer. De la République est née l’Alliance Rebelle pour ainsi donner vie à la Résistance contre l’Ordre, cette Résistance ayant un grand pilote nommé Poe Dameron (Oscar Isaac). Avec ce nouveau trio, il faut bien un allié et celui-ci est BB-8, un droïde qui ne remplace pas R2-D2 (Kenny Baker) dans notre coeur même s’il trouve le moment de nous faire rire grâce à un excellent usage de langage corporel.

ReyFG
Soyons honnêtes, le personnage de Rey campé par Daisy Ridley multiplie les anecdotes et références à Luke Skywalker (Mark Hamill).

L’ensemble du scénario se concentre principalement sur le duo Ridley-Boyega et l’évolution de leurs personnages mais le film multiplie de nombreuses fois les clins d’œil à la trilogie originale et, il est temps de faire un aveu : ce film ne fait pas du tout dans l’originalité mais réussit à aller chercher dans la fibre nostalgique. Malgré tout, je suis resté accroché à mon siège jusqu’au générique. Le véritable défaut de ce film est son manquement au niveau du risque puisque même si je fus heureux de voir des nouvelles modèles pour les vaisseaux de la trilogie originale, j’aurais voir plus que les nouveaux X-Wing ou TIE Fighters sans oublier le nouveau Star Destroyer (son apparition rappelant énormément l’ouverture de A New Hope).

Sans réellement gâcher l’intrigue, le film introduit petit-à-petit des éléments des films originaux que ce soit C-3PO (Anthony Daniels), R2-D2 et Leia (Carrie Fisher) devenue générale. Je ne crois pas qu’on aurait pu introduire le Millennium Falcon d’une aussi belle manière avec Han Solo (Harrison Ford) et Chewbacca (Peter Maphew) alors que ce dernier voit donc une troisième guerre galactique dans sa vie de plus de 230 ans si on se fie à la continuité. J’ai souri lors du premier plan sur le Falcon, ce tas de ferraille qui a fait la voie de Kessel en moins de 12 parsecs en vitesse lumière. Après tout, on ne peut détester ce morceau emblématique de la franchise. Bien sûr, je ne peux vraiment divulgâcher le film car je vous conseille de le voir et admirer le travail accompli par J.J. Abrams et son équipe. Cependant, je ne peux m’empêcher de comparer le personnage de Rey à Luke Skywalker (Mark Hamill) alors que celui de Finn fut un véritable vent de fraîcheur malgré l’avalanche de références puisque celui-ci avait sa propre personnalité. C’est comme si Poe, Finn et Rey représentaient chacun un élément qu’on retrouvait chez Luke Skywalker : le pilote, le pressé et le désir de découvrir de nouvelles horizons. Je crois sincèrement que Daisy Ridley me fera oublier très rapidement Natalie Portman qui, malgré qu’elle eut une carrière bien meilleure APRÈS La Revanche des Sith, a participé au massacre que furent les antépisodes. Oui, Le Réveil de la Force me fait détester encore plus les antépisodes mais même ceux-ci ne présentaient aucune prise de risque puisque c’était tout simplement pour répondre aux questions des fans même si ce fut, soyons honnêtes, très mauvais par moment… sauf si on parle de la scène de la maison d’opéra dans l’Épisode III et la légende de Darth Plagueis.

Kylo_RenFG
Sous le masque se cache l’acteur Adam Driver personnifiant un adepte de la Force, Kylo Ren.

Le « fan service » est fort, le divertissement est réel mais on peut officiellement dire que Star Wars peut enfin être Star Wars à nouveau. Oui, c’est une pompe à fric mais je suis content de voir un film qui peut se respecter et accepter d’avoir le minimum. Souvent, le minimum est bien assez s’il est bien exécuté… ce qui est le cas pour l’Épisode VII. Si certaines questions sont sans réponse dans cet épisode, le 8e devra vraiment donner ce qu’il faut. Mais pour moi, c’est officiel : Star Wars est de retour! Les effets spéciaux sont grandioses, la bande sonore est impeccable (c’est John Williams) et certains plans en continu sont bien faits. Les seules reproches que j’aurais à faire pour ce film me forceraient à parler de l’intrigue mais je ne peux vous le dire.

Verdict : La seule raison de ne pas aimer ce film, c’est soit ne pas aimer Star Wars à la base, être « nitpicky » ou cynique! En ce qui me concerne… je suis ressorti surpris et conquis!

Star Wars – Épisode VII : Le Réveil de la Force (Star Wars – Episode VII : The Force Awakens) de Bad Robots/Disney/Lucasfilm, réalisé et écrit par J.J. Abrams en collaboration avec Lawrence Kasdan et produit par Kathleen Kennedy, met notamment en vedette Daisy Ridley, John Boyega, Harrison Ford, Adam Driver, Oscar Isaac, Peter Maphew et Carrie Fisher.