(Test FG – Jeux vidéo) The Culling (Accès Anticipé)

 
Les jeux de survie sont légion sur Steam, en fait on pourrait même dire qu’il y a en probablement plus que des jeux de plateforme 2D style 8bits. Voici qu’un nouveau concurrent entre dans l’arène : The Culling, une émission de Télé dans laquelle les concurrents doivent se fabriquer des armes et combattre devant les caméras jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un survivant. Et non, je n’ai pas épelé Hunger Games incorrectement.

Conçu par le développeur indépendant Xaviant Games, The Culling reçoit un bon buzz sur Steam, alors j’étais plutôt enthousiaste à l’idée de participer à l’accès anticipé. The Culling se présente comme un jeu de « Battle Royal » un jeu dans lequel tous les participants s’affrontent jusqu’au dernier. Comparativement aux autres jeux de survie dans lequel le combat PvP semble venir en second, The Culling est bâti principalement sur le combat d’abord et avant tout. Afin de se démarquer des millions de jeux style « Deathmatch » en ligne, l’équipe nous propose un système de confection d’items très simples et très varier.

Deux roches et un bâton, comme dans ma jeunesse!

Deux roches et un bâton, comme dans ma jeunesse!

Qu’est-ce qu’on y fait ?

D’entrée de jeu, on voit que le jeu essaye d’avoir plus de profondeur qu’un Quake avec des couteaux. Il est possible de personnaliser l’apparence physique et vestimentaire de son personnage en plus de pouvoir lui assigner 3 habiletés qui vous aideront au cours de la partie. Ça peut être d’avoir plus d’endurance, confectionner les items 50% plus vite, etc. La liste est très longue. Il est difficile de savoir lesquelles seront les meilleurs choix sans avoir joué au moins une partie, alors vous reviendrez souvent visiter le menu de personnalisation. Une fois votre avatar complété, dirigez-vous vers l’entrainement de base. Une pièce composée de 7 portes, qui vous expliqueront tous les aspects de la fabrication d’items et l’utilisation de la monnaie F.U.N.C. un genre de liant pour confectionner des objets. L’entrainement avancé vous permettra d’approfondir les techniques de combat et l’utilisation des coffres et les parachutages d’équipement, le tout encore une fois, disponible selon le nombre de F.U.N.C. que vous possédez.

Vous devrez accumuler votre précieux F.U.N.C. afin d’ouvrir les coffres.

Vous devrez accumuler votre précieux F.U.N.C. afin d’ouvrir les coffres.

Avec cela en mémoire on se dirige vers le mode hors-ligne afin de se donner une chance et de découvrir l’ile sur laquelle on va passer tout son temps, car même si l’ile est relativement grande et intéressante, c’est la seule arène disponible, il n’y aura pas de changement de paysage pour vous. Que vous jouiez hors ou en ligne, seul contre tous ou en équipe, le jeu reste toujours le même, on apparait dans une boite qui s’ouvre une fois tous les joueurs en place. Puis ça commence, vous devez rapidement vous trouver une arme ou fabriquer quelque chose pour vous défendre. La chance joue un peu ici, car dépendamment de l’endroit sur la carte où vous commencer, les ressources peuvent être nombreuses (coffres, FUNC, casiers avec objets à l’intérieur) ou plus difficiles (roches, branches). Tout en vous promenant, vous découvrirez d’autres armes et objets (pansement, potion de force). Par contre, pas question de jouer les Serious Sam ici, vous ne pouvez emporter que 3 objets avec vous à la fois. 2 autres seront disponibles si vous prenez le temps de trouver un sac à dos.

Tel un homme des cavernes vous transformer tout ce que vous trouvez en quelque chose d'utile.

Tel un homme des cavernes, vous transformerez tout ce que vous trouvez en quelque chose d’utile.

Le génocide prend donc place sur cette ile conçue pour la télé, un présentateur au ton des années 60 va constamment annoncer les morts et un tableau dans le ciel indique les pauvres âmes qui sont toujours en vie. On court donc un peu partout à la recherche de matériel, mais aussi d’adversaire que l’on tente de surprendre. Des stations médicales et de recyclage (pour échanger vos bidules contre du F.U.N.C.) sont aussi éparpillées un peu partout. Après 10 minutes de jeu, les gaz sont relâchés et tous les joueurs encore en vie sont donc forcés vers le centre de l’ile dans l’arène principale, question d’en finir face à face.

Ce qui est bien

Même si le système de « Bricolage » semble digne d’une émission pour enfant (deux cailloux = un couteau !) c’est clairement l’aspect le plus intéressant du jeu. Il y a une grande panoplie de combinaison et l’ordre dans lequel on combine les éléments change aussi le résultat final. Il est possible à tous d’afficher la liste des combinaisons possibles, ce qui est bien mieux que d’apprendre tout par cœur. La très large sélection d’habileté et de modification disponible pour la création de notre personnage vous permet (en théorie) de vous façonner un style de jeu unique. Le jeu est en Accès Anticipé, mais il semble ne pas y avoir de problème pour trouver une partie et le créateur a ajouté de nouveaux serveurs en Europe et en Australie. La quantité de matériaux et objets sur l’ile est bien balancée. On trouve assez rapidement de quoi se faire une arme de base, et l’ile est assez grade pour que les pugilistes ne se rencontrent pas trop tôt en début de partie.

culling 4

La légende de confection est très pratique.

Ce qui est moins bien

Situer au Canada (BC) je dirais que la latence tue l’expérience pour moi à ce stade-ci. Même avec ma connexion sur fibre optique et un Ping sous les 50. Deuxio, l’engin graphique semble faire à sa tête avec des résultats complètement différents d’une partie à l’autre avec les mêmes paramètres. Je ne suis pas capable d’avoir une résolution digne d’un jeu de 2016 de façon constante. L’ile est bien conçue et me rappelle le premier Farcry, par contre il y a beaucoup d’espace ouvert ce qui rend l’approche furtive difficile et les combat finissent toujours en face à face. Si plusieurs armes donnent clairement un avantage, faire face à un ennemi avec une arme à projectile est du suicide, et je ne parle même pas de tomber sur quelqu’un avec une arme à feu, c’est carrément frustrant. La majorité des combats se font à l’arc et au corps à corps, mais les commandes sont (très) limitées: on frappe ou bloque. Le tout donne l’impression de donner des coups de crosse dans un FPS de 2002. La répétitivité des courtes parties toujours dans le même décor finit par décourager et le manque d’un bon mode spectateur ne permet pas d’apprécier le restant de la partie une fois qu’on est éliminé.

euh...ouais...bon...

euh…ouais…bon…

Conclusion

Je doute que même une fois terminer et fonctionnel The Culling deviennent votre Jeu en ligne principale. La qualité de la confection d’items perd vite de l’intérêt face à la platitude d’assassiner des joueurs à répétition malgré les commentaires narquois du présentateur. Manhunt était un jeu supérieur dans ce genre et même lui est disparu dans l’obscurité une fois le facteur « choquant » passé. Le jeu semble soutenu de façon constante par le développeur et il est possible d’acheter des paquets de deux clés sur Bundlestar pour jouer avec un ami et le jeu est vraiment abordable en ce moment (15$). Ma revue vidéo est disponible au bas de l’article.

Steam : http://store.steampowered.com/app/437220/

Site officiel : http://theculling.com/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s