(Test FG – Jeux vidéo) Rising Islands (PC)

 
Avec tous les moyens disponibles pour faire des jeux vidéos, je pense que le temps, plus que le talent ou l’argent est le facteur dominant d’une réussite. Rising Island est un jeu rempli de bonne idée et de moment intéressant, mais il semble que le temps a manqué au créateur pour donner ce jeu ce qui lui aurait permis de devenir un petit trésor.

rising island 1

Notre Héroine semble être la seule chose qui ait bénéficié du soucis du détail.

Rising Island ne perd pas de temps avec une histoire et un préambule complexes. Vous êtes une héroïne qui se fait embarquer dans une quête pour sauver le monde par deux petits gardiens. Il semble qu’un vilain gardien ait décider de prendre contrôle de la relique qu’il devait protéger, vous devez l’arrêter avant qu’il ne prenne toutes les reliques et détruise la balance du monde. Pour ce faire notre demoiselle reçoit deux pouvoirs de ses nouveaux amis. Il lui permet de changer de dimension (bleu ou rouge) afin d’accéder à différente plateforme ou rail ainsi que de courir sur les murs et ouvrir des portes. Courir et précipiter (dash) sont les seules autres actions disponibles au joueur. Le jeu se déroule à la troisième personne avec un contrôle sur la caméra.

rising island 2

La plateforme bleue est sécuritaire mais l’engrenage rouge est mortel ou vice versa… À vous de découvrir en sautant dessus.

Le jeu débute dans une grotte avec 3 portails, chacun donnant accès à un monde différent. Bien entendu, il est nécessaire de compléter un monde avant d’accéder au suivant. La plupart des missions consistent à parvenir à la fin du parcours afin de ramasser la relique, mais quelques-unes sont des courses contre la montre. Le seul autre élément de jeu consiste à collectionner des cristaux dorés cachés un peu partout sur le chemin et qui ne donnent absolument rien, sinon de recevoir un trophée Steam. Aucun ennemi, rien que vous et des plateformes. Le jeu nous ramène à la belle époque des jeux de plateforme 3D de la PS1, mais pas toujours pour de bonnes raisons. Si la mécanique semble être fluide et bien fonctionner durant les premières missions, elle devient défaillante lorsque les choses se corsent et que le parcours demande d’alterner rapidement entre les deux mondes avec des combinaisons de saut et de mouvement de caméra afin de bien viser l’endroit de notre atterrissage. C’est dommage parce que j’étais prêt à pardonner les graphismes inégaux et très, hum, minimes, disons. Je peux aussi passer par-dessus les occasionnels problèmes de caméra qui sont le talon d’Achille des jeux à la troisième personne. Quand le contrôle du personnage souffre dans un jeu d’action, il est difficile de ne pas ressentir des frustrations à chaque fois que l’on tombe dans un trou.

rising island 3

Il y a de super bon moment de « platforming » quand le parcours est bien construit et nécessite de bon réflexes comme ici.

Le design des niveaux est très inégal avec des sections qui enchainent les obstacles et beaucoup de fluidité et de défi suivi par de longues sections de course ou il ne se passe rien. Le manque de voix manque aussi cruellement au jeu puisque le seul support auditif du jeu consiste en une courte pièce musicale qui se répète sans cesse. Les rares effets sonores ne parviennent pas à meubler cet univers minimal qui subit déjà un déficit graphique. Je n’ai rien contre le minimalisme, mais Rising Island (dont je cherche toujours le rapport du titre avec le jeu) qui semble vouloir émuler le style Manga d’Avatar, souffre de zone de danger mal défini, de trappes mal identifiées et de nuages toxiques mal délimités. Ce qui rend chaque rencontre avec un nouvel élément une série d’essais et erreur qui nous laisse confus quant à la raison de nos échecs. Il y a un moment où l’on doit sauter sur 3 roches en alternant le mode bleu et rouge tout en évitant une couche mortelle bleu et rouge qui passe au-dessus d’eux. Même chose avec les engrenages. Qu’est-ce qui fait qu’un élément est sécuritaire ou mortel ? Vous ne le saurez qu’en essayant. Le jeu est jouable sur clavier/souris et manette et je recommande fortement cette dernière. Je me suis demandé si le jeu ne serait pas plutôt apprécié par de jeunes enfants et je crois que oui, mais j’ai la forte impression qu’ils resteront frustrés par le manque de clarté et les contrôles un peu imprécis.

rising island 4

le vide et le manque de détail et de finition nuit beaucoup à l’expérience et à l’immersion.

Pour conclure, je mentionne la courte campagne de moins de 2 heures et le prix de 11$ CAN et je vous laisse le soin de deviner si le jeu en vaut la peine. Il y a beaucoup de bon dans Rising Island, des bases solides sur lesquelles construire un solide jeu de plateforme 3D. Malheureusement il semble que le temps ait manqué surtout si l’on se fit au vidéo de lancement et aux images sur le site officiel.

Rising Island est disponible sur la plateforme STEAM

Points forts :

  • Mécanique d’alternance entre deux mondes, indiqués par la couleur du costume et la tonalité du décor.
  • Histoire simple avec les deux petits gardiens assez mignons.

Points faibles :

  • Le Minimalisme et le vide du décor.
  • Courte durée.
  • Mauvaise identification des éléments dangereux, ce qui cause confusion.
  • Musique répétitive et gravement énervante.
  • Rotation de la caméra et collision de celle-ci avec des objets, ce qui peut nous bloquer la vue lors de manœuvre difficile.

-Eric Chamberland

Twitter @chambee

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s