(Test FG – Jeux vidéo) No Man’s Sky – Bienvenue aux grands explorateurs

 
Il y a de ces jeux ou l’attente est créée par les joueurs ou comme dans le cas qui nous intéresse, elle est poussée par les développeurs et même l’éditeur. C’est cette situation qui a été mise à l’avant pour le jeu du studio Hello Games et son jeu No Man’s Sky. Est-ce que cette méthode représente une bonne manière d’arriver sur le marché? Difficile, d’y répondre, mais à en croire les retours jusqu’ici, il pourrait cette fois s’agir d’un faux pas. Pour ma part, je m’attendais à un certain produit et au final, c’est ce que j’ai eu. Voici mon rapport du phénomène No Man’s Sky et sa version PS4.

Avant de me lancer dans le scénario, qui se veut très sommaire, je me dois d’exposer un aspect fort intéressant, c’est-à-dire la construction du jeu. Avant de définir le type qu’est devenu le projet de Sean Murray et son équipe, je mentionne qu’il s’agit d’un jeu d’exploration aux allures d’un Minecraft à la sauce sci-fi. Ce n’est pas un jeu de tir, un jeu de combat, un jeu ou les affrontements pleuvent. Je le définis comme étant un grand jeu d’exploration vivant en dualité avec un aspect survie. Je dirais que le meilleur aspect du jeu, c’est que tout est généré de façon procédurale: le bestiaire, les planètes, les vaisseaux, etc. Pour exemple, j’ai démarré trois nouvelles parties et à chaque fois, la résultante différait. Mes premiers pas se sont effectué sur une planète où il réglait un climat très chaud et humide avec une température tapant les 50 degrés Celcius. Ensuite, j’ai recommencé avec cette fois une planète glaciale et son léger – 35 degrés Celsius. Ma troisième et dernière tentative fut un mélange des deux. Une planète florissante avec une faune abondante et un climat tempéré très changeant dépendant dans quelle zone je me trouvais. Avec cette façon d’amener le jeu généré de façon procédurale, jamais vos parties ne seront pareilles ou vous vivrez la même expérience que votre ami ou collègue.

test-fg-jeux-video-no-mans-sky-bienvenue-aux-grands-explorateurs-2

Après ce préambule servant à remettre les pendules à l’heure en ce qui a trait à ce qu’est cette drôle de bibitte de No Man’s Sky, j’aborde le scénario. C’est très bref, on y incarne un pilote de vaisseau spatial qui doit traverser l’espace pour percer un mystère caché au centre de la galaxie. Etttttt c’est tout! Ça se résume à une simple ligne. Le jeu n’est clairement pas orienté vers son récit, même si le tout amènera plusieurs bonnes surprises.

Le but de ce test c’est de décortiquer le jeu en premier lieu et en second lieu brosser un résumé de comment bien débuter tout en y donnant mon opinion, mon ressentie. Donc, je me lance.

Votre longue aventure débutera  avec vous, personnage évoluant à la première personne qui se retrouve devant sa navette qui semble s’être écrasée sur une planète inconnue. Vous devrez dès lors débuter la collecte d’éléments de toutes sortes dans le but de réparer votre vaisseau et ainsi partir explorer d’autres contrées interstellaires hostiles ou non. Tôt dans la partie, vous devrez faire le choix donné par l’Atlas, une sorte d’intelligence artificielle qui agira comme guide, qui n’est pas sans rappeler le Spectre du jeu Destiny. D’ailleurs, plusieurs éléments du jeu de Bungie se retrouvent dans No Man’s Sky. Donc, pour revenir à l’Atlas, que vous retrouverez tout près de votre vaisseau endommagé deux choix s’offriront à vous: soit de suivre son itinéraire et conseils afin d’arriver à votre objectif principal, soit de vous rendre au centre de la galaxie ou bien d’y aller comme bon vous semble. Cependant, je vous recommande fortement la première option. Pour plusieurs raisons, dont celle de vous offrir régulièrement de petits objectifs à accomplir. De plus, cet Atlas, vous fera débloquer les fameuses passes Atlas qui donnent accès à des items et des salles sans accès sans ces passes.

Au moment d’ouvrir le menu dans le jeu pour la première fois, vous serez peut-être un peu perdu. J’ai dû prendre quelques bonnes minutes pour m’y retrouver, par contre, après avoir tout analysé et compris, les menus sont superbes et rappellent encore ceux que l’on retrouve dans Destiny avec une navigation avec le stick gauche de la manette.

test-fg-jeux-video-no-mans-sky-bienvenue-aux-grands-explorateurs-3

Donc, deux menus s’offrent à vous: l’un qui s’ouvre via le pavé tactile. Dans celui-ci, vous retrouverez trois onglets primordiaux:

  • Exocombinaison: vous y retrouverez les différents vous touchant directement. Votre barre de vie, votre combinaison, le jetpack, plus certains éléments. Vous pourrez aussi y fabriquer divers éléments ou installer de nouvelles technologies. En plus de gérer votre inventaire. Pensez à y installer d’autres emplacements pouvant se retrouver dans les marchés galactiques. Vous pouvez également envoyer certains items vers l’inventaire de votre vaisseau. Cependant, il faut faire gaffe, car une fois trop loin de votre navette, vous n’aurez pas accès à son inventaire. La durée du jetpack est très courte avec un temps de recharge satisfaisant. Cependant, tout ceci peut être amélioré.
  • Vaisseau: même principe, vous y trouverez tout ce qui touche à votre vaisseau. Ajouts technologiques, armes, etc.
  • Multi-Outil: dans celui-ci se trouve votre rayon, scanner, visière d’analyse ainsi que les différentes technos s’adjacent à votre rayon. Ce dernier sert autant que de rayon pour vous défendre ou d’extraction, c’est avec lui que vous pourrez collecter toutes les ressources. Le scanner se divise en deux étapes, la première servant à identifier les points importants ainsi que les ressources disponibles dans une zone donnée (activé en appuyant L3 et la seconde option qui sert à analyser les espèces animalières vivants sur chaque planète et qui s’active en appuyant sur R2 et en zoomant avec R3. Pour analyser une espèce, vous n’avez qu’à la suivre avec le scanner et le reste se fera tout seul. Une fois l’analyse complétée, vous aurez un descriptif de la bête. À ce moment, un point vert apparaître sur votre cible, si elle n’a jamais été scannée, un point rouge sera présent.

Le second menu offre une panoplie de statistiques et représente tout ce que vous avez fait dans le jeu. Lui aussi divisé en quelques onglets:

  • Découvertes, ici vous y trouverez les zones explorées avec des points de passage, des rapports et vos découvertes scannées: bêtes, flore. N’oubliez pas que chaque nouvel élément découvert peut être envoyé pour obtenir en échange des unités qui serviront dans les marchés. Il faut garder en tête que les éléments superflus peuvent être gardé et être revendus.
  • Voyage: toutes vos statistiques de toutes sortes y sont compilées ainsi que les différents objectifs accomplis.
  • Commandes: qui représente le schéma des contrôles de votre personnage et du vaisseau.
  • Options: paramétrer le jeu et les sauvegardes qui se retrouvent très souvent. Si vous mourez, vous ne recommencerez pas très loin de votre point de trépas. Ce qui est bien, car comme dans un Bloodborne par exemple, vous pourrez récupérez en y retournant et en cueillant le contenu de votre tombe.

Si votre inventaire se retrouve souvent engorgé, au lieu de jeter certains items, pensez à les démanteler avant de vous en débarrasser. Bon, c’est vrai, ça ne règlera pas votre problème d’emplacement, mais vous pourrez y trouver des pièces utiles plus que d’autres.

test-fg-jeux-video-no-mans-sky-bienvenue-aux-grands-explorateurs-4

Ce qui m’amène à la plus grosse portion du jeu: l’exploration. Avant de quitter la planète sur laquelle vous vous trouvez, assurez-vous de l’exploiter et de l’explorer au maximum. Vous y trouverez des monolithes ou artefacts extra-terrestres, des stations désaffectées, des items rares, etc. De plus, tout ne se retrouve pas qu’à la surface, allez explorer les différentes cavités et entrées dans le sol. Tout explorer une planète peut paraître long surtout en scannant tout, mais vous serez bien récompensé avec à la clé, de belles surprises. Plus haut, je mentionnais que le scanner est fort important, mais celui du vaisseau l’est encore plus et représente une puissante accrue.

L’interface est épurée et bien divisée: en haut à gauche se retrouve votre bouclier et barre de vie. En bas à gauche se trouve la jauge de votre système de survie ainsi que la température de la zone et quelques infos. En haut à droite, vous trouverez la condition de votre rayon. Dans le milieu en haut se trouve une carte très sommaire en y présentant, les différentes icônes importantes ainsi que la position de votre vaisseau.  En mettant le point de votre visière sur un objectif, vous pourrez voir apparaître le temps avant d’y arriver ainsi que le nom de l’emplacement. En plus de vous améliorer, pensez faire la même chose pour votre vaisseau. Il en va de votre survie, car on ne sait jamais ce qui hostile ou pas.

test-fg-jeux-video-no-mans-sky-bienvenue-aux-grands-explorateurs-5

Dans chaque zone, vous trouverez des balises ressemblant à celles comprises dans Mass Effect. Ces dernières offrent de belles opportunités. Cependant, comme elle fonctionne sous un système piratage, vous devrez au préalable avoir créée des puces de piratage. Elles révéleront l’emplacement exact de quatre endroits: Monolithe, Avant-poste colonial, Zone de transmission et Abri.

Avant de m’attaquer aux deux derniers aspects de mon test, il me reste encore quelques éléments à discuter avec vous. Premièrement la durée de vie. Elle est sans fin. Ce qui peut faire peur à plusieurs et en rebuter plus d’un. Pour ma part, chaque jeu doit comporter un début et une fin et, ce, quelle qu’en soit sa durée. Il faut finir par voir le dénouement d’un projet. C’est le but d’y jouer après tout. Après avoir investi tant d’heures dans un jeu, c’est tellement jouissif de voir apparaître le générique de fin. Petit faux pas de Hello Games ici. De plus, trop de planètes à visiter, c’est comme pas assez. Une centaine aurait été parfait il me semble.

Deuxièmement, les fonctionnalités en ligne. D’entrée de jeu je pose une question: est-ce que No Man’s Sky possède un mode multijoueur en ligne? La réponse est oui… et non. Hello Games a souvent souligné que le jeu s’avère avant tout une expérience à vivre en solo. Par contre, comme le jeu dispose de quelques serveurs dédiés, il est possible d’y jouer en coop, mais les chances d’y arriver sont minimes, voire impossibles. L’univers est trop grand et ce faisant, rencontrer une autre âme humaine peut tenir du miracle. D’où l’annonce des développeurs qu’il n’est pas nécessaire de posséder un abonnement PlayStation Plus pour y jouer.

test-fg-jeux-video-no-mans-sky-bienvenue-aux-grands-explorateurs-6

J’arrive au graphisme. festival de couleur, la palette de couleurs de chez Betonel y passe. Parfois les décors ressemblent à Avatar et parfois aussi drabe que Gears Of War Tout dépend de la planète. Malgré les nombreuses planètes, le bestiaire demeure toujours intéressant et empreint de surprises. J’avais l’impression que les développeurs avaient pigé dans la banque de création du jeu Spore. La génération procédurale créé une bonne ambiance et éradique l’effet de redondance. Cependant, le jeu renferme certaines lacunes. J’ai eu droit à un plantage du jeu, quelques murs invisibles et les objets et éléments du décor qui charge au même moment de mon avancée. Par contre, rien de trop grave qui est venu gâcher mon expérience.

Du côté de l’aspect sonore, c’est du tout bon. Les pièces musicales suivent bien l’action dictée à l’écran. La musique s’enchaîne bien et ne prend jamais trop de place. Entendre les différentes bêtes pousser leur cri distinct ajoute à l’immersion. De plus, la race extra-terrestre présente emprunte un dialecte inconnu, par chance le tout est traduit via une boîte de dialogue. D’ailleurs, ces rencontres avec les PNJ vont vous permettre de leur prêter main-forte et ainsi augmenter votre réputation auprès de leur race. Dernier point, le jeu est offert en version intégrale anglaise ou française.

Au final, oui je le recommande, mais ayez en tête qu’il s’agit d’un jeu d’exploration qui se vit en solo. Pas un jeu de combat ou de joueur vs joueur. Si vous comprenez parfaitement le concept et chose primordiale que vous aimez ce type, courrez vous le procurer, vous ne le regretterez pas.

Cote FG: 8.5/10

Points positifs:

  • Un excellent rapport qualité/quantité pour le prix
  • Une expérience sublime d’exploration et d’immersion
  • Un bestiaire fort intéressant
  • La génération procédurale
  • Chaque planète est différente
  • Les différentes options de créations
  • L’Atlas

Points négatifs:

  • Un scénario très de base
  • Le jeu plante (1 fois pour moi)
  • Beaucoup d’éléments qui chargent en avançant
  • Trop de planètes a explorer
  • Un jeu sans fin

Fiche technique:

  • Développé et publié par Hello Games
  • Jeu d’aventure/survie + exploration
  • Disponible sur PC et PS4 (testé sur PS4)
  • Offert en version intégrale anglaise ou française
  • Mode solo et en ligne
  • Achat en format physique et téléchargeable
  • Site officiel: http://www.no-mans-sky.com/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s