(Test FG – Jeux vidéo) Inferno Climber

 
Oceanhorn, déjà disponible sur iPad et Xbox One, est sans contredit un excellent jeu inspiré des mécaniques et du style de jeu de Zelda. Mais malheureusement, ce n’est pas de ce jeu-là dont je vais vous parler aujourd’hui. Je vous parlerai d’Inferno Climber, un titre qui essaie de s’inspirer de Zelda mais qui le fait de façon médiocre et sans intérêt.

Vous signez un contrat avec la mort. Celui-ci vous demande de récupérer cinq pierres magiques qui serviront à je ne sais trop quoi, car de toute façon la majorité de l’histoire est vague et sans réel intérêt. Mais comme tout bon héros, vous acceptez sans même vous poser aucune question et vous voilà parti pour l’aventure la plus ennuyante de votre vie. Notez qu’au départ, vous pourrez choisir l’un des huit héros disponibles, en passant du chevalier aux attributs de défense élevés au puissant mage qui tire des boules de feu sans aucune précision. Un système intéressant pour les héros, lorsque votre héros choisi meurt, vous devrez retourner à l’endroit de sa mort pour être en mesure de le renvoyer dans sa pierre tombale et pouvoir le choisir de nouveau par la suite. Probablement la seule innovation intéressante du titre.

inferno2

D’entrée de jeu, il faut parler des graphismes qui rappelle presque l’ère de la Nintendo 64 et du premier Playstation. Je vous jure, je suis même allé dans les paramètres d’affichage pour être sûr et certain que ceux-ci était bien en 1080, juste au cas où le jeu se serait automatiquement mis en 640×480. Il faut mentionner que le style choisi pour les personnages (grosse tête, petit corps) est un choix plutôt maladroit. J’ose imaginer qu’Arc System Works, le développeur du titre, voulait se la jouer différent et oser pour se différencier. C’est malheureusement un échec lamentable et il m’a été difficile de prendre ce titre au sérieux en partie à cause de cela.

inferno3

Passons maintenant à la maniabilité et jouabilité du jeu, où là aussi le titre souffre d’un gros manque de design. Notons que j’y ai joué avec une manette Xbox One sur PC et que le tout fut très loin d’être optimal comme choix d’interface au niveau de l’inventaire, des armes et de l’équipements. Le changement d’armes se fait grâce à un menu toujours affiché dans le bas de l’écran. Celui-ci est même parfois brièvement caché par du texte, ce qui nous empêche de choisir le bon item…drôle de design! Le menu est loin d’être naturel et surtout très lent à naviguer, ce qui m’a fait rager des dizaines de fois en plein milieu de combat où je devais changer d’arme rapidement. La caméra est aussi beaucoup trop rapide au départ et fort heureusement, une option m’a permis d’en diminuer la rapidité car j’aurais sûrement abandonner dans la première heure du jeu. En fait, toute la partie jouabilité semble souffrir d’un manque flagrant de peaufinage et le personnage semble arriver tout droit d’un vieux jeu à très faible budget.

inferno4

Les séquences où votre habileté est mise en situation sont nombreuses : sauter d’une plateforme à une autre tout en combattant les ennemis les plus affreux et les moins intelligents des cinq dernières années en passant par le tir à l’arc qui doit arriver au bon moment dans la cible X, le tout en utilisant des contrôles imprécis et frustrants. Le tout est bien entendu saupoudrer de casse-têtes bêtes qu’un enfant de 8 ans devrait être en mesure de résoudre. Bref, une perte de temps.

inferno5

Le côté RPG du titre est bien présent et vous offrira une panoplie d’éléments qu’il vous faudra améliorer pour être en mesure de terminer les donjons. Et au beau milieu de ceux-ci, vous allez mourir, laissant comme expliqué auparavant votre cadavre là, seul, en décomposition, avec ses attributs super amélioré qu’il vous aura fallu longtemps pour augmenter. Vous choisirez alors un nouveau personnage pour aller retrouver votre cadavre et le ramener à sa tombe. Jusqu’ici, le tout était un concept intéressant. Par contre, votre nouveau personnage choisi recommencera au bas de l’échelle avec des attributs de départs et pour être en mesure d’aller rechercher votre autre héros mort, il vous faudra augmenter vos statistiques encore une fois et ainsi de suite à chaque fois que vous mourrez. Après une ou deux fois, je peux vous assurer que votre personnage mort le restera à tout jamais.

Nous ayant offert la plus qu’excellente série Guilty Gear, Arc System Works nous amène dans un univers avec aucune saveur, où le graphisme nous rappelle certainement nos premiers cours d’introduction à la 3D au cégep en 1999 et où la frustration de la jouabilité vient ruiner tout plaisir. Mon pire titre de 2016 jusqu’à présent.

4/10

Twitter : @JackGerms

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s