(Test FG – Jeux vidéo) Call Of Duty: Infinite Warfare

 
Hé bien, si vous écoutez assidument notre podcast Balado FG, vous le savez, j’ai tellement ramassé solidex le jeu Call Of Duty: Infinite Warfare depuis son annonce, que s’en était même plus drôle. Plusieurs avaient l’impression que j’étais entré en vendetta contre Activision. Faut pas charrier, mais j’avoue ne pas avoir été tendre. Par contre, depuis sa sortie, je l’ai tellement dans la face, que je n’ai pas eu le choix de faire un Mea Culpa et d’apprendre une leçon de vie. Ne jamais plus critiquer négativement un jeu sans y avoir joué. Je prône ça depuis si longtemps, mais cette fois, j’ai levé la tête.

Bon, maintenant que c’est fait, je peux enfin vous offrir mon opinion sur ce jeu issu d’une franchise devenu annuel. Avant de débuter ma critique, je persiste et signe: Call Of Duty: Infinite Warfare est mon jeu de tir de l’année 2016. Et voici pourquoi!

Le scénario vous place dans la peau du Sergent Nick Reyes, qui aidé de son escouade, devra lutter farouchement contre une cellule active terroriste se nommant le SetDef. L’action prend place dans l’espace et ça apporte une toute nouvelle dimension ainsi qu’une jouabilité originale. Bref, on se retrouve au coeur d’un conflit intergalactique ou on doit partir en mission dans le but de prendre possession d’un prototype d’une arme secrète et en la détruisant, ça va de soi. Au menu, de l’action, des méchas, des batailles en vaisseaux, des missions sur Terre autant que dans l’espace. Pour faire court, c’est le nouveau Star Wars. On débute immédiatement dans l’action et la première mission en met déjà plein la vue et on comprend vite que gagner cette guerre sera ardue et les pertes seront nombreuses. C’est ce que l’on appelle des dommages collatéraux. Comme une guerre ne se vit jamais seul, vous serez souvent accompagné d’autres soldats ainsi qu’un robot, Ethan qui offrira un solide coup de main à bien des occasions.

test-fg-jeux-video-call-of-duty-infinite-warfare-2

Le récit qui se dresse devant vous est incroyable et change de tout ce que l’on connaît des combats modernes. Se battre dans l’espace c’est bien, mais le rendre crédible et original, ce n’est pas facile à faire et croyez-moi Infinity Ward a réussi ce coup presque à la perfection. Dans Ghosts, nous avons eu un léger avant-goût, mais rien comparé à ce qui est offert dans cet opus. La guerre s’étend autour des différentes planètes complétant notre Système Solaire. Cette mouture se divise en trois modes forts distincts l’un de l’autre. En premier lieu, j’attaque la campagne solo. Premier constat décevant, l’absence de la campagne en mode coop autant en local qu’en ligne. Décision incompréhensible surtout que dans Call Of Duty: Black Ops III, mouture de l’année passée, cette option était incluse. En plus d’une mission principale digne de ce nom de plus de 10 heures, vous aurez à votre disposition plusieurs quêtes annexes se ralliant à la quête initiale. Par contre, le gros point positif découle du fait que malgré sa durée de vie conséquente de plus 15 heures en passant par les 31 missions incluses, c’est que vous ne serez jamais obligé de quitter l’objectif principal pour aller faire quelques objectifs secondaires. Vous pourrez très bien finir de bout en bout la mission primaire et ensuite continuer votre avancée en complétant les missions secondaires non terminées. Une fois le tout bouclé, je vous conseille fortement de regarder le générique final lors de son défilement. Lui même est interactif. Je vous laisse découvrir pour qu’elle raison.

Les missions sont fort diverses et viendront à l’occasion miner le moral des troupes et vous assisterez à de nombreux rebondissements. Parfois, vous aurez à combattre une vague d’ennemis divisée entre humains et robots dans un complexe ou vous serez carrément lâché dans l’espace avec comme seul item de survie, un grappin pour vous accrocher aux parois et continuer une percée dans les tranchées ennemies. On y ajoute quelques missions en mode bataille de l’espace à bord de votre vaisseau, le Jackal et vous obtenez un cocktail explosif. Ces missions peuvent parfois devenir redondantes, car vous aurez l’impression de toujours faire les mêmes choses. Cependant, elles se concluent assez rapidement.

test-fg-jeux-video-call-of-duty-infinite-warfare-3

Est-ce que vous vous souvenez du fonctionnement du jeu Splinter Cell: Blacklist? Vous deviez choisir vos missions à bord de votre quartier général volant, le Paladin. C’est le même style dans Infinite Warfare, mais cette fois à bord du Retribution. Vous pourrez également tester des armes, regarder des reportages sur écran, consulter des documents et visionner la liste des criminels les plus recherchés qui deviendront vos cibles. Car oui, outre l’objectif de la mission à réussir, vous devrez aussi trouver et éliminer la cible. C’est à peu près tout pour la campagne solo.

J’arrive maintenant au mode multijoueur en ligne. Pour plusieurs, c’est l’aspect qui représente le mieux la franchise, mais pas pour moi. La meilleure expérience se trouve encore dans Halo, mais ce n’est que mon opinion. Toujours est-il que dans le multi se trouvera plusieurs modes répartis comme suit: les plus connus comme Élimination Confirmée, Jeu d’armes, Mêlée Générale, Point Stratégique, Capture du drapeau, Recherche et Destruction et finalement Domination. Je ne résumerai pas tous ces modes, car tout le monde qui a joué une fois au moins à COD les connaît bien. Par contre, je porterai mon attention à deux petits nouveaux:

test-fg-jeux-video-call-of-duty-infinite-warfare-4

  • Défense: le but du jeu ici est fort simple, il suffit de récupérer un drone et tenter de le conserver 30 secondes sans se faire avoir. Il faut vraiment travailler en équipe, car le drone peut être lancé ou passé de joueur en joueur afin de le garder. Une véritable bouffée de fraîcheur.
  • Ligne de Front: ce dernier propose un mode dans lequel vous réapparaissez toujours à votre base. Enfin la jauge de vie a été ajoutée au-dessus des joueurs. Le côté tactique à son meilleur.

Ce qui m’amène au mode Zombie qui est de retour, mais cette fois déguisé et plus déjanté que jamais. Il s’agit du Far Cry: Blood Dragon d’Activision. Donc, dans Zombies In Spaceland vous retrouverez une ambiance des années 80 avec des pièces musicales forts connues de cette époque. Avec un habillage style bande dessinée à la Scooby-Doo avec les plus grands clichés, vous y trouverez de l’originalité partout ou vous passerez dans ce parc d’attractions pris d’assaut par des hordes de zombies. Ce mode contient un scénario, bien oui ça se peut. Ne vous attendez pas à un prix littéraire. Quatre jeunes acteurs: la jolie femme, le geek, les gros bras pas trop vite et un rappeur. Ce quatuor passe une audition pour le réalisateur de renommée internationale, Willard Wyler. Arrivé au studio, Wyler vous installe dans la salle de projection ou vous êtes invités à visionner sa filmographie. À peine débuter, c’est là que ça commence, un vent violent vient déchirer l’écran et vous vous retrouvez aspirés dans l’univers des films de Wyler dans le monde de Spaceland.

test-fg-jeux-video-call-of-duty-infinite-warfare-6

En plus des vagues de zombies à combattre, Spaceland recel de surprises, comme des armes cachées, des items que l’on peut acheter à la volée et une salle d’arcade de cette période. On y ajoute également des cartes de bonne aventure qui servent à augmenter certaines capacités au cours du jeu. Ces arcanes magiques peuvent être débloqués en progressant dans l’histoire ou en réussissant des défis. Donc, avant chaque partie, vous aurez à sélectionner cinq des cartes disponibles parmi votre collection. Pour les utiliser en jeu, votre jauge doit être pleine. Fort utile lorsque vous êtes encerclés de zombies sanguinaires. En coop, vous pourrez ranimer votre collègue. Sinon, il pourra revenir, mais seulement après un délai de temps.

Au niveau de la prise en main, c’est de la jouabilité nerveuse et très peu encline à des périodes de repos. Tout va très vite et c’est tant mieux. Vous pourrez vous accroupir, sauter, utiliser un jetpack de très courte durée, des courses sur les murs et réaliser des attaques furtives. Votre arsenal n’est pas en reste non plus. Avant chaque mission, vous aurez à choisir votre armement. On a droit à des armes classiques, mais aussi à de belles nouveautés. Je pense ici à mon coup de coeur, les grenades chercheuses, sorte d’araignée robotisée qui localise l’ennemi, lui sautent dessus et lui explose en pleine tronche. Que du bonheur. Mieux encore, après cette explosion, sur un humain c’est terminé, mais sur un robot, elles laisseront une indication au-dessus d’eux à savoir le niveau de vie restant, genre blessé ou élimination. Les humains sont peu coriaces, mais en revanche, les robots sont durables sans parler des méchas qui sont.. chiants. Pour les abattre, il faudra utiliser une arme comme la Volk, un fusil à énergie qui se vide rapidement. Je rajoute les grenades électriques et le module de piratage qui permet de pirater certains robots afin d’en prendre le contrôle pour ainsi le faire retourner contre ses semblables. Ahhhh ouais, la guerre par la trahison.

Ce qui m’amène au soutien aérien, qui est malheureusement peu présent et ne s’effectue que dans les batailles à ère ouverte. Ici, c’est votre Jackal qui entre en piste. Une simple pression du bouton et c’est l’hécatombe. Bref, avec toutes ces armes mises à votre disposition, il n’y a que le succès qui est autorisé.

test-fg-jeux-video-call-of-duty-infinite-warfare-5

J’ai rudement été impressionné par le graphisme. J’ai pris une claque en pleine gueule littéralement. Les textures, la modélisation des visages, les jeux de lumière, les ombrages, l’espace en général, les différents décors, tout ça s’avère une véritable réussite graphique. Les cinématiques s’enchaînent bien et sont très jolies pour l’oeil du joueur. Souvent, j’ai dû mettre ma manette de côté pour admirer le paysage et la grande qualité des environnements. Les différentes planètes à visiter sont distinctes l’une de l’autre. On est à des années-lumière de ce qu’offraient les autres opus de la franchise. Très peu de bogues graphiques, si ce n’est que quelques robots qui apparaissent à travers une porte. Les chargements sont très courts entre les missions, mais j’espère que vous aimez ouvrir des portes, parce qu’il y en a en ta…

Le côté sonore fait très bien le travail. Le doublage est saisissant. Il est offert en anglais ou français intégral. Les personnages sont humains et vivent de réelles émotions et ça se ressent dans leurs dialogues. De plus, les différents personnages de votre escouade qui vous accompagnent sortent à l’occasion des répliques inattendues. Il faut l’avouer, Infinite Warfare n’est pas le genre de jeu de tir avec des dialogues lourds qui ne rajoutent rien. Cette fois, on a l’impression que chaque phrase veut dire quelque chose et a un sens. Les bruits ambiants font le travail, on s’y croirait vraiment. Si vous avez un cinéma maison, grimpez le son à fond, vous ne serez pas déçu. Enfin, on a droit aux sous-titres en français. Faut croire que mon chialage depuis deux ans a porté fruit.

test-fg-jeux-video-call-of-duty-infinite-warfare-7

Au final, Call Of Duty: Infinite Warfare redonne enfin un sens à cette franchise qui avait besoin d’un second souffle. Elle s’était enlisée dans la facilité et le manque d’originalité. J’espère qu’il s’agit d’un renouveau pour cette licence que j’appréciais depuis les débuts, mais qui avait perdu de son lustre depuis quelques opus. Ah oui, est-ce que je le recommande? Sérieux, je dois répondre à cette question. Mentionner le contraire serait un sacrilège. Même au plein prix, il vaut la peine. Je pourrais refaire la campagne plusieurs fois…

Cote FG: 9.5/10

Points positifs:

  • Une mission principale prenante et captivante.
  • Plusieurs quêtes annexes qui rajoutent à l’expérience.
  • Une durée de vie espérée pour un jeu de tir.
  • Des modes de jeu nombreux et délicieux.
  • Un mode Zombie rafraîchissant.
  • Un graphisme à toute épreuve.
  • Bref, du plaisir en quantité et qualité.

Points négatifs:

  • Absence d’un mode coop pour la campagne.
  • Des batailles en vaisseau qui peuvent devenir redondantes.
  • Quelques bogues graphiques sans plus.

Fiche technique:

  • Développé par Infinity Ward.
  • Publié par Activision.
  • Jeu de tir à la première personne.
  • Mode solo et multijoueur en ligne.
  • Disponible sur PC, PS4 et Xbox One. (testé sur Xbox One)
  • Offert en version intégrale anglaise et française.
  • Contenus téléchargeables.
  • Site officiel: https://www.callofduty.com/ca/en/infinitewarfare

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s