(Test FG – Jeux vidéo) Resident Evil 7

 
Je suis définitivement un gars de famille, j’aime les party où tout le monde se retrouvent et où on se remémore plusieurs bons souvenirs. Pour moi, ma famille c’est un peu comme une gang de chums que j’aime retrouver souvent le dimanche soir autour d’un bon souper. La famille Baker semblait être une bonne famille mais ce qu’ils m’ont offerts sur la table pour souper en était plus que dégueulasse et le tout à vite tourné au vinaigre. Capcom nous revient avec un coup de vent d’air frais dans le dernier d’une série connu de tous : Resident Evil VII.

Sans trop donner de détails, vous Ethan, vous retrouvez rapidement autour de la table de la famille Baker. Ceux-ci veulent bien vous considérer comme votre fils et vous invite donc à manger avec eux un très « sanglant » repas. Mais votre mission ne consiste pas à prendre du bon temps autours d’un bon repas et vous voilà à essayer de fuir cette horrible maison qui possède un peu, beaucoup, trop de pièces, chacune vous en fera découvrir plus sur la famille Baker et son intention. Au départ, je vous confirme que je ne voyais aucunement le lien avec la série Resident Evil mis à part le côté horreur et de survie. Par contre, beaucoup d’éléments au fil du jeu viendront compléter et coudre l’histoire pour la terminer de façon à ce que le titre soit réellement un titre de la série. Malheureusement, je ne peux pas dans ce test vous en parler davantage sans être obligé de vous dévoiler plusieurs secrets mais je vous conseille fortement de trouver et examiner attentivement chacun des livres, documents et photos que vous trouverez tout au long du jeu.


re1

Pour la première fois de la série, mis à part les jeux de tirs plus que moyen, Capcom a décidé d’utiliser une vue à la première personne et c’est probablement là une des meilleures décisions fait par le développeur dans les dix dernières années. J’exagère peut-être un peu mais ce choix vient permettre au joueur d’être impliqué dans l’action et de sentir la détresse du personnage lorsqu’il entend des bruits derrière lui par exemple, ou lorsqu’il est poursuivi et qu’il nous est impossible de savoir où se trouvent exactement les ennemis derrière nous. Cette vue nous implique davantage dans chacune des actions d’Ethan et rend les conséquences ou la mort beaucoup plus intense. Les interactions avec les autres personnages sont aussi bonifiées par ce choix et intensifie les échanges musclés entre eux. Une très bonne décision du développeur. Les « Quick time event » sont aussi absents du titre et j’en remercie les dieux, c’est aussi probablement un peu pour cette raison que le jeu se retrouve en première personne.


re2

Plusieurs éléments de la série Resident Evil sont de retour : les herbes pour se soigner, les caisses de bois qu’il faut casser, le fameux « shotgun »  et plusieurs autres petits ou gros clin d’œil un peu partout et qui nous rappellent que nous sommes dans RE. La gestion d’inventaire y est aussi et si au départ le tout se fait plutôt bien, au fil des heures jouées, le tout deviendra de plus en plus difficile à gérer et vient ajouter un sentiment d’urgence à l’ambiance déjà présente et m’a agréablement plu. Oui vous avez bien lu, gérer l’inventaire m’a plu car pour une fois ceci apporte un réel élément au jeu.


re4

Le point fort du titre? Une ambiance pratiquement parfaite qui m’a rappelé la même ambiance d’urgence, sombre et énigmatique de Resident Evil 4. J’irais même jusqu’à dire que le 7 vient surpasser légèrement celui-ci. Sacrilège, on me tirera probablement des roches mais il vient redéfinir la série tout en gardant ses origines. Être isolé, pris de panique, ne pas savoir où courir ou vous cacher ne sont que quelques-uns des sentiments qui vous guideront durant le jeu. Des couloirs petits qui offrent un effet de surprise à chacun de ses racoins, des sursauts présents tout au long de vos explorations et un système de porte redéfini qui n’engage aucun temps de chargement et qui vous permet même maintenant de vous cacher. De qui? De quoi? Vous le saurez bien assez rapidement.


re3

Des casse-têtes ni trop durs et ni trop faciles parsèment cet univers déjanté. Ceux-ci vous seront familier car ils ont tous déjà pas mal été faits dans d’autre itérations de la série. Par contre, certaines cassettes VHS trouvés vous ramèneront dans un autre genre de casse-tête. Disons que ceux-ci semblent avoir une inspiration digne des films Saw. Un côté très psychologique qui essaie de venir jouer dans votre tête et celle d’Ethan et Capcom a réellement bien réussi.

Resident Evil VII a malheureusement quelques défauts, quelques-uns très négligeables qui ne changent aucunement la note finale dans mon cas mais certains lui feront manquer la note parfaite. Les combats de « boss » sont loins d’être digne de la qualité du titre. Ceux-ci sont parfois trop ardu comparativement à la trame directrice du jeu. Je ne suis jamais mort durant mon périple sauf durant ces fameux combats dont un en particulier où j’ai dû recommencer plus d’une dizaine de fois. Si un bouton me permettant d’esquiver avait été programmé, je ne parlerais probablement même pas de ce gros défaut. Un simple bouton oui. Le doublage français est aussi épouvantable et l’émotion y manque réellement. Ethan semble parfois se foutre dans le ton utilisé de ce qui se passe. Je n’ai pas lu nulle part ce genre de critique pour la version anglaise, j’imagine donc que c’est propre à cette version française. Dommage!

Pour moi, Resident Evil VII fait réellement parti de mes coups de cœur en ce début de 2017 et est sans contredit l’un des aspirants au jeu de l’année. Il redéfinit la série en gardant l’essence, l’ambiance et ce qui définit pour moi la série. Un titre aux émotions fortes qui vaut un achat à coup sûr.

9.5/10

Twitter :@JackGerms

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s