(Test FG – Jeux vidéo) Double Dragon IV

 
Rétablir une franchise est un défi considérable mais si Capcom y est parvenu avec Resident Evil. Les jeux rétros ont l’intérêt de plusieurs mais il est important de considérer l’époque, les limites imposées ainsi que l’ère moderne vidéoludique.

Double Dragon IV est un nouvel épisode de la franchise Double Dragon. En 2015, Arc System Works a acheté les droits de la série et, étrangement, nous n’avons pas eu de réel épisode depuis Double Dragon II: Wander of the Dragons en 2013, ce jeu qui fut une atrocité absolue par le simple fait qu’il fut difficile de bouger. Prenez note que Double Dragon Neon, en 2012, fut développé par WayForward et incorporait quelques petites nouveautés dans la franchise.

Ce que Arc System Works a fait (en compagnie des développeurs originaux), c’est un retour à la méthode classique. Double Dragon IV (ne pas confondre avec Super Double Dragon sur SNES) est essentiellement une suite à Double Dragon II mais utilise des animations pixelisées de type rétro. En fait, ce n’est pas la seule chose de rétro et cela est un détriment en terme de concept et design.

Je n’ai aucune nostalgie autour de Double Dragon, celle-ci n’aveuglera donc pas mon jugement. J’ai détesté ce jeu pour la simple raison d’être complètement dépassé par l’ère moderne. J’aurais pu comprendre si c’était une sortie de type Virtual Console comme étant un réel jeu rétro de l’époque mais pousser ceci comme un jeu moderne et surtout en tant que suite tout en ignorant ce que Neon a accompli, c’est une vraie honte.

Commençons par les contrôles: j’ai joué sur PlayStation 4 et il a fallu que j’expérimente pour découvrir les boutons ce qui est correct. Cependant, effectuer des combos ou des attaques spéciales fut plus compliqué puisqu’il y avait parfois des restrictions selon les types d’ennemis ET leur état d’animation dont le Stagger. Le gros problème est que vous pourriez être capable de frapper le modèle de pixel mais c’est impossible à cause du choix de caméra et déplacement.

Il n’y a aucun bouton pour bloquer ou esquiver ce qui fait que vous pourriez vous retrouver dans un coin et être forcé de perdre une vie (ou un Continue) pour le simple fait d’être dans le coin. Bien sûr, vous avez des attaques assez puissantes lorsque vous vous relevez mais la fenêtre d’invincibilité et l’impact sont tellement horribles que vous serez frustrés de ne pas avoir un Shoryuken.

Bien sûr, on peut ramasser des objets (parfois extrêment large) pour attaquer nos ennemis mais… je veux des combos, je veux de la variété. Au final, on se retrouve avec un « button masher » dans sa définition la plus préhistorique. Il n’y a pas de tactique à développer et le jeu peut se finir en une heure avec 10 missions mais le tout fut extrêmement pénible.

La plus grosse insulte est le fait que les ennemis PEUVENT attaquer même s’ils ne sont pas à l’écran. Parfois, ils sautent carrément en dehors de la caméra et ceux-ci vont vous attaquer. Ceci est la définition de mauvais design. Et ne me sortez pas l’excuse de « c’était comme ça avant »! Shovel Knight existe: c’est un amalgame de tout ce qu’il y a dans les jeux de plateforme 8-bit dans un jeu moderne. Double Dragon IV est une relique du passé… un jeu qui n’a pas sa place surtout quand il y a Super Double Dragon et de meilleurs jeux d’action comme Devil May Cry 3 ou Bayonetta 2. Même Strider par Double Helix Games fut plus évolué que ça grâce à un système d’amélioration et un peu d’exploration.

Double Dragon IV, à 10$, ne vaut même pas le détour nostalgique. Connaissant très bien les capacités d’Arc System Works à faire de bons jeux, je ne comprends pas cette paresse. Le manque de variété, l’absence de combos, l’intelligence artificielle aussi exploitable que brisée et l’aspect rétro viennent ruiner ce que Neon avait accompli. Oh et Marian se fait encore kidnapper… Faut bien que quelque chose d’autre soit pareille aussi. Double Dragon IV est mon premier candidat au pire jeu de l’année. Pas parce qu’il ne marche pas… mais plutôt parce qu’il n’a aucune raison d’exister dans cette ère moderne vidéoludique. J’aimerais mieux jouer à Sonic Unleashed ne serait-ce que pour le hérisson-garou.

Son mode multijoueur ne vaut pas la peine et débloquer des skins pour des personnages à utiliser dans un mode d’arène ne rajoute pas à la variété en ce qui me concerne. Et pendant ce temps, on a des studios comme WayForward, les développeurs de Double Dragon Neon, qui sont capables de revigorer leur franchise existante et donner un souffle moderne (Shantae). C’est un cash-in dans sa meilleure définition. Et connaissant la qualité de l’art proposé dans Guilty Gear Xrd, c’est inconcevable de voir que Double Dragon n’ait pu en profiter pour finalement aller de l’avant. Même chose pour la musique.

Verdict: Allez vous chercher Double Dragon Neon ou Super Dragon Dragon. Double Dragon IV est mécaniquement vide de concepts et d’idées. L’argument de « c’était comme ça avant » ne tient plus.

En résumé:

  • Pas de variété dans les attaques…
  • Une I.A. presque brisée…
  • Un jeu excessivement lent et dépassé…
  • Exploitation d’une licence qui mérite mieux depuis Wander of the Dragons…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s