(Test FG – Jeux vidéo) Siegecraft Commander

 
Lors de sa campagne présidentielle, Donald Trump a eu l’idée de promettre la construction d’un mur entre son pays et le Mexique s’il était élu. Maintenant élu, il veut réaliser cette promesse dans les plus brefs délais. Malheureusement, il n’est pas le seul à aimer l’idée et Blowfish Studios ont eu la même idée que lui. Siegecraft Commander vous montre exactement ce qu’il ne faut pas faire, construire des murs par-ci et par-là même si cela peut vous paraitre une bonne idée.

Directement tiré de la série de jeu mobile du même nom, Siegecraft Commander est un jeu de stratégie en temps réel qui vous demandera rapidité et mise en place d’une stratégie afin de détruire les tours et ennemis adverses et de continuer au prochain niveau. Deux campagnes solo sont présentes dans le titre et offrent une durée de vie d’une dizaine d’heures tout au plus. La première s’intéressant aux chevaliers de Freemoi après qu’ils se soient écrasés lors d’une tempête et la seconde plus intéressante aura comme protagoniste une race de lézard qui doivent affronter le clan Huntrad. Chacune de ces campagnes possède huit niveaux. L’histoire est inintéressante, présenté à la façon d’un livre, avec des dialogues qui ne veulent rien dire et qui tournent en rond. Les personnages ne sont ni attachants et on se demande vraiment pourquoi nous les aidons.

siege1

Si l’histoire de Siegecraft est mauvaise, nous pouvons aussi en dire autant de la jouabilité et du système et il faut l’avouer, c’est ce qui est le plus important dans un jeu de stratégie en temps réel. Au départ, vous débutez avec une tour de garde principale. À partir de celle-ci, vous projetterez un boulet qui deviendra l’une des autres tours disponibles construisant aussi un long mur les reliant. De cette nouvelle tour, il vous est permis de lancer un autre boulet et ainsi de suite jusqu’à créer des murs un peu partout qui viennent vous aider dans votre stratégie défensive. Mais ces murs viennent aussi empêcher vos PROPRES soldats d’avancer et ceux-ci doivent donc les contourner. Un design tout à fait imbécile qui vient ruiner l’originalité et la stratégie du titre. Il aurait été si simple d’ajouter par exemple une porte où seules nos unités peuvent passer sans venir vous pénaliser. L’objectif est aussi toujours le même soit détruire la tour principale ennemie et aucune variante, ne serait-ce que certaines tours ennemies ne peuvent être détruite que par une façon X ou par une unité Y. Histoire simpliste, jouabilité simpliste qui rappelle tout de même que ce titre part d’une série de jeux mobile.

siege2

Au départ, il vous est possible de créer cinq sortes de tours différentes, chacune permettant de créer des unités ou armes différentes. Celles-ci sont adaptées à différentes unités ennemies comme les soldats de terres ou bien les unités volantes. Il vous faudra donc dans votre planification opter pour la bonne tour. Pour vous aider, il vous sera possible de consulter un arbre technologique vous indiquant bien entendu quelle tour créer pour avoir accès à l’unité voulu, ce qui est fort utile dans les dernières missions.

siege4

Un mode multi-joueurs est bien entendu disponible et aidera de grande façon à la longévité du titre qui se fait assez rapidement en mode solo. Il vous sera possible de jouer en mode local ou en ligne et ce jusqu’à quatre joueurs. Un mode beaucoup plus efficace que le mode solo proposé et qui offre de plus sur la version ps4 un mode cross play avec la version PC du titre.

siege3

Siegecraft Commander est loin d’être un jeu parfait mais m’a quand même offert une dizaine d’heures intéressantes auquel j’y ai joué par-ci par-là pour assouvir mon envie de jeu stratégique. Nous sommes loin d’un titre aussi peaufiné qu’un Starcraft surtout au niveau des graphismes qui nous rappellent presque l’ère du PS3. Plusieurs petits défauts aux niveaux de la jouabilité me font grandement hésiter à vous le suggérer et ce même s’il n’est pas si dispendieux.  Avec des sorties comme Halo Wars 2, je doute du potentiel commercial du titre qui ne sait pas assez se démarquer.

6/10

Twitter : @JackGerms

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s