(Test FG – Jeux vidéo) Nintendo Switch: console, périphériques, interface

 
Nintendo m’a toujours procuré un immense plaisir vidéoludique depuis 1986, année de l’arrivée chez moi de ma première console de la firme nippone. Depuis, Nintendo a fait du chemin avec ses nombreuses consoles de salon ou portables, ses amiibo et ses franchises toutes plus amusantes les unes que les autres. L’année actuelle, donc vingt ans et des poussières après l’arrivée de la NES, une toute nouvelle plateforme fait son arrivée: la Nintendo Switch.

Avec cet article, je dresse un bilan de la nouvelle venue autant de ses ses performances que de ses périphériques. J’ai pris un bon mois pour tout testé et voici mon bilan.

Autonomie de la pile:

Après avoir effectué une charge complète une première fois de la console en la plaçant sur la station d’accueil prévu à cet effet (environ 3h30), j’ai pu jouer à The Legend Of Zelda: Breathe Of The Wild près de 3 heures sans pause avant de devoir la recharger. Ça peut paraître peu, mais Nintendo a tout de même pensé à tout en intégrant une fonction de sauvegarde automatique au moment que la console se ferme. Petit explicatif du fonctionnement: un message d’alerte apparaît sur la console indiquant que le niveau de la batterie est rendu terme et que la console va entrer en mode veille automatiquement. Suite à ce message, la console s’éteint en moins de 10 minutes et je l’ai placé sur sa station de charge. Au moins, avec ce système de sauvegarde automatique, vous ne perdez pas votre progression dans un jeu.

Ce test a été effectué en utilisant les réglages prédéfinis de la console: Wi-Fi désactivé et luminosité à la moitié de sa puissance. Avec le Wi-Fi activé et la luminosité à 100%, l’autonomie était moindre en jouant à The Legend Of Zelda: Breathe Of The Wild. Ça tient de la pure logique évidemment. En la laissant active sans jouer, la durée oscillait entre 4h30 à 5h.

La console et son socle:

Nintendo a effectué un virage à 180 degrés en ne plaçant plus sa partie système dans la partie reliée au téléviseur. Maintenant, le tout est intégré à même la tablette de sa nouvelle console. Par contre, avec ce choix, Nintendo a dû se résigner à faire des concessions au niveau de la puissance offerte par sa machine. Ce qui veut encore dire qu’elle ne pourra entrer en compétition directe avec Microsoft et Sony.

Dû à cette décision, l’écran de la tablette se trouve limité à une résolution en 720p. Cependant, il ne faut pas s’arrêter à ce détail,  car l’écran affiche un très beau rendu et le jeu The Legend Of Zelda: Breath Of The Wild en est la preuve. De plus, l’écran de la console offre une fonctionnalité tactile qui, je l’espère sera mis à bon escient prochainement. L’écran en lui-même se veut très réactif et pour ma part n’a pas connu de problème de zone de détection. Une fois les Joy-Con attachés à la console, on se retrouve avec une console portable de très haute qualité. Le sceau de qualité Nintendo approuve!

Même si la tablette permet d’y brancher un casque d’écoute, il s’agit de la seule option présente. Il y a bien une connexion Bluetooth présente, mais elle se limite uniquement à la reconnaissance des Joy-Con et du Nintendo Switch Pro Controller. La machine possède également un trépied dans son dos pour basculer en mode table, mais c’est un gadget très bas de gamme. Il est fait d’un plastique très fragile, facilement cassable et il est mal situé, à droite seulement. Il me semble que de l’avoir placé au centre de la console aurait facilité la stabilité, car que d’un côté, la console peut basculer facilement. Et pourquoi avoir placé la sortie du son à l’arrière et non pas en avant? Si vous cherchez ou mettre la carte SD, ouvrez le trépied, c’est là que ça se trouve. Autre anomalie de fabrication, pourquoi avoir placé le port d’alimentation permettant de charger la console sous cette dernière, il est donc impossible de la charger dans cette configuration. Autre petit irritant, pour l’avoir testé, même si l’écran de la console est de taille raisonnable, il était difficile de lire les textes dans les jeux.

Le socle qui accueille la console n’est malheureusement pas autant de qualité que la tablette. Ce dernier est fabriqué dans un plastique très de base. Il comprend une ouverture à l’arrière qui permet de masquer les câbles HDMI et USB. De plus, la trappe où se branche l’alimentation se situe dans la partie inférieure du socle, ce qui produit une certaine source de chaleur entrant en contact direct avec la console. Sans être dramatique, il s’agit pour moi d’un problème d’architecture. On est jamais trop prudent avec l’électronique. Cependant, même après plusieurs heures d’intenses périodes de jeu, ma console n’a jamais été en surchauffe. Le fabricant semble tout de même avoir inclus un système de refroidissement efficace.

Les Joy-Con:

Lorsque l’on parle de technologie aboutie et originale, les Joy-Con, manettes de la Nintendo Switch en représente le meilleur exemple. N’ayant pu tester le tout que via 3 jeux: The Legend Of Zelda: Breath Of The Wild, 1-2 Switch et la démo de SnipperClips , je peux quand même dresser un résumé de mon expérience globale. Le gyroscope est pleinement maîtrisé, mais malheureusement, les vibrations ne sont que très peu perceptibles comparée à la manette de la PS4 ou de la Xbox One. Les Joy-Con permettent différentes jouabilités. Jouer à même la console, avec le Joy-Con Grip ou simplement en les tenant dans chaque main. La mise en place sur la console s’effectue très bien. Via un système de rail, il suffit de les glisser ainsi: le Joy-Con – à gauche et le + à droite. Pour les retirer, il suffit d’appuyer sur le bouton situé à l’arrière de chaque Joy-Con. Via la console, ils fonctionnent à merveille et la prise en main est impeccable. Par contre, une fois dans chaque main sans la console, on se rend vite compte qu’il sont très petits. À la verticale, ça peut encore aller, mais à l’horizontale comme pour le jeu SnipperClips, c’est une horreur.

L’ergonomie est exécrable, j’ai l’impression de tenir un quartier d’orange dans mes mains. Parlant de mains, je n’ai pas d’énormes mains, elles sont de tailles normales et c’est déjà difficile, imaginez une personne avec des mains plus grandes, ça devient impossible. Une fois en place sur le Joy-Con Grip, ça fonctionne, mais c’est limite. Je vous conseille grandement le Nintendo Switch Pro Controller.

La console en mode salon sur la TV:

Malgré une option de pouvoir passer de console portable à console de salon en une fraction de seconde, la résolution en prend pour son rhume. L’écran de la Nintendo Switch permet de cacher les défauts de performance de la console, mais la TV en grand format est sans pitié. Je possède une Sharp Acquos 60 pouces et The Legend Of Zelda: Breath Of The Wild fut assez décevant. Le moindre défaut, le moindre pixel saute aux yeux. Ce qui est fort dommage, car une fois la console retournée en mode sédentaire, le jeu est superbe et d’une qualité irréprochable. Ce qui prouve encore la supériorité de Nintendo sur tout le monde en mode portable.

Interface:

En ce qui concerne l’interface de la console, on a droit à du minimum syndical, mais tout de même efficace. L’interface est épurée au maximum et il est très facile s’y retrouver. De quoi ne pas se perdre dans le menu pour ainsi jouer rapidement. On ne peut créer de dossier, mais chaque jeu ou démo se crée une icône. L’onglet Nouvelles donne accès à toutes les nouveautés et mise à jour. Le Nintendo eShop est encore présent, mais la quantité d’articles disponibles est très avare. L’onglet Album, permet de stocker les photos prisent à même les jeux. La console est facilement paramétrable. On peut choisir le thème, blanc ou noir, ajuster la luminosité et cette dernière est la meilleure que j’ai vue sur une console portable. Fini de perdre l’image d’un jeu dans le soleil. Par contre, avec la luminosité dans le tapis, la durée de vie de la pile tombe rapidement. Gros manque je pourrais dire c’est l’option de pouvoir diffusé ses jeux via une application comme Twitch. En 2017, Nintendo c’est inconcevable de ne pas y avoir pensé.

En conclusion:

L’achat d’une nouvelle console s’avère une lourde dépense à ne pas prendre à la légère. Surtout lorsque l’offre de jeu est très mince. Ouais, un candidat au jeu de l’année est sorti en même temps qu’elle avec The Legend Of Zelda: Breath Of The Wild, mais son prix est trop élevé pour l’offre vidéoludique. D’ici quelque mois, avec l’arrivée de Super Mario Odyssey et Xenoblade Chronicles 2, ça deviendra plus rentable. Sans compter le prix des périphériques qui est exorbitant.

Certes, elle ne sera jamais une concurrente directe de la PS4 ou de la Xbox One, mais obtiendra beaucoup plus de succès que la Nintendo Wii U et le support des développeurs y est beaucoup plus présent. Ce qui fait le succès d’une console, c’est son offre de jeu et une ludothèque bien garnie de qualité et pleinement maîtrisée fera la différence.

Lien de ma présentation de la console: https://facteurgeek.com/2017/02/25/la-decouverte-du-gamer-presentation-de-la-nintendo-switch/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s