(Test FG – Jeux vidéo) Trulon : The Shadow Engine

 
Baten Kaitos au GameCube fût fort probablement l’un de mes RPG préféré grâce à son innovation dans les combats. Quand j’ai vu que Trulon : The Shadow Engine utilisait lui aussi un système de carte pour ajouter une profondeur tactique au combat, j’ai sauté sur l’occasion de pouvoir en faire le test. Est-ce qu’il est à la hauteur de son ancêtre? Pas si sûr.

Le monde de Tripudia se voit devenir l’hôte d’un grand mal, d’une grande maladie inconnue qui bien entendu touche tous les habitants du royaume, dont la ville de Maelon, ville natale de la jeune Gladia, une chasseuses de monstres qui se voit donner la tâche de trouver la source du mal inconnu. Elle partira à l’aventure et trouvera sur sa route une panoplie de personnages clichés et inintéressants. De longs discours ne voulant pas dire grand-chose et n’apportant pas grand-chose seront donc aussi au rendez-vous et vous n’accrocherez donc aucunement à ces plus qu’insipide personnages. Peut-être suis-je trop dur avec l’histoire et les personnages de Trulon, mais pour moi, un RPG se doit d’avoir une histoire intéressante, des personnages à qui nous sommes capables de nous identifier ou du moins qui ont des objectifs qui nous accrochent le moindrement. Ce n’est malheureusement pas le cas ici et c’est dommage car le reste du jeu et le système de combat m’ont grandement donné du plaisir.

Trulon01

Parlant de celui-ci, un système utilisant des cartes est la base même des combats de Trulon. Tour par tour, il vous sera possible d’utiliser l’une des centaines de cartes différentes mises à votre disposition et possédant chacune leurs capacités spécifiques. Ces cartes seront pigées au hasard dans votre pile de cartes récupérées durant le jeu. De ces cartes, certaines nécessiteront du mana pour être utilisé et chacun de vos personnages en posséderont une banque qui se videra au fil des combats ou jusqu’à ce que vous dormiez ou utilisiez un item spécifique. Les cartes sont divisées en plusieurs types.  Certaines vous feront donner des dégâts aux ennemis alors que d’autres seront utilisées seulement pour vous donner un pouvoir ou un attribut pour un nombre de tour X. Il y a une centaines de cartes différentes et cela fini par paraître au fil des heures jouées. Si au départ je trouvais le tout parfait avec un nombre de cartes limités, au final j’ai vu un manque de potentiel énorme du développeur Kyy Games qui aurait dû voir plus grand et offrir un nombre plus important de cartes et plus diversifiées également. Surtout que ce système de combat m’a littéralement conquis dès le départ mais s’est malheureusement  essoufflé avec le temps.

Trulon03

Lorsque vous ne serez pas en combat, vous explorerez à la recherche d’objets différents dans un monde basé sur les écrits de Jak Koke, l’auteur de la trilogie Shadowrun. Un monde très « steampunk » qui vous offre un bon nombre de décors et d’ambiances différentes dans le même jeu. Une dizaine d’heures maximum seront nécessaires pour terminer l’histoire de Trulon, une longueur bien maigre pour un jeu de ce type mais honnêtement, je ne crois pas que j’en aurais voulu encore plus et parfois il est intéressant d’avoir un jeu un peu moins long qui nous permet de passer à quelques choses d’autres. Il faut dire que mon backlog est quand même assez bien rempli. Visuellement, le titre nous offre des décors d’un style dessiné fort intéressant et offre également une bande sonore qui s’accorde très bien avec le style du jeu. Un petit hic par contre, les personnages semblent tout bonnement être superposé par-dessus les décors, un peu comme ces jeux magnétiques lorsque nous étions petit où nous pouvions changer le personnage d’endroit sur un décor, un détail qui m’a énormément agacé tout au long des heures de jeux.

Trulon04

Trulon : The Shadow Engine n’est pas un mauvais jeu en soi. Il offre un système de combat très intéressant au départ mais qui devient vite incomplet par manque de cartes différentes. Il offre un univers qui aurait pu être beaucoup plus riche au niveau de l’histoire et des personnages à qui nous ne sommes aucunement attachés. Je recommande seulement pour les amateurs de RPG qui veulent un titre qui se passe rapidement entre deux grosses sorties de jeux.

6.5/10

Twitter : @jackgerms

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s