(Test FG – Jeux vidéo) The Legend Of Zelda: Breath Of The Wild

 
J’avoue que depuis le fameux opus Twilight Princess, j’ai l’impression que la franchise The Legend Of Zelda se cherche. Avec un chapitre loin d’être original en Skyward Sword et bon nombre de jeux ressortis en version remastérisée, cette licence culte avait besoin d’un nouveau départ. Est-ce que Breath Of The Wild, titre de lancement de la console Nintendo Switch saura nous offrir cette bouffée d’air frais plus que nécessaire?

Durant tout ce test, je tâcherai de vous en divulguer le moins possible, dans le but que vous partiez à sa découverte vous même. Donc, côté scénario, on retrouve Link qui se réveille après une longue période de sommeil de près d’un centenaire. Faut croire que les bras de Morphée étaient confortables. Toujours est-il que Link se retrouve dans une mystérieuse chambre avec lui une tablette, pas n’importe laquelle… il s’agit de la Surface de… nah je plaisante, c’est la Tablette Sheikah. Dès lors, une fois sortie de cette pièce, Link est devant un monde en désolation parsemé de ruines gracieuseté d’un certain Ganon. Je m’arrête ici. Je sais, je sais, ça ne vous plaît pas, mais sachez que l’histoire se savoure tranquillement à chaque pas que vous effectuerez. Le tout prendra forme graduellement. Certes, les clins d’oeil à la franchise sont nombreux et je peux vous divulguer que vous rencontrerez des nouveaux personnages comme des anciens. J’ai eu l’impression avec ce récit vidéoludique, de pencher vers le côté sombre que l’on avait eu droit à l’époque de Twilight Princess.

Dès le début de votre aventure, vous serez quelque peu désorienté, pas pour ce qui se présente devant vous, mais bien par certaines nouveautés.  Dont Link qui peut sauter et maintenant certains personnages ou passages renferment des dialogues à haute voix. Si je ne me souviens bien, voilà deux premières pour l’une des plus grandes franchises vidéoludiques de l’histoire. Par contre, la plus grosse nouveauté réside dans l’aspect du monde ouvert. Ouais, bien sûr, les jeux comme Ocarina Of Time ou Majora’s Mask offrait une bonne superficie, mais dans ce nouvel opus, c’est du jamais vu chez Nintendo. Fini la linéarité, on ne vous prend plus par la main, vous serez laissé à vous même avec quelques outils pour vous orienter. Bien sûr qu’une quête principale est bien présente, mais quoi de mieux d’en dévier et aller faire quelques phases exploratoires.

Cette mouture Zeldanesque est plus ouverte, plus aboutie, plus gigantesque en superficie, plus riche en options, bref, elle est plus que tous ses prédécesseurs. Le tout se divisant sur une quinzaine de régions, tous plus différentes les unes que les autres. D’autant que malgré cette grande étendue à s’y perdre durant des heures, il n’y a aucune présence de murs invisibles. En fait, c’est un peu comme dans Dark Souls, vous voyez un endroit au loin, vous pourrez tôt ou tard vous y rendre. Il s’agit de trouver comment faire. Il arrivera de temps à autre que vous sentirez  le sentiment d’être perdu. Faites-vous confiance, vous finirez par retrouver votre chemin… ou pas.

En plus de sa grande superficie de jeu, vous remarquerez que ce titre contient beaucoup plus d’interactions que dans les précédents. Au menu, un cycle de jour et de nuit, une météo dynamique avec des effets météorologiques qui influeront sur la jouabilité de Link. Je pense ici, au moment d’escalader une falaise, les parois deviendront glissantes avec la pluie qui tombe sur elles. De plus, faites gaffe aux orages, ou à tout le moins ranger votre épée. Vous le savez, métal + électricité = une mort atroce.

Pour faire court, il faudra y investir de nombreuses heures pour voir le dénouement final. Plus près du 50 heures que du 20 heures. Si après une quinzaine d’heures, vous pensez avoir tout vu, vous serez encore grandement surpris et à de nombreuses occasions. En plus de la quête principale, celle de sauver Hyrule et la Princesse Zelda, de nombreuses quêtes annexes seront à votre disposition en plus des fées à dénicher, les souvenirs à trouver ainsi que plusieurs items servant à personnaliser Link. Après avoir dépassé le 35 heures et plus, je crois que je n’ai vu que 60% du jeu grosso modo. Le jeu renferme un excellent facteur de rejouabilité ou de continuité, c’est selon.

Que serait un opus de cette franchise sans puzzles ou énigmes à résoudre? Ça tombe plutôt bien, car il y en a puis pas juste un peu. Sans compter sur de nombreux ennemis dissimulés un peu partout et ceux qui se fondent dans le décor. Attendez de découvrir le Golem de pierre pour la première fois, vous ferez tout un saut.

Qui dit ennemis ou je mentionnerais plus une sorte d’orcs, dit également aussi repaire de ces bêtes sanguinaires. Ils sont nombreux et parfois même, si vous attaquez pendant la nuit, vous pourrez les surprendre sans trop recevoir de dommages. Suite au ménage du repaire, vous pourrez collecter les armes, les items comestibles comme la viande ainsi que des coffres qui renferment au début des items forts utiles, mais après plusieurs heures, ces items me semblaient quelque peu inutiles.

Exit les donjons que tout fans de la franchise connaissent, ici c’est bonjour les très nombreux sanctuaires. Ces derniers serviront d’endroits pour améliorer les capacités de Link, mais ses armes également. Cependant, en plus de puzzles à résoudre, vous aurez à affronter des ennemis trop souvent plus forts que vous. Ce qui devient frustrant, c’est que l’on a pas le choix de faire avec ses satanés sanctuaires pour progresser dans le scénario et du coup, faire progresser Link.

Comme le jeu a été pensé avec une approche dite stratégique, essayez diverses stratégies lors d’un affrontement. Il n’est pas nécessaire de foncer dans le tas à la bourrin. Tenter plutôt un combat un contre un  et servez-vous des divers éléments dans le décor, comme une roche qui peut tomber par exemple.

Malgré que ce monde semble très vaste, ne pensez pas que tous est toujours rempli. Vous passerez souvent par des régions ultimement vides, qui est un phénomène normal dans un jeu à monde ouvert. N’est pas The Witcher qui veut. Pour se rendre d’un emplacement à l’autre, il pourra vous prendre plusieurs minutes. Que ce soit à pied, à cheval ou d’un Sanctuaire à l’autre, vous perdrez pas mal de temps.

Certes, les gros donjons connus du monde de Zelda sont bien, mais ceux-ci présents sous forme de Sanctuaire, sont mieux, même si l’obligation de les faire est imposée pour avancer. Ces derniers doivent s’effectuer en deux étapes: réaliser un puzzle, énigme et par la suite le combat avec l’ennemi présent. Suite au succès, vous sera remis un orbe que vous pourrez stocker et les échanger contre un cœur de plus pour la vie, ou améliorer l’endurance de Link.

De plus, dans les autres opus, vous trouviez les armes, armures, objets utiles dans les donjons, pas dans celui-ci. En fait, tout ce dont vous avez besoin peut-être acheté dans les marchés des différents villages ou trouver carrément sur votre chemin. Petit ajout qui fait plaisir, chaque item possède un chiffre qui représente sa force et durabilité. Par contre, et ça, c’est carrément frustrant, les armes se brisent beaucoup trop facilement. C’est même abusif à l’extrême.

Autre nouveauté, comme les régions sont différentes l’une de l’autre, vous aurez à l’occasion de vous déplacer dans le froid. Pour ce faire, pensez de vous procurer des vêtements qui peuvent contrer cet élément qui pourrait mener à votre mort. L’autre façon d’y arriver c’est avec des recettes concoctées spécialement. Ce qui m’amène à une autre nouveauté: l’art de cuisiner des plats essentiels. Tout ce que vous cumulez lors de votre avancée peut ou presque être cuisiné. Que ce soit pour redonner de l’énergie, redonner de la vie, contrer  le froid, etc, tout peut être utilisé à bon escient. Il s’agit de trouver la bonne recette et suite à ça, vous pourrez voir l’effet de chacun de ses plats via l’explicatif de la recette et de ses effets.

Le jeu n’est pas parfait et loin de là, d’ailleurs, je ne comprends pas les notes quasi parfaites que certains lui ont attribuées. Un irritant bien présent vient du fait que peu d’infos sont données pour se retrouver sur l’immensité de la carte. Il m’est arrivé de me perdre plus d’une fois. Ouais, c’est vrai, dans le menu, il y a bien une carte de présente, mais fort inutile à bien des occasions. Ça, c’est sans compter sur les trop nombreuses phases d’escalades. Trop c’est comme pas assez.

Ce qui m’amène au graphisme. Le jeu est superbe sur Nintendo Switch en version console, mais le devient un peu moins sur l’écran de la TV. En fait, en mode console, le jeu ne comporte pratiquement pas de latence et ses carences sont bien cachées, mais c’est tout le contraire en mode sédentaire. J’ai eu plusieurs épisodes de latence et à certains moments, je voyais très bien les pixels carrés. La fluidité dérapait et pas juste un peu. Certes, le tout a été rattrapé lors d’une mise à jour, mais le dommage était fait. Il s’agit d’un jeu de Nintendo non? Okay, donc, on a encore droit à de magnifiques couleurs voyantes, des décors enchanteurs et malgré un aspect cel-shading, le jeu est superbe.

Joué dans ce créneau pour la pâte graphique fut un risque à prendre, mais la réponse fut très positive. Outre cet aspect, j’ai vraiment souvent posé la manette et regardé ce qui se présentait devant moi. C’est riche en détail avec une faune bien présente, des ennemis de toute sorte et des effets météos convaincants, surtout lors d’un orage. Bref, le graphisme est sublime en mode console, mais décevant sur la TV.

Côté sonore, c’est du tout bon. Le jeu est offert en version intégrale anglaise ou française et avec la dernière mise à jour, le jeu se présente dans une langue bien connue au Québec. J’ai beau essayer de m’y faire, mais je n’y serai jamais capable. De grâce Nintendo, laissez tomber cette option et offrez un français international pour tous. Les pièces musicales sont fascinantes sans êtres trop présentes.

Au final, est-ce que je le recommande? Oui, absolument. Mérite-il un achat à plein prix? Sans aucun doute, mais est-ce que je lui attribue une note parfaite alors? Non, et c’est tant mieux. Pourquoi? Simple, il souffre de graves lacunes et certaines peuvent être corrigées, mais pour d’autres, il faudra repasser. Les développeurs ont voulu offrir un produit frais et la franchise en avait de besoin, mais je ne suis pas certain que de continuer dans cette optique serait la meilleure solution. J’aimerais vraiment une suite ou un opus dans le style de Twilight Princess qu’un Breath Of The Wild 2.

Cote FG: 7.5/10

Points positifs:

  • Un scénario prenant…
  • Un monde immense…
  • Un graphisme sublime…
  • Les nombreuses nouveautés.
  • L’exploration.

Points négatifs:

  • mais peut-être trop long avant d’en voir son dénouement final.
  • peut-être trop.
  • mais comportant de graves lacunes.
  • Les armes qui se brisent trop facilement.

Fiche technique:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s