Hommage à Chester Bennington (Linkin Park)

 
Ce genre de texte ne peut jamais bien débuter et c’est le cas ici. Toutes mes idées se bousculent en ce moment dans ma tête et j’essaierai de rédiger quelque chose de cohérent. J’ai dû prendre un peu plus de 24 heures pour écrire ce qui suivra, car la blessure était encore trop fraîche et je n’y arrivais tout simplement pas. En ce moment, ça fait toujours aussi mal, mais je dois le faire.

Comme vous le savez tous, le chanteur du groupe Linkin Park, Chester Bennington s’est suicidé à sa résidence de L.A. le matin du 20 juillet dernier. D’ailleurs, je n’en reviens toujours pas, je suis autant sous le choc que lors de l’annonce et ça fait deux matins que je me réveille en espérant que tout ceci n’est que cauchemar… hé bien non.

Le tout a débuté alors que la journée du 20 juillet se déroulait à merveille de mon côté et lors de mon retour à la maison, démarre Twitter et je vois une nouvelle provenant du compte LP Association qui mentionne être en train de rédiger un texte dans le but de remercier Chester pour tout ce qu’il a fait. Alors, dans ma tête ça fait… BOUM. Oh non, est-ce qu’il a décidé de quitter le groupe? C’est alors que je vais écrire son nom sur Google et… c’est la consternation, j’apprends son décès. Tous les médias ne parlent que de ça. Je chercher à comprendre ce qui s’est passé, va aux sources, bref, je suis totalement désemparé et sans mots.

De plus, ce soir-là, je devais produire un épisode de Balado FG avec mes fidèles comparses et je peux vous dire que le cœur n’y était pas. Je me suis demandé plusieurs fois si je devais annuler. Dès lors, je mets la machine en branle, cherche une pièce musicale pour débuter le podcast pour rendre hommage à Chester. Au départ, j’avais choisi Heavy du dernier album paru One More Light. Je trouvais que ça représentait bien tout le combat mené par Chester, mais après avoir visionné l’hommage rendu par Linkin Park à Chris Cornell, très grand ami de Chester et décédé lui aussi par suicide en mai dernier, j’ai choisi la pièce One More Light qui représente tellement l’étendue de la situation. Suite à ça, j’avais tellement le cœur gros lors du début du podcast… un moment très difficile.

Depuis, je ne cesse de me poser des questions, de tenter de comprendre et de souhaiter que tout ça n’est pas vraiment réel, mais non, la réalité frappe solidex. Vous devez peut-être vous demander pourquoi suis-je aussi affecté? Pourquoi ça vient autant me chercher? Alors, je me lance, vous apprendrez une facette de moi que je ne voulais pas divulguer, mais je me dois de le faire, pour tenter de passer par-dessus cette épreuve et continuer de survivre, pas de vivre, de survivre.

Il faut savoir que ce si s’est passé le 20 juillet ne représente pas une surprise pour moi. Je connais très bien le passé de Chester. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne l’a pas eu facile et loin de là. À l’âge de sept ans, il a été abusé sexuellement par un homme mature, à 11 ans, il a commencé sa consommation de drogue suite au divorce de ses parents et plus tard l’alcoolisme s’en est mêlé. Chester a vécu avec ces démons pendant près de 34 ans. Pour l’avoir mentionné plus d’une fois, il éprouvait très souvent des pensées suicidaires. Alors, il a commis l’irréparable, même avec une femme qui l’aime, même avec 6 enfants à ses côtés… la douleur était trop grande. Ici, je n’essaie pas d’exprimer une théorie ou une opinion, je cherche seulement à comprendre pour mon bien personnel. Vous pensez que je n’ai pas de classe ou que je juge, mais ce n’est pas le cas.

Voici ce que pense de toute la situation. Chester a vécu trop longtemps avec ce fardeau. Il a tenté de s’en sortir mainte et mainte fois. Il a probablement demandé de l’aide et jusqu’ici, il laissait paraître que le tout semblait fonctionner. Par contre, dans ces cas-là, il ne suffit que d’un événement pour tout déclencher. C’est probablement ce qui s’est passé avec le suicide de son grand ami Chris Cornell. Plusieurs coïncidences dictent ma pensée. Ils se sont donné la mort de la même manière, environ au même endroit et aucun n’a laissé une lettre explicative face à ce geste. Ça pourrait être vu comme le dernier geste de désespoir, mais pas pour moi. Je pense très sincèrement que Chester a posé cette grave action pour se libérer de tout le mal qui l’affligeait depuis tant d’années. Vous pouvez peut-être penser qu’il s’agit d’un geste de lâcheté, mais pas pour moi. Je crois qu’il avait tant souffert, qu’il ne pouvait plus continuer. Un être humain a ses limites et les siennes étaient atteintes. Il ne faut pas chercher à comprendre, rendu là, il faut l’accepter, même si ça fait mal, très mal.

J’arrive au moment ou je vais m’ouvrir à vous comme jamais. Mon enfance a été très difficile, mon père ne m’a jamais désiré, me le faisait très bien savoir, ne m’a jamais encouragé dans rien, bref, un père c’est quoi ça? Je ne sais pas. D’autant que lors du divorce de mes parents, tout a basculé. Jusqu’ici, j’acceptais plutôt bien que mon père ne m’aimerait jamais. Par contre, lorsque ton père vient te dire que c’est toi la cause du divorce… ton monde s’écroule. Alors, à ce moment, j’ai sombré dans une dépression, eu de grandes pensées suicidaires. Bref, ça n’allait pas du tout et lui faisait semblant que tout allait bien. Je n’avais qu’une alliée, ma mère. C’est alors que j’ai découvert le groupe Linkin Park, autrefois appelé Hybrid Theory. Grâce à leurs textes, leur musique, ça m’a sauvé littéralement. J’ai grandi, changé, maturé avec eux. Ils sont devenus mon exutoire. Par contre, lors du décès de ma mère, j’ai pris quelques jours pour tenter de me ressaisir, mais ça n’est jamais arrivé. Quelques semaines après cet événement marquant, j’ai passé à quelques centimètres de commettre l’irréparable. Depuis ma dépression, je demeure toujours à risque et ce midi là, je travaillais sur un toit d’un immeuble de 30 étages et je me suis avancé tout près du bord, j’ai mis un pied dans le vide et au moment d’avancer l’autre, une force m’a retenu. Je crois que c’était ma mère qui m’envoyait un message. Depuis ce temps, rares sont les journées auquel je n’y pense pas.

Je crois que l’album One More Light représentait un dernier cri du cœur de Chester et un dernier appel à l’aide. Avec des pièces comme Heavy, dans laquelle il raconte son combat avec ses démons, Nobody Can Save Me Now et One More Light… il était déjà trop tard.

De l’aide j’en ai eu, suffisamment? Peut-être, mais cette pensée demeure encrée dans mon cerveau et ne partira probablement jamais. Est-ce qu’au moment d’apprendre le suicide de Chester, si j’avais été seul dans ma vie, je l’aurais finalement fait? Je ne sais pas, peut-être, mais de grâce, si vous éprouvez un tel mal de vivre, n’hésitez pas à en parler, à consulter, à demander toute l’aide nécessaire, ceci pourrait vraiment vous sauver la vie. N’attendez pas d’atteindre le point de non-retour…

                   Dom

Publicités

3 commentaires sur “Hommage à Chester Bennington (Linkin Park)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s