(Test FG – Jeux vidéo) Super Mario Odyssey

 
D’entrée de jeu je me dois de mentionner qu’un jeu peut parfois à lui seul faire acheter une console. C’est plutôt rare, mais ça arrive. Je peux penser au premier Halo sur la Xbox par exemple. Cependant, Nintendo, depuis fort longtemps tente l’expérience, mais n’y arrive pas. Comme ce fut le cas avec les deux consoles Nintendo Wii et Nintendo Wii U. Cependant, la donne pourrait changer avec l’arrivée dans le paysage vidéoludique avec Super Mario Odyssey sur la Nintendo Switch.

Tout comme les jeux de cette franchise, le scénario est plutôt mince. Mario qui semble en parfaite harmonie avec sa Princesse Peach adorée, doit reprendre le boulot et surtout le combat face à Bowser qui kidnappe la bien-aimée de notre moustachu favori pour… l’épouser. Certes, le scénario peut sembler mince, mais il comporte une pléthore de surprises, de zones et items cachés, de situations loufoques, de plusieurs rencontres tantôt agréables ou non, le tout dans un vaste monde.

Cette fois, Mario ne sera pas aidé par ses comparses, mais bien par une étrange casquette qui semble vivante. Oui ça se peut bon… Toujours est-il que Cappy, cet étrange chapeau muni de yeux, viendra nous prêter main forte.

D’entrée de jeu, je me dois de mentionner que cet opus effectue un véritable retour aux sources pour la franchise. Il tient bien plus du type Mario 64 à la 3D que de Super Mario 3D World par exemple. Donc, si vous avez aimé Super Mario Galaxy, Super Mario Sunshine et même Super Mario 64 (Nintendo 64), vous allez grandement apprécier. Après toute cette attente, s’agirait-il du Super Mario Galaxy 3 tant attendu?

Le fonctionnement est simple. Vous devez partir votre vaisseau qui se nomme l’Odyssée, d’où le nom du nom, pour ainsi explorer ces contrées toutes plus diverses les unes que les autres pour porter secours à votre bien-aimée. Dans les volets précédents, il fallait collecter des étoiles pour avancer dans les différents niveaux, pas exactement dans celui-ci. En fait, voulant probablement demeurer dans le domaine de l’astronomie, Nintendo a cru bon d’y intégrer des lunes à défaut des étoiles. Ces dernières serviront en fait d’essence pour votre vaisseau et ainsi avancer dans ce monde. La carte regorge de régions que vous pourrez explorer librement à votre guise. Par contre, attention, il ne s’agit pas d’un monde ouvert comme l’est le dernier Legend Of Zelda, mais plutôt d’un mélange entre linéarité et grande liberté d’exploration. Bref, on ne vous prend pas par la main.

Chaque parcelle de ce vaste monde renferme son propre climat, ses ennemis uniques et ses surprises. On a droit à du Nintendo à son meilleur, les périodes de « brainstorming » des développeurs devaient être jouissives à souhait. Au menu, une forêt, un monde sous-marin et même le clone de New York ou Mario à moins de me tromper, côtoiera des humains pour la première fois. Arrivé dans cette zone, Mario se la jouera Assassin’s Creed et vous devrez utiliser ses talents de grimpeur pour escalader les nombreux gratte-ciels.

Plutôt, je mentionnais qu’il fallait collecter des lunes, ce qui permet d’avancer dans le jeu. Cependant, noter qu’il en faut un minimum pour y arriver. Il faut avoir en tête qu’il y en a plus de 800 lunes à collecter si vous voulez terminer le jeu à 100%. Ici, la patience est de mise et pas juste un peu. Il y en a qui sont tellement bien cachées que ça peut devenir frustrant de le chercher. Vous pouvez les trouver, qu’en les dénichant un peu partout, mais également via quelques quêtes annexes ou en résolvant des puzzles. Aucune aide ne vous sera apportée, vous devrez les trouver par vous-même. Bonne chance! Voici une durée de vie rehaussée non artificielle. Il est très gratifiant d’arriver à toutes les trouver. Petit conseil, fouillez partout et interagissez avec le plus d’éléments possible.

Ce n’est pas tout, car en plus des lunes, vous récolterez des pièces dorées. Que serait un Mario sans ses pièces ? Certains seront dites classiques et interchangeables entre les différentes zones et d’autres distinctes à leur endroit. Ces pièces auront comme principale utilisation d’acheter des objets de collection et des costumes qui pourront donner accès à de nouvelles zones à même les niveaux. Je pense ici au monde sous l’eau. Pour avoir accès à une zone infranchissable, vous devrez faire l’acquisition du costume qui vous donne un tuba, un masque et un maillot. Par contre, l’idée de base est bonne, mais malheureusement, nombreux costumes ne confèrent aucun avantage, outre qu’un aspect esthétique de Mario.

En préambule, j’ai avancé le nom de Cappy, la fameuse casquette vivante. Mais qu’en est-il finalement? Est-ce aussi utile que le jeu le fait croire? Hé bien, oui amis gameurs et gameuses. Il s’agit d’une des plus évolutions dans l’univers de Mario. En fait, il je serais tenté de dire, qu’il s’agit du principal élément auquel gravite la mécanique de jeu primaire. Il s’agit d’une première pour Mario de pouvoir lancer sa casquette. Cappy a pour fonction d’attaquer, défendre, mais pas seulement que ça. Oh non! Cappy peut atterrir sur un objet vivant ou non et prendre ainsi sa forme et détruite des obstacles. La meilleure option demeure, prendre la forme de divers items. Je prends exemple dans le monde sous-marin, si vous ne voulez pas que Mario manque de souffle ou nage plus rapidement, lancé Cappy sur sur un poisson et vous prendrez la forme de ce dernier. Tentez le même procédé dans le premier monde du jeu sur un dinosaure.

Cappy représente à lui seul une jouabilité amenant une panoplie de mouvements qui peuvent être appris via quelques didacticiels. Je pourrais les énumérer, mais ça serait un peu long. À vous de les découvrir. Ayez en tête que Cappy est tout sauf une vulgaire casquette. Cappy peut également être utilisé dans le mode coop, mais le tout demeure très décevant. Un joueur contrôlera Mario et l’autre Cappy. Rien de bien palpitant. Honnêtement, pourquoi avoir mis ce mode dans le jeu? Super Mario à part du style Super Mario 3D World dans lequel y est greffé un véritable mode coopératif ou tous jouent un personnage, un Mario est bâti pour y jouer en solo avant tout.

Même si le jeu semble de prime abord sans faille, il n’en est pas tout à fait. Les jeux de plateformes ont la fâcheuse tendance à offrir des contrôles approximatifs et la caméra ne se place pas toujours au bon endroit. C’est le cas aussi pour Super Mario Odyssey. Soit elle sera trop près de vous ou trop loin. Ce n’est pas toujours évident à gérer lors de sauts à effectuer. Il en va de même pour l’utilisation des Joy Con qui peut devenir problématique. Le jeu est clairement fait pour utiliser les Joy Con dans chaque main. C’est qui est beaucoup plus réactif lors des mouvements à effectuer avec Cappy. Il en est tout autre si vous jouez avec une manette ou avec les Joy Con reliés à la console. Ce qui en résulte de devenir un handicap.

Le graphisme est simplement superbe. Il faut penser que la console en est qu’à ses débuts, imaginez dans quelques années. Les détails sont impressionnants. Même les plus petits permettent au jeu d’être très stylé. Les zones sont très diversifiées et regorgent de richesses visuelles. Même Mario est affecté par le travail incroyable des développeurs. Il ressort de l’eau tout trempé, il grelottera dans un univers hivernal et bien d’autres. C’est franchement bluffant. Pas besoin de s’appeler Microsoft ou Sony pour offrir un graphisme splendide. Nintendo se débrouille très avec sa dernière console.

Le jeu peut être joué avec sous-titre en français soit du Canada (Québec) ou de la France. Pour le Québec, on y retrouve des expressions bien de chez nous. Ce n’est pas parfait, mais c’est déjà beaucoup mieux que l’époque des épisodes de Zelda sur la Nintendo 3DS.

Au final, si vous cherchiez un jeu qui vous ferait acheter une Nintendo Switch, et bien le voici. Il n’est pas parfait, mais combien amusant, et ce, pendant des heures et des heures et des heures. Il est aussi plaisant d’y jouer que de regarder une autre personne y jouer. Je le recommande haut la manette!

Cote FG: 9/10

Fiche technique:

  • Jeu développé et publié par Nintendo.
  • De type aventure/plateforme.
  • Exclusif à la Nintendo Switch.
  • Offert en anglais et français.
  • Mode solo et coop local.
  • Contenu additionnel.
  • Site officiel: https://supermario.nintendo.com/fr/

Points positifs:

  • Un Super Mario digne de mention.
  • Une durée de vie conséquente.
  • L’énorme diversité dans les différentes zones.
  • L’implémentation de Cappy comme mécanique de jeu.
  • L’exploration à son meilleur.
  • Du gros plaisir du début à la fin.

Points négatifs:

  • Le mode coop très de base voire paresseux.
  • Un jeu de caméra parfois déficient.
  • Des contrôles approximatifs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s