(Test FG – Jeux vidéo) Firewatch

 
L’histoire de Firewatch prend place en 1989 dans le Parc de Yellowstone, vous campez le rôle de Henry qui après avoir vécu bien une vie bien rangée au côté de sa femme, tourne le dos à tout ça et part à la recherche de réponses. Pourquoi? Sa femme, Julia, est atteinte d’une maladie neurodégénérative et part chez ses parents en Australie.
Son couple sur le point de se briser, cet homme décide de devenir un garde forestier. Quand la nature nous appelle! De toute façon, y’ at-il un meilleur moyen de faire le vide qu’en forêt. La nouvelle vie se déroule sur une période de 79 jours, ce qui équivaut à environ 6 heures de jeu. À moins d’être fans des Succès, la rejouabilité est mince. Tout au long de ce séjour, vous ne serez jamais seul. Une certaine Delilah sera bien présente. Elle se veut en quelque sorte votre patronne et guide que vous ne verrez jamais d’ailleurs, seulement des converses au Walkie-Talkie, avec qui vous entretiendrez une certaine relation pas toujours claire dans laquelle vous vous raconterez votre passé.

Malgré qu’il s’agisse d’un simulateur de marche, vous serez amené à explorer chaque racoin de votre zone où vous êtes attitré. Vous êtes là pour des objectifs bien précis: empêcher le braconnage, contrôler les fauteurs de troubles et bien sûr, déclarer des incendies de forêt. Tout ça, en soumettant toute situation étrange à Delilah. Malgré qu’il s’agisse d’un emploi plutôt calme, vous passerez quelques jours dans votre tour de guet sans en sortir, l’ambiance demeure oppressante. Vous aurez à faire des choix lors de vos dialogues qui feront évoluer la narration et les relations entre vous et Delilah. Vous pensez que ça s’arrête ici? Erreur, tout au long de votre séjour, se met en place un mystère… Je n’en dis pas plus, à vous de le découvrir.
Les mécaniques de jeu marque un bon mélange de marche, enjamber les obstacles, prendre des objets, les examiner, sprinter, monter et descendre.

Le graphisme est superbe. Le paysage est à couper le souffle. Le jeu abrite un cycle de jour et nuit et compte diverses zones distinctes à explorer. Je n’ai pas vraiment vécu de bogues apparents, sauf à quelques occasions, mais seulement purement esthétiques. Le jeu est très bien optimisé.
La bande originale est pas mal, mais ce qui fait l’excellence du jeu est sans conteste le jeu d’acteur de Henry et Delilah. On sent une profonde mélancolie en dualité et les émotions selon la situation sont à leurs meilleures. Le jeu est offert en anglais avec les sous-titres et menus en français.
Au final, j’ai adoré mon expérience, je le recommande haut la manette, il est souvent disponible à rabais.

Cote FG: 8/10
Points positifs:

  • Un récit qui pousse le joueur à en voir le dénouement.
  • La relation entre Henry et Delilah.
  • Un graphisme bluffant.
  • Les lignes de dialogues entre le duo principal.
  • Une bande originale géniale.
  • Le mystère…

Points négatifs:

  • J’en aurais pris plus.
  • Quelques bogues sans plus.

Fiche technique:

  • Développé et publié par Campo Santo.
  • Jeu narratif.
  • Disponible sur PC, PS4 et Xbox One. (testé sur Xbox One)
  • À venir sur Nintendo Switch.
  • Uniquement en version téléchargeable.
  • Offert en anglais avec sous-titres français.
  • Site officiel: http://www.firewatchgame.com/