(Test FG – Jeux vidéo) Masters of Anima

 
Dans un monde où des peuples ancestraux ont développé un pouvoir de création d’entité pouvant se mouvoir, vous incarnerez un apprenti Animancien à la quête de connaissances pour devenir le maître de l’Anima et sauver votre royaume.

Ce jeux que j’ai joué pour vous sur Xbox One est également disponible sur PC et Switch et met en vedette le personnage de Otto un jeune homme fiancé de la plus grande maître Animancienne du royaume et un peu fainéant. Il doit enfin passer son examen pour devenir maître de l’Anima, étant le plus vieux des apprentis sa fiancé le menace de ne plus se marier avec lui s’il ne passe pas son examen.
Alors, enfin motivé par cet ultimatum, Otto va passer l’examen et réussi de justesse jusqu’au moment où une attaque se produit sur le royaume par un homme diabolique contrôlant des êtres semblant provenir du centre d’un volcan. Du même coup l’assaillant est un ancien maître Animancien du royaume et pour mener son plan il capture la fiancé d’Otto pour la contenir dans un gemme qui se sépare en trois pièces. Otto va donc partir à la recherche de ces trois morceaux et récupérer son amour et peut-être sauver le monde par la même occasion.

La jouabilité

Ce jeu d’action stratégique vous demande, grâce à la force Anima, de contrôler des sbires appelés gardiens que vous créez et que vous enverrez combattre les nombreux monstres partout sur votre chemin. Selon les habilités de vos sbires il faudra judicieusement les répartir pour infligé le plus de dommages. Certains de ces sbires sont des guerriers, d’autres des archers et j’ai également eu des espèces de mage pouvant absorber l’énergie de l’ennemi et la transformer en Anima.
À chaque fois que vous devrez faire apparaître des sbires il vous en coûtera une orbe d’Anima. Et ces sbires subissent facilement des dommages et doivent être remplacés souvent.
image008image007
Et c’est pour cela que, très rapidement, il vaut mieux augmenter vos compétences de chaque type de sbire pour mieux résister aux attaques. À chaque monstres que vous affronterez, vous augmenterez en compétence et pourrai donc choisir des habiletés pour vous et vos sbires.
Au milieu d’un champs de bataille, vous pourrez sélectionner des sbires pour les répartir ou encore les rappeler pour récupérer leurs orbe d’énergie et les retransformer. Au début, il m’a semblé que les monstres se montraient déjà bien agressif mais tout de même pas très difficile à vaincre mais bien rapidement la difficulté de gestion des différentes factions se fait sentir.
Je ne crois pas m’être rendu si loin dans ce jeu puisqu’il m’a été impossible après de nombreuses tentatives de passé un pont où l’on doit affronté 4 montres. Je n’ai malheureusement pu m’avancer plus que cela puisqu’il n’est pas possible d’obtenir de l’expérience juste en choisissant d’autres combats. Le chemin que l’on doit suivre est déjà tracer et mis à part les petits endroits reclus où se cache des pièces d’une tablette la linéarité du jeu risque fort de rebuter les joueurs qui, comme moi, s’y trouve coincé.

En conclusion

J’ai trouvé mon expérience dans ce jeu très intéressante et frustrante devant mes faiblesse dans la gestion de mes gardiens durant le combat. La mécanique du jeu m’a parfois fait penser à Pikmin 3 par ses quelques puzzle et par la gestion des groupes qui se fait de presque la même manière.
Je crois que ce qui m’a le plus déçu n’est pas sa jouabilité mais le fait que les plateaux entre chaque monstre sont si rapprochés. Par comparaison, pensez à un donjon où vous rencontrez à tous les deux ou trois changement d’écran un boss, j’aurais aimé parfaire mes compétences au combat d’un manière moins poussive.
Je n’ai pas parlé du graphisme du jeu qui n’a rien pour déplaire, je vous fournis ici quelques captures pour vous en faire une idée.
Ma note 7/10, un achat si aimez le genre micro-gestion d’action et de combat.