(Test FG – Jeux vidéo) Subaeria

 
Le développeur iLLOGIKA via son jeu Subaeria, tente d’offrir un mélange de styles avec du « Rogue Like », puzzles et réflexion. Est-ce que cet amalgame fonctionne ou bien trop c’est comme pas assez? Suivez ce test et vous serez à même de comprendre mon ressenti final.

Le scénario nous place dans la peau de Styx, une jeune femme qui adore vivre dans cet univers cyberpunk aux réalités rehaussées par la réalité virtuelle. Cependant, cette jeune rebelle en herbe tente de faire le tout à sa manière en piratant le système pour s’adonner à certains plaisirs gratuitement. Malheureusement pour elle, son procédé ne demeurera pas impuni et elle devient alors passible de la… peine de mort. On ne niaise pas avec la loi. Par contre, ce n’est pas seulement elle qui se retrouve affectée par la peine, non, car sa famille entière l’est aussi. Moment, car au moment de tenter d’aller informer ses proches, il est déjà trop tard. Styx, se voit alors animé par un large désir de vengeance et ainsi mettre fin à ce régime totalitaire et dictatorial.

Une fois passé ce préambule, j’ai pris manette en main et ici, la situation s’est corsée terriblement. Il faut savoir que dans Subaeria, il faut enchaîner des salles disposées de manière aléatoire, dans lesquelles, différentes épreuves, puzzles ou combats attendent le joueur. Après cet enchaînement qui peut devenir redondant, on arrive au boss de la zone, jusqu’à la dernière zone pour l’affrontement final.

Malgré un didacticiel, vous serez laissé à votre propre sort et j’ai trouvé que les explications offertes étaient incomplètes. Bref, la prise en main se fait difficilement. Par exemple, j’ai cumulé un bon paquet de crédits dans le but d’acheter certaines améliorations, mais comme ces ajouts ne comportent pratiquement aucun explicatif. Je ne savais même pas pourquoi je l’avais choisi. Le problème qui se pose est encore plus grand, car on a qu’une seule vie. Ça aurait été trop ardu d’offrir quelques instructions de plus?

Tout au long de mon aventure, je me suis retrouvé accompagné par un petit drone, d’ailleurs, le jeu repose sur cette mécanique de jeu. Il s’agit de votre seul moyen de défense pour avancer dans les différents niveaux. Pour ce faire, vous devrez venir à bout des différentes sentinelles parsemées ici et là. Votre drone pourra s’y adjoindre jusqu’à deux ajouts permettant diverses attaques et ce, parmi une cinquantaine que vous pourrez choisir pendant votre avancée. Le but est simple, pirater les ennemis pour soit: les faire s’attaquer entre eux ou en prendre le contrôle pour les éliminer contre les éléments du décor. De plus, il faut comprendre la notion de couleur des ennemis. Par exemple, la couleur jaune n’affectera pas les ennemis armés également d’un rayon jaune.

Les développeurs ont malheureusement mal balancé le jeu et on s’aperçoit assez rapidement que l’emphase sera mise beaucoup plus sur l’action à l’attaque que des puzzles. D’ailleurs, on oublie cet aspect assez rapidement dans les premières zones du jeu. Comme il s’agit d’un type rogue like, il faut savoir que si la santé du personnage tombe à zéro, c’est la fin, il faut recommencer du début. C’est d’ailleurs cet aspect qui m’a totalement fait décrocher du jeu. À toujours recommencer, comment voulez-vous que le scénario avance? Un retour sans cesse qui devient de plus en plus frustrant.

Le graphisme de son côté demeure correct, mais sans plus. Les salles se ressemblent toutes et manquent de diversité. J’avais l’impression d’être pris dans le Jour De La Marmotte. Encore un aspect que j’ai détesté, le placement de la caméra. Les développeurs ont choisi de la placer en haut du personnage, ce qui procure des sauts très inégaux et qui a pour résultante d’enlever rapidement des points de vie en atterrissant sur des ennemis ou dans les barrières de laser. Malgré que l’aventure se vive sous l’eau, on ne perçoit ce côté que très peu. J’avais beaucoup plus l’impression d’être confiné dans un sous-marin que d’une ville à la Rapture. Le jeu manque également d’optimisation. L’effet de zoomer et dézoomer m’a fait vivre des épisodes de déchirement d’image (screen tearing). Je m’explique mal ce phénomène dû à la grande simplicité du graphisme.

Côté sonore, ce n’est pas vraiment mieux. Aucun dialogue, musique facilement oubliable, au mieux, le jeu est offert en anglais ou français.

Au final, je ne le recommande pas, c’est malheureux, mais bon. Vous trouverez de bien meilleurs titres de ce type.

Cote FG: 4/10

Points positifs:

  • Le produit offert sur papier…
  • L’idée de se faire aider par un drone.
  • Le nombre d’ajouts destiné au drone.

Points négatifs:

  • mais mal exploité en jeu.
  • Les retours sans cesse au début.
  • Une caméra mal placée.
  • Un graphisme décevant.
  • Une optimisation déficiente.
  • Une redondance qui s’installe rapidement.

Fiche technique:

  • Développé et publié par iLLOGIKA.
  • Jeu de type rogue like/puzzles.
  • Jouable en solo seulement.
  • Disponible en version téléchargeable uniquement sur PC, PS4 et Xbox One. (testé sur Xbox One)
  • Offert en anglais ou français.
  • Site officiel: https://subaeria.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s