(Test FG – Jeux vidéo) Medievil

 
Les feuilles changent de couleur, le froid s’installe petit à petit, bientôt, les petites goules, fantômes et vampires, la noirceur venue, sortiront de leur torpeur pour s’accaparer les villes dans le but d’accomplir une seule quête…accumuler le plus de bonbons possible! Lors de la période de l’Halloween, les films d’horreur, les décorations et l’ambiance d’épouvante sont rois. Il n’en va pas autrement pour les jeux vidéo. Cette année, le jeu qui vous fera plonger dans le monde des citrouilles et des morts-vivants avait déjà accompli avec succès cette tâche il y a de cela 21 ans.

Rebienvenue dans le royaume de Gallowmere grâce à la refonte du jeu Medievil.

  • Développeur : Other Ocean Emeryville
  • Éditeur : Sony Interactive Entertainment
  • Disponible sur PS4 (exclusivité)
  • Version essayée : 1,01
  • Occupait 38,18 Go sur le disque dur.

Histoire

Si vous ne connaissez pas le jeu Medievil, je vous apprendrai donc que ce dernier est originalement sorti en octobre 1998 sur la PS1. Le protagoniste, Sir Daniel Fortesque, accompagné d’une armée, trouva la mort en tentant de combattre le vilain sorcier Zarok et ses troupes de zombies, démons, et autres abominations, qui tentent de s’emparer du royaume de Gallowmere. Finalement vaincu, Zarok disparut. De nombreuses années plus tard, il resurgit pour encore une fois tenter de prendre de force Gallowmere. Sir Dan (pour les intimes) sera à ce moment ramené d’entre les morts pour combattre Zarok et gagner sa rédemption. Évidemment, la version de Medievil dont il est question dans cette critique n’est pas celle de 1998, mais bien de sa refonte, disponible à partir du 25 octobre 2019.

Action

Medievil est un jeu d’action et d’aventure à la troisième personne. Sir Dan, étant un chevalier presque digne de ce nom, doit affronter diverses ennemies allant de la simple citrouille explosive, aux gargouilles volantes, en passant évidemment par les zombies et les grenouilles crachant du venin. Pour vaincre, Fortesque peut utiliser diverses armes dont certaines s’avéreront plus pratiques contre certains ennemis que d’autres. Que ce soit une épée courte, ou une épée longue enchantée, ou une lance ou des flèches et un arc, la plupart de ces armes deviendront accessibles au cours des différents chapitres du jeu. Seul votre fidèle bras gauche peut être considéré comme votre arme de base avec laquelle vous débutez l’aventure. Évidemment, comme tout chevalier, il est possible également d’être équipé d’un bouclier. Cependant, prenez garde (… bouclier… garde… Je sais! Elle était facile et pas très bonne), ce dernier n’est pas à toute épreuve et suite à quelques coups, il se brisera!

Pour ce qui est des déplacements, Sir Dan s’avère facile à contrôler. Il peut également sauter, mais ici, pas de doubles sauts… À la défense de Fortesque, je vous met au défi d’en réaliser un seul en portant une armure tel que celle qu’il porte!!! Trêve de plaisanteries, j’ai eu le sentiment que Sir Dan flottait quelque peu, comme s’il n’était pas en contact direct avec le sol. Pour ce qui est des combats avec les ennemis réguliers, ils sont, selon moi, un peu trop simplistes. Ici pas beaucoup de place à la stratégie. La meilleure tactique que j’ai trouvée était simplement d’avancer vers les ennemis en faisant aller l’épée de gauche à droite sans arrêt jusqu’à ce que mort s’ensuive. Cela se résumant à simplement cliquer sans arrêt sur le bouton du carré… Heureusement, l’utilisation de cette tactique digne des plus hauts gradés et fins stratèges militaires s’avère inefficace contre les boss.

La navigation entre chaque chapitre se fait à l’aide d’une carte représentant les diverses régions du royaume de Gallowmere. La navigation s’avère suffisamment simple et efficace. Cependant, à une reprise, il fallait retourner dans une région déjà explorée et puisqu’en toute logique j’ai passé par le chemin original m’ayant déjà emmené à cette partie du royaume, j’ai du répéter le même tableau, sans faire pour autant progresser l’histoire. M’étant rendu à une porte dont je possédais maintenant la clé, il m’a été impossible de l’ouvrir, puisque je n’avais pas passé par le « bon » chemin… Je dois vous avouer qu’à ce moment, je croyais au genre de bogue qui fait en sorte que la progression dans le jeu devient impossible !!!

Parfois vous devrez user de vos méninges pour progresser et résoudre quelques petites énigmes, mais rien de bien méchant… Il faut se rappeler que ce jeu s’adresse aussi bien à des joueurs de 10 qu’à 77 ans!!!

Finalement, la première édition avait été critiquée pour son jeu de caméra parfois aléatoire et peu efficace. Heureusement, cet aspect a été grandement amélioré dans cette refonte, mais la problématique n’a malheureusement pas été éradiquée. Surtout dans les corridors ou endroits étroits. On perd parfois le protagoniste de vu. Lors des combats, il peut être également facile de perdre de vue les ennemis… Pas vraiment idéal!!! Mais avec l’habitude et ma tactique presque infaillible de stratège militaire, ces petits désagréments succincts n’empêchent pas la progression dans le jeu. Donc, c’est pardonné!

Ce que mes yeux et mes oreilles en pensent

La refonte du graphisme est vraiment réussie. Les couleurs sont vives et les textures sont simples, mais ça demeure en lien avec l’esprit du jeu original. Les environnements sont variés et toujours étroitement liés à l’ambiance lugubre et humoristique du jeu. La trame musicale colle parfaitement au visuel, comme en 1998, et la qualité de cette dernière a évidemment été rehaussée. Les bruitages ont également été améliorés, mais personnellement, j’aurais aimé avoir davantage de sons en lien avec l’environnement : Le vent qui siffle à travers les branches d’arbres, un loup, au loin, qui hurle à la lune, des gouttes qui tombes en raison de l’humidité dans les tunnels, le bruit des pas de Sir Dan dans des feuilles mortes au sol… Vous voyez, ce genre de petits détails qui augmente l’immersion… Sinon, dans l’ensemble le résultat est très bien et grandement appréciable.

Résumé

Lorsqu’un développeur entreprend de refaire un jeu qui date de 20 ans ou plus, le défi est moins grand que celui d’en créer un à partir d’une simple idée. Cependant, le gros défi est de conserver l’esprit du jeu original, tout en amenant ce dernier à un niveau contemporain, sans pour autant déplaire aux joueurs de première heure. Avec Medievil, le défi, selon moi, a été relevé dans son ensemble. Les nostalgiques apprécieront le fait que le suivi de la caméra ai été grandement amélioré, mais les nouveaux venus vivront fort possiblement certains moments de frustration en raison de ce même suivi de caméra qui parfois fait encore défaut. Pour ma part, cela ne m’a pas empêché d’apprécier cette refonte d’un classique qui sait se faire davantage apprécier en cette période d’Halloween.

Medievil en image et en son!!!

Pour avoir un aperçu son et image de ce que peut être Medievil, je vous suggère d’aller voir ma vidéo : CLIQUEZ ICI

Points forts

  • Graphisme joli et au goût du jour
  • Différentes armes
  • Ambiance
  • Accessible aux joueurs moins expérimentés

Points faibles

  • Quelques problèmes de caméra
  • Combats parfois trop simplistes
  • Prochaines étapes sur la carte pas toujours claire

Note FG 8/10