(Test FG) Narcos: Rise of the Cartels

Kuju Entertainment et Curve Digital nous invite à goûter à leur dernier plat dont voici la recette : Mélangez un jeu d’échecs bien mûr, une série de Netflix millésime 2015, réchauffez le mélange au tir de AK-47 et de grenade No. 77 Mk et saupoudrez le tout de beaucoup de cocaïne, si vous n’avez pas de sucre en poudre, l’effet n’en sera qu’amélioré.Le résultat : Narcos rise of the cartels. (S’il vous plaît, n’essayez surtout pas de reproduire cette recette à la maison… Laissez-faire les pros et procurez-vous plutôt le produit final chez un marchand reconnu).Développeur : Kuju Entertainment

  • Éditeur : Curve Digital
  • Jeu de style stratégie d’action au tour par tour
  • Disponible sur PC, Switch, Xbox One et PS4
  • Essayé sur PS4
  • 20,85Go
  • Version 1.03

Histoire

Le jeu Narcos rise of the cartels est inspiré, non, plutôt tout droit tiré de la série Narcos de Netflix. Il raconte donc l’histoire du cartel de Medellín mené par nul autre que le malheureusement célèbre Pablo Emilio Escobar Gaviria (Pablo Escobar). Donc, pour ce qui est de l’histoire, elle raconte simplement le combat entre la DEA (Drug Enforcement Administration) aidé de la police colombienne contre les trafiquants de drogue colombiens dans les années 70-80. Kuju Entertainment ne semble pas avoir trouvé nécessaire de développer énormément l’aspect historique de son jeu. Puisque basé sur des événements réels, ceci aurait donc été simple : juste à copier certaines portions d’un livre d’histoire. Je trouve ça dommage, car cette portion d’historique de l’Amérique latine est vraiment intéressante.

Je tiens à mentionner également que certaines rares cinématiques du jeu sont directement tirées de la série de Netflix. Cette façon de faire facilite le travail du développeur, car en s’associant à une production reconnue, il fait bénéficier ainsi son jeu d’une notoriété artificielle. Ce jeu aurait pu être offert tel quel sans lien avec la série, mais ce lien offre une référence sur laquelle on peut s’appuyer pour mieux comprendre le pourquoi du comment on fait toutes ces missions.

Comment ça marche?

Narcos rise of the Cartels est un jeu de stratégie d’action au tour par tour. Le but est de réaliser des objectifs en effectuant des actions diverses, à tour de rôle avec votre adversaire. Dans Narcos, l’adversaire est simplement le CPU, car il n’y a pas de multijoueur, ce qui est malheureux.

Tout d’abord, il est possible de compléter l’histoire du côté de la DEA ainsi que du côté des trafiquants. Bien que les différences soient minimes, cela occasionne une durée de vie doublement plus longue. Cependant, hormis le look des spécialistes de votre escouade, rien ne change vraiment. Les armes sont les mêmes et les habiletés pouvant être débloquées aussi. J’aurais vraiment aimé avoir un peu plus de variété.

Votre escouade peut compter jusqu’à 5 spécialistes. Il en revient à vous de décider qui en fera partie. Est-ce que ce sera une équipe mixte et variée ou allez-vous y aller avec un maximum de grenadiers pour une puissance de feu dévastatrice, mais très peu de mobilité? Finalement, un des personnage ne peut pas être relevé de ses fonctions dans votre escouade, c’est le leader. Ce dernier se trouve à être un des personnages importants de la série télé… Que dis-je, de l’histoire dans le jeu. En finale, si ce dernier meurt durant la mission, celle-ci se termine sur le champ avec mention d’échec !!!

Ici, pas de point d’expérience à proprement parlé, mais un point par membre de la troupe ayant participé à une mission réussie ainsi qu’un nombre de points proportionnel à l’efficacité avec laquelle vous avez accompli la mission. Ces derniers points peuvent être répartis à travers les membres de l’escouade comme bon vous semble. Après avoir attribué un nombre suffisant de points, le détenteur passe au niveau supérieur, ce qui débloque des habiletés supplémentaires, uniques à son style de combat, qui le rendra plus efficace dans les prochaines missions. À mon grand découragement, il n’y a pas moyen de changer d’arme ou de les améliorer ou bien de changer l’équipement de quelconque membre de l’escouade. Les seuls changements sont les habiletés que vous débloquerez comme précédemment expliqué.

Dernier point au niveau de la jouabilité, les environnements sont indestructibles !!! Selon moi, le développeur a manqué une chance de rendre son jeu beaucoup plus stratégique et donc, intéressant. Une grenade lancée près d’un réservoir de propane pourrait facilement faire regretter cette décision à ceux qui, se cachant derrière, tentaient d’y trouver une protection contre les balles !?!

Ce que mes yeux et mes oreilles en pensent

Le visuel est selon moi vraiment bien. Les environnements et décors sont bien rendus et variés. Tantôt vous êtes dans la jungle, tantôt dans un casino, tantôt dans des ruelles sombres et tantôt sur un quai, près d’une rivière. Les personnages sont bien détaillés lorsque vus de près, mais parfois il peut être difficile de les distinguer les uns des autres. Heureusement, une figure agrandie du personnage apparaît en bas de l’écran lors de sa sélection, ce qui diminue les risques de confusion et d’erreur pouvant devenir rapidement fatale.

La musique d’ouverture du jeu est vraiment bien et nous transporte directement en Amérique latine. Celle lors des missions se fait beaucoup plus discrète. J’aurais pratiquement aimé que la trame musicale soit justement en lien avec l’époque et l’endroit, durant les missions, pas juste en ouverture du jeu. Pour ce qui est du bruitage, il est correct sans plus. Le son des explosions et des tires pourrait être plus impressionnant, car en final, la puissance des armes est directement proportionnelle à la puissance du son qu’elles émettent ! Non ?

En résumé

Les jeux de stratégie d’action en tour par tour sont pratiquement devenus des reliques d’une autre époque ou plutôt un style de jeu niche dont les plus connus sont probablement les dernières itérations de la série X-COM. Il est certain que la série reine du tour par tour n’a pas à craindre de se faire ravir son trône par Narcos rise of the cartels. Mais je considère que ce dernier peut soulager les sensations de sevrage des accros de ce style de jeu en leur fournissant un « fixe » permettant de les faire patienter en attendant le prochain X-COM.

Tranche de vie

Lors d’une partie, un tireur ennemi s’est approché très près de ma troupe. Cependant, ce dernier devait posséder une compétence qui m’était jusqu’alors inconnue : la fusion environnementale. Cette habileté a permis à son détenteur de fusionner littéralement avec un lampadaire… De cette fusion, seul un bras armé d’un revolver de calibre 0.38 peut témoigner de l’humanité nouvellement acquise par ce lampadaire. Malheureusement pour mes hommes, cette habileté rend l’ennemi invisible. L’option de faire feu n’est pas disponible, même si un membre de la troupe se trouve à bout portant de l’ennemi. Il me fallut donc utiliser une arme permettant de faire feu indirectement : le lance-grenade Mk 19 de 40mm dont la déflagration à proximité du lampadaire était la seule chose pouvant venir à bout de l’homme s’y cachant.

Je n’ai jamais revu un ennemi bénéficier de cette habileté. Ce qui ne m’empêche pas de continuer à faire progresser, niveau par niveau, les membres de ma troupe, en espérant, un jour, pouvoir mettre la main sur cette compétence vraiment hors du commun!

Pour avoir un meilleur aperçu visuel de ce qu’est Narcos rise of the cartel, je vous suggère de visualiser ma vidéo:

Points forts:

  • Environnement divers.
  • Variété des missions.
  • Graphisme joli en général.
  • Les deux côtés, police et trafiquants, sont jouables.

Points faibles:

  • Environnements indestructibles.
  • Certains bogues mineurs.
  • Ennemis parfois difficiles à voir.
  • Presque aucune amélioration ou modification des armes ou équipement.

Note FG : 7/10