(Test FG) Not For Broadcast (Accès Anticipé)

 
TinyBuild est un studio très éclectique qui nous offre toujours des concepts or de l’ordinaire. Après avoir sauté sur des camions dans Clustertruck, combattu des Zombies sur un train dans Pandemic Express et enquêté sur la mort de mon père dans Pathologic 2, voilà que je me retrouve réalisateur du bulletin de nouvelles dans Not For Broadcast.Retour en arrière, à mon époque de télé communautaire, avec écran CRT et cassettes VHS. Not For Broadcast vous place dans la peau d’un pauvre gars qui se retrouve par chance (ou malchance) à la direction du journal télévisé. Pour en rajouter une couche, les dernières élections ont vu l’arrivée d’un gouvernement socialiste qui pourrait tenter de contrôler l’information. Allez-vous pousser le message politique ou garderez-vous la salle de nouvelle indépendante? Le jeu se situe probablement en Australie à la fin des années 80, si on se fit à l’accent des acteurs et au type de technologie que l’on utilise. Parlant d’accent, ce fut pour moi la chose la plus difficile. J’ai mis les sous-titres en français, mais la lecture de la traduction parisienne avec le mélange de fort accent et expression venu d’Australie m’a donné un mal de tête.

Votre poste de travail où vous passerez la plus part de votre temps

La salle de contrôle est d’une autre époque et contient des éléments un peu bizarres. Il y a le panneau d’interrupteur que vous devez allumer avant de commencer, la console vidéo qui se résume à 4 boutons et croyez-moi: c’est assez. Puis il y a le bidule pour censurer les mots inappropriés. Ensuite on a une console de son et un oscilloscope pour les interférences. Le dernier morceau de ce puzzle est le contrôle des pauses publicitaires, situé sous le bureau, il y a 3 lecteurs VHS et une collection de pubs les plus ringardes les unes que les autres.

Choisir les spots publicitaires avant que le spectacle commence.

Tout ce beau matériel va vous servir à choisir ce que vous présentez à l’écran. Le jeu vous donne un score basé sur la qualité de la diffusion c’est-à-dire : Avez-vous montré les personnes qui parle au bon moment, avez-vous appuyé sur le bouton de censure au bon moment, et avez-vous réussi à éviter les interférences? D’autres mécaniques se rajoutent au fur et à mesure que les jours avancent. Il y a des orages qui feront sauter les circuits, il y a aussi une sélection d’images fixes qui pourrait changer la perception que les auditeurs ont du message. Les auditeurs sont toujours présents dans votre esprit, grâce à l’audimètre qui vous indique si vos cotes d’écoute montent ou descentes.

Votre performance est notée, mais difficile de dire si sa influencera votre emploi.

C’est bien beau tout ce matos, mais ça prend du contenu pour tout ça. Pas de problème, des diffusions filmées avec de vrais acteurs. On doit porter attention à ce qu’ils disent durant la diffusion, mais aussi durant les pauses publicitaires alors que le potinage et les opinions tranchées font surface. Le bulletin de nouvelles présente souvent une partie politique, ainsi que des reportages sur les lieux, du sport ou une présentation artistique. Entre chaque portion, vous avez droit à une courte pause pendant que la pub roule. Votre attention est divisée entre choisir la bonne caméra, contrôler l’audio et les maudites interférences qui tentent de bousiller la diffusion.

Un tutoriel bien établi vous explique le principe de base de la télévision.

Mais le jeu ne s’arrête pas là. Après le travail, le jeu change de genre et devient un jeu d’aventure basé sur le texte. Avec des situations et des interactions qui vous demandent de faire des choix de parent et de citoyen de cette nouvelle ère politique. Votre famille recevra des lettres du gouvernement qui vous pose des questions très personnelles et votre réponse à celles-ci pourrait bien vous couter votre travail. Laisserez-vous votre ado joindre une maison de jeune financée par le parti au pouvoir? Lentement mais surement, les interactions à la maison et à l’écran deviennent de plus en plus bizarres et un malaise s’installe.

Votre vie privé aussi aura des conséquences, du moins c’est ce que le jeu laisse présager.

Techniquement, le jeu est bien fait et on embarque dans les mécaniques assez facilement. Le jeu est en Accès Anticipé mais on a vraiment droit à un produit solide. Malheureusement, il semble que le jeu sera livré en épisodes, alors il est de courte durée pour l’instant. Il m’a fallu un peu plus de 90 minutes pour passer au travers de l’histoire. Graphiquement, c’est peu demandant surtout que l’on regarde toujours la même console. Seul le contenu des 6 écrans change et il s’agit de vidéo de type NTSC 4:3 d’une autre époque. L’audio consiste à entendre les acteurs et votre producteur qui vous appellent pour vos lancers des conseils et vous guider dans l’utilisation de la console. Les publicités sont drôles, mais on a peu de temps à leur consacrer puisque l’on se prépare pour le retour en onde. Ce qui est bien, c’est que l’on peut toujours retourner dans la voute pour regarder tout le métrage que l’on n’a pas eu le temps de voir. Cependant, il est impossible de faire des avances rapides, alors retourner voir les conneries de la caméra 2 lorsqu’elle était hors d’onde consomme beaucoup de temps.

Les points serviront à acheter du meilleur matos pour la station

Il a peu de jeu qui demande de tirer profit de mes expériences en télévision, alors pour cela je lève mon chapeau à l’équipe. Je ne suis par sûr que les choix et la tension peuvent atteindre le niveau émotionnel qu’un jeu comme Her Story a réussi à faire, probablement qu’une fois le jeu compléter on aura une immersion plus forte dans le monde de la propagande télévisuelle. Pour l’instant, je me suis senti plutôt en contrôle du message. Seulement lorsque je me suis mis à faire des erreurs pas exprès que j’ai réussies à perdre mon emploi. J’aurais aimé une langue parlée plus internationale pour les non-Australiens que nous sommes, même chose avec les sous-titres qui souffrent de régionalisme. Un des exemples est la censure. Si je suis au courant de certains mots choquant de la langue de Shakespeare, il en est autrement de certaines expressions. Heureusement, il y a un écran avec une représentation visuelle du son et une section rouge qui indique la portion à censurer. Mais ça demande de regarder quelque chose de plus alors que les yeux sont déjà sollicités par cinq écrans de télé et un oscilloscope. Le jeu tente sans cesse de vous accabler avec une surdose de choses à faire.

Si sa vous chante il est possible de retourner voir tout les vidéos

La question qui tue : Est-ce qu’on embarque maintenant ou est-ce qu’on attend la version complète? Avec seulement trois niveaux disponibles et la promesse de dix, je penche plutôt du côté de l’attente. Il y a des jeux en Accès Anticipé qui sont complets, mais qui nécessite d’être poli. Quand c’est le cas, on peut voir le portrait général. Ce n’est pas le cas ici. De plus la page Steam mentionne que le jeu sera encore en bêta pour 18 mois. Le seul avantage d’acheter maintenant est de sauver de l’argent, car le jeu sera plus cher une fois fini. J’ai déjà joué à d’autres jeux épisodiques et personnellement je n’aime pas attendre avant de pouvoir poursuivre une histoire. De plus si le jeu garde le même contenu, on peut penser que la durée finale sera autour de 7h. Ce qui n’est pas très long. Le dernier facteur sera la rejouabilité et difficile de dire si on aura envie de se retaper toute l’histoire pour essayer des choix différents ou augmenter son score.

Page Steam

Page officielle

Points forts :

  • Mécanique novatrice.
  • Humour.
  • Immersion dans la vie du personnage.

Points faibles :

  • Traduction et langue pour les joueurs non anglophones.
  • Difficile de voir les impacts de nos choix dans ce court épisode.