(Test FG) Infini

 
Les efforts mis dans un jeu ne sont pas toujours apparents. Avec infini du Studio Barnaque, on en en face d’un concept qui demande d’aller au-delà du visuel. Embarquer dans une expérience hors du commun, un jeu pour ceux qui veulent quelque chose qui détonne.

Yep, c’est pas mal déjanté.

Probablement un des jeux les plus durs à critiquer que j’ai eu entre les mains. Infini est à la base un jeu de Casse-tête. Le but de chaque niveau est simple. Parvenir à la sortie. Comme les labyrinthes que l’on fait sur les menus de restaurants, à l’exception qu’ici tout bouge et tout est complètement farfelu. On se fait parachuter dans le monde d’Infini de façon assez brusque avec une histoire qui arrive en pièce, un peu à la façon Memento, l’histoire nous est livrée en bribe qui ne sont pas connectés de façon linéaire. Il faut que le joueur mette les bouts ensemble par lui-même. Raconté l’histoire est un peu vendre la sauce, disons que les grandes lignes sont : vous êtes Espoir et vous avez perdu vos ailes. En tentant de les retrouver et de revenir dans le monde réel, vous rencontrez une série de personnages qui reflète des émotions. C’est une quête identitaire et introspective qui ressemble beaucoup plus à de la poésie et de la philosophie qu’à un récit de fiction.

Un chien turquoise qui fait de la poésie.

Le jeu reste intéressant au fur et à mesure que l’on avance dû au fait que l’on introduit lentement de nouvelles mécaniques. 12 tableaux par niveau nous permettent de nous mettre à l’aise avec celles-ci. Certain tableau demande de combiner plusieurs mécaniques (ex : zoom et ralenti) d’autre sont réalisable avec seulement un mouvement de base. Comme je le disais au paragraphe précédent, il s’agit de prendre notre pauvre bonhomme et de l’amener à sortir de chaque niveau en atteignant ce qui ressemble à un anneau. Certains niveaux offrent aussi la possibilité de collectionner les pages de papier contenant des lettres. Ils ne sont pas obligatoires, mais disons que si vous voulez éclaircir le mystère qui entour Espoir, il est nécessaire de les collectionner. Entre chaque niveau on nous offre une longue séquence d’histoire. Il s’agit surtout de presser un bouton affin de faire avance les dialogues. Par contre il y a des moments ou on doit déplacer Espoir pour lui permettre d’activer certains éléments reliés à notre quête ( ouvrir une boite aux lettres par exemple).

TOUTES LES COULEURS EN MÊME TEMPS!

C’est un jeu difficile à décrire, et probablement à vendre. La raison première étant le choix visuel et artistique. Beaucoup seront poussés à cliquer IGNORE sur leur liste Steam et je peux les comprendre, si je n’avais pas reçu le code c’est probablement ce que j’aurais fait. Mais ce serait une grosse erreur parce qu’Infini offre une expérience qui sort de l’ordinaire. Il n’y a pas de Nains, d’Elf, de sorcière et de chevalier dans ce jeu. Il n’y a pas de soldat du futur avec des nanoaugmentations. Il n’y a pas de menu à n’en plus finir avec une gestion de pacotille et d’embranchement d’amélioration. Juste un gameplay simple et une histoire rockembolesque. Infini n’est pas non plus un jeu facile, mais il n’est jamais injuste. On voit presque toujours la solution apparaitre devant nos yeux après quelque essai, il suffit de trouver la dextérité pour la réaliser. Je vous invite fortement à regarder la vidéo que j’ai fait sur le jeu. C’est probablement la meilleure chose pour vous faire une idée.

Quand la 3D embarque, votre cerveau est déjà fondu.

Le jeu offre une démo, ce qui est probablement une bonne idée de la part du développeur. Sinon il peut être à vous pour 15$ ce qui n’est pas trop cher payer pour ce type de jeu. Je le recommande si vous êtes coincé en isolation à cause du virus, ou si vous commencez à trouver que tout les jeux se ressemblent.

Page officielle

Page Steam

Premières Impressions

Points forts:

  • Jeu à part dans un monde de clones.
  • Un truc bizarre qui se révèle cohérent plus on y joue.
  • Disponible en français.

Points faibles

  • Si les puzzles ne vous intéressent pas, ce n’est pas pour vous.
  • Le style visuel va repousser des acheteurs potentiels.