(Test FG) Shinsekai: Into The Depths

 
Capcom est reconnu pour plusieurs franchises à succès comme Resident Evil, Monster Hunter ou Street Fighter. Par contre, Capcom peut développer quelques jeux de moindre envergure comme le titre Shinsekai: Into The Depths. Sorti initialement pour le lancement de la plateforme Apple Arcade, ce jeu est maintenant disponible sur Nintendo Switch. Est-ce que le portage s’est bien passé? Est-ce une version inférieure? Alors, on plonge pour découvrir la vérité ensemble.

Une histoire que Jacques-Yves Cousteau aurait aimé vivre:

Nous sommes en… bah ce n’est pas important, là ou ça le devient c’est que notre planète n’est plus la Terre habitable que l’on connaît. Maintenant, il s’agit de continents qui se retrouvent recouverts d’une épaisse couche de glace forçant les humains à se réfugier sous l’eau pour tenter d’y trouver une vie meilleure. Cependant, ces conditions très ardues et extrêmement complexes ont eu raison de l’homme. Un seul semble y avoir survécu et il s’agit de moi ou vous lorsque vous y jouerez. Contraint à devoir quitter ma station encore habitable, mais plus pour longtemps, la glace ayant fait son oeuvre, je me dois de m’enfoncer à mon tour dans les profondeurs abyssales et tenter de sauver le dernier bastion de l’humanité: MOI.

Je l’admets, les scénarios qui ont comme trame de fond l’apocalypse ou la fin du monde sont très voire trop présents dans l’univers vidéoludique. Là où ce titre est différent des autres tient du fait que l’aventure se vit presque totalement sous l’eau et parfois très profondément. Ce jeu se divise en deux phases, la première consiste à explorer les environnements sous-marins et l’autre à collecter des ressources en excavant certaines parois ou en tuant des ennemis qui laisseront des ressources. Ces dernières serviront à améliorer les armes dont un harpon, des flèches et bien d’autres. Ce n’est pas tout, car ces dites ressources pourront être utilisées aussi pour l’amélioration de l’équipement ou certaines aptitudes, comme la résistance à la pression de l’eau, escalader plus rapidement ou le nombre d’objets pouvant être transportés. Bref, le jeu est fait pour l’explorer de fond en comble. Sans cette option envisagée, vous n’avancerez jamais dans l’aventure. Par exemple, un objectif est situé plus profondément dans l’eau, alors vous n’aurez d’autre choix que d’améliorer votre jauge de pression en eau profonde pour s’y rendre. Sinon, vous resterez bloqué.

De l’eau et des surprises:

Le jeu renferme une panoplie de surprises et une faune aquatique fort diversifiée qui est répertoriée une fois rencontrée une première fois, dans une encyclopédie. Le jeu à certains endroits peut paraître assez difficile. La glace est le pire ennemi, car elle descend assez souvent ce qui vous forcera donc, à descendre vous aussi. La combinaison n’est pas faite pour résister à ce genre de problème. De plus, certains ennemis comme des poissons malcommodes vous fonceront dessus et briseront également votre combinaison. C’est tout pour les dangers? Bien non, les chutes aussi peuvent causer des dégâts et sachez que vous pourrez utiliser un style de jet-pack sous l’eau pour aller plus vite ou plus haut, mais ceci fera baisser votre réserve d’oxygène assez rapidement. Sans air, il arrive quoi? Bien oui, c’est la mort. Alors, pensez à avoir dans votre inventaire plus d’une bouteille qui peut se trouver un peu partout. De plus, il y a certaines zones où on peut remplir ses bouteilles ou lorsque l’on atteint un point de sauvegarde, l’air est rempli automatiquement. Parlant de point de sauvegarde, c’est le seul moyen de cueillir les données pour reprendre à ce point. Croyez-moi c’est frustrant de faire un grand bout, ne pas sauvegarder et mourir… et tout recommencer. Des heures de plaisir. Vous serez aidé par un gentil petit drone ainsi qu’un sous-marin. Si vous êtes un peu perdu, vous pourrez consulter une carte et découvrir les principaux points d’intérêts, mais le tout n’est pas toujours précis. Pour la durée de vie, je dirais qu’il faut y investir entre 12 à 15 heures. Tout dépend comment vous voudrez le jouer. Pour ma part, j’ai fait de nombreux aller-retour pour tout amasser ce qui peut allonger la durée de vie.

Le monde sous-marin c’est pittoresque et bucolique:

Le jeu renferme un monde assez vaste dans l’ensemble. Les différentes parties visitées peuvent paraître semblables l’une à l’autre, mais portez attention à ce qui s’y trouve. J’y ai vu des épaves, des ruines, des zones cachées, etc. Comme il s’agit d’un portage, je m’attendais à une résolution moindre en passant de la console au mode TV, mais il n’en est rien. Il n’y a aucune perte de résolution ou de qualité d’image. Je ne pensais pas qu’il était possible de faire des environnements aussi riches en détail pour un jeu de second ordre. Certes, certaines zones sont du copié-collé, mais rien n’est parfait. Tout ce qui évolue en arrière-plan rajoute au côté immersif, sans jeu de mots.

Du bruit dans l’eau:

Comme le personnage principal semble muet, c’est sur l’ambiance et la trame sonore que les développeurs ont mis l’optique. Je vous conseille fortement d’y jouer avec un casque sur les oreilles, car l’équipe y est allée d’un procédé simple, mais fallait y penser: les thèmes musicaux et les effets sonores ont été diffusés à travers des haut-parleurs plongés sous l’eau puis ont pris les différentes trames et les ont réenregistrées. Ce qui donne une superbe expérience de profondeur dans les oreilles.

Au final:

Pour conclure, je le recommande haut la manette avec ses nombreuses qualités et son prix à 29.99$, j’ai vécu une belle période avec ce jeu. Enfin, un peu d’originalité n’a jamais fait de torts. Certes, ce n’est pas un jeu qui plaira à tous, mais laissez-lui une chance.

Cote FG: 8.5 bouteilles d’oxygène/10

Points positifs:

  • Une histoire surprenante.
  • De la plongée sous-marine agréable.
  • Des environnements envoutants.
  • La gestion des éléments côté survie.
  • Un graphisme aussi efficace sur la console que la TV.
  • L’ambiance et la trame sonore.

Points négatifs:

  • Des zones calquées sur d’autres.
  • Une difficulté inégale.
  • Une carte pas toujours précise.

Fiche technique: