(Test FG) The Inner Friend

 
Le monde du jeu vidéo après tant d’années, réussit encore à me surprendre et comme d’habitude, ça vient du niveau tout sauf AAA. C’est ainsi que le jeu The Inner Friend du studio indépendant québécois PLAYMIND m’a vraiment pris les culottes par terre. Disons, que je ne m’attendais pas du tout à ça et vous savez quoi, l’expérience m’a conquis et voici le pourquoi du comment et surtout pourquoi dans mon cerveau ça fait: bien voyons donc!

Pour plusieurs ce jeu sonne peut-être une cloche, mais pour moi, c’était encore de l’inconnu et même si sorti en 2018 du côté de Steam, comme je ne joue pas vraiment sur PC, je me disais qu’il était temps de découvrir ce jeu maintenant arrivé sur console et n’ayons pas peur d’encourager les produits de chez-nous comme nous le demande l’administration de Monsieur François Legault. J’ai dès lors revêtu mon costume bleu (bon okay c’était un chandail de l’Impact de Montréal, mais c’est bleu et québécois, alors) et suis entré dans une expérience encore une fois empreinte d’une grande originalité dans laquelle je ne pouvais prédire un seul pas d’avance et ce que ça donnerait.

L’histoire qui met en vedette un ami imaginaire:

Comment décrire le scénario? Je serais tenté de vous écrire que je devais camper le rôle d’une entité mystérieuse qui, dès les premiers moments, on comprend qu’il s’agit d’un moi intérieur ou ami imaginaire d’un garçon confiné dans sa chambre. En fait, j’étais son subconscient et devait affronter ses peurs et cauchemars créés dans un univers imaginé par celui-ci. C’est plus que ça, mais je ne peux en dévoiler plus. La découverte se fera de votre côté si vous y jouez évidemment. Disons que j’ai été très surpris et me demande sérieusement qu’est-ce qui a passé par la tête des développeurs? Dans le bon sens du terme. Il s’agit d’un jeu s’appréciant uniquement en solo avec une durée de vie d’environ 5 à 6 heures. Une fois l’aventure bouclée, on peut retourner dans les différents chapitres dans le but de recueillir les items manquants dont je reviendrai en parler dans le bloc suivant.

Le fonctionnement:

Le jeu joue sur deux tableaux: les phases d’exploration et de puzzles et les séquences de type jeu de plateforme. Le jeu se divise sur neuf niveaux complètement différents l’un de l’autre. C’est la manière d’y arriver qui est bizarre. J’ai été projeté dans le vide jusqu’à voir des immeubles et tours dans lequel je pouvais atterrir suite à ce vol en chute libre, j’étais de nouveau projeté dans un nouveau chapitre. Que ce soit l’école, l’hôpital, la forêt ou le centre d’achat, tout devenait de plus en plus fantaisiste et déséquilibré. Chaque zone représente un cauchemar ou mauvais souvenir et contient des éléments à collecter, 27 au total qui serviront à visionner une cinématique finale cachée une fois le jeu terminé. Il s’agit d’objets dissimulés un peu partout qui à la fin de chaque de niveau, se retrouve dans la chambre du garçon. Il est difficile de les rater, car ils se retrouvent en surbrillance.

Ce qui m’amène à la deuxième phase, le type plateforme. Chaque zone renferme également des puzzles qui ne sont pas très complexes à résoudre. Cependant, et ça représente le gros point faible du jeu, c’est de la manière que le personnage tourne sur lui-même ainsi que les sauts qui sont loin d’être précis et plutôt approximatifs qui rendent certains puzzles difficiles à effectuer. J’ai en tête deux exemples, le jeu de plateforme avec le jeu Simon Dit et la partie avec des livres. Je crois que les déplacements sont à revoir. Il faut savoir que le personnage peut marcher, courir et sauter, mais même les sauts ne sont pas toujours évidents.

Le visuel est beau et émotif:

The Inner Friend est en totalité une expérience visuelle riche pour les yeux et renferme ce côté émotif que seuls les jeux touchant à l’aspect mental comme The Town Of Light ou Fractured Minds semblent détenir. Détrompez-vous il est très ardu de créer un univers plongeant le joueur dans le domaine des maladies mentales ou touchant aux problèmes vécus par l’humain. PLAYMIND l’a réussi d’une belle façon en y intégrant une narration visuelle, sans paroles ni dialogues. Il faut le faire. Tout se déroule entre ce que voit le personnage à l’écran et ce que le joueur ressent et perçoit dans son cerveau. Sa manière d’interpréter ce qui passe devant lui. Il n’y a pas beaucoup d’ennemis et ceux présents semblent sortir tout droit de notre imaginaire étant enfant. Le niveau des miroirs représente bien ma pensée. Par contre, dans certains endroits, le jeu de caméra est à revoir. Elle ne se positionne pas toujours au bon endroit. Ce qui peut lors de sauts qui semblent faciles à réaliser vient rendre la tâche plus complexe.

Un jeu muet, mais qui veut tout dire:

Les interactions présentes se font toujours sur une base visuelle et musicale. On mise sur l’ambiance mystérieuse et parfois glauque. Ce n’est pas un jeu violent, mais n’est pas non plus un jeu qui met en scène des arcs-en-ciel et des licornes. Loin de là. Les pièces instrumentales représentent ce que le personnage vit à l’écran et certains bruits ambiants plongent le joueur dans une immersion encore plus complète.

Au final:

Encore un bon jeu court certes, mais au combien gratifiant une fois terminé. D’ailleurs la fin nous fait comprendre bien des choses. Malgré une durée de vie moyenne, je le recommande. Une belle expérience à vivre au moins une fois. Il renferme de belles qualités, mais quelques points frustrants.

Cote FG: 8 cauchemars/10

Points positifs:

  • Le scénario qui met un ami imaginaire en vedette.
  • Un autre bon jeu touchant aux peurs et craintes, voire problèmes mentaux.
  • Les deux phases de jeu.
  • Les différents niveaux.
  • Une narration visuelle.
  • La fin…

Points négatifs:

  • Une courte durée de vie.
  • Quelques problèmes avec les contrôles.
  • Une caméra parfois capricieuse.

Fiche technique:

  • Développé et publié par PLAYMIND.
  • Jeu d’aventure/plateforme/puzzles.
  • Jouable en solo.
  • Version téléchargeable uniquement.
  • Offert en anglais ou français.
  • Disponible sur PC, PS4 et Xbox One. (testé sur Xbox One X)
  • Site officiel: http://theinnerfriend.com/

Merci à HomerunPR pour l’obtention du code dans le but de tester le jeu.