(Test FG) Panzer Dragoon: Remake – Nintendo Switch

 

Je me rappelle très bien de ce samedi après-midi alors que je venais d’avoir 15 ans tout juste. Évaché sur mon divan à écouter Musique Plus, vous savez dans le temps où il y avait des VJ et même des vidéoclips? Une émission spéciale venait tout juste de débuter. Une gang de Musique Plus était présent dans un événement de Sega, compagnie que je détestais à l’époque car j’étais un de ses Nintendo Fanboys. Mais ce que Sega y présentait m’avais tout de même titillé l’esprit, le Sega Saturn, une machine révolutionnaire avec un lecteur CD et des graphismes incroyables. Certains jeux y étaient présentés dont le maintenant classique Panzer Dragoon.

 

Panzer Dragoon Remake sur Nintendo Switch suis de très près les traces du jeu d’origine. Un jeu de tir sur rail qui vous place dans la peau d’un chevaucheur de dragons qui se doit d’arrêter un groupe de méchants qui veulent bien entendu détruire la planète. Une histoire racontée malheureusement dans des séquences d’animations quelques peu vieillottes mais qui sont tout de même intéressantes. Le problème c’est que l’histoire est pas mal omniprésente et ennuyante. Il faut bien avouer que le titre se veut un jeu du style arcade avant tout mais c’est tout de même dommage.

P1

 

La jouabilité de Panzer Dragoon ne pourrait être plus simple. Vous dirigez le réticule de tir dans l’écran et attaquez les ennemis à l’aide de vos deux seules options, la première est une trainée de balle qui se dirige droit devant, la seconde qui prend un peu plus de temps à se charger, des missiles qui sont dévastateurs sur les ennemies de petit gabarit et rapide. Mais attention, vous devrez regarder tout autour de vous en changeant la trajectoire de votre vision car des ennemis arrivent de tout bord, tout côté et il vous faut donc rester alerte. Ce principe est étrangement repris dans presqu’aucun autre jeu de ce style à ma connaissance personnelle. Pourtant, il apporte le peu de profondeur à ce titre plutôt trop simpliste par moment. J’ose espérer que la sortie de ce remake donne des ailes à ce principe intéressant dans les jeux de tir sur rail.

P2

 

Moins d’une dizaine de niveaux sont disponibles dans le remake, ce qui m’a pris environ deux heures à compléter.  Oui deux heures pour un jeu en 2020 alors que les joueurs réclament de plus en plus de contenu dans un jeu. Okay, c’est un jeu de style arcade mais cela ne devrait pas tout pardonner. Oui on peut refaire le jeu plusieurs fois pour avoir un meilleur score mais tout ceci ne débloque absolument rien mis à part une petite partie de satisfaction. Avec le nombre de bon jeux disponibles présentement, il est impensable que l’équipe ne se soit pas pris de temps supplémentaires pour ajouter du contenu à débloquer. Ça aurait pu être des nouveaux dragons, des armes supplémentaires, des niveaux bonus et j’en passe. Ici on parle de paresse ou de n’avoir aucune ambition.

P3

 

La même paresse est apparue dans les animations qui semblent dater d’une dizaine d’années ainsi que des graphismes qui auraient eu avantage à être peaufiner. Le tout est quelques peu embrouillé lors des parties sur Nintendo Switch autant en mode portable que dans la station d’accueil. Oui, il y a beaucoup d’effets en même temps à l’écran mais de nos jours, ceci n’empêche aucunement d’avoir des graphismes de meilleures qualités qu’il y a 10 ans. Quand même le dragon sur lequel nous sommes semble avoir été animé par un étudiant en animation 3D sans expérience notable, ça en dit long sur la qualité globale du titre. Même chose du côté sonore ou quelques effets sonores semble être de basse qualité comparativement à d’autres effets. Comme si plusieurs équipes avec différentes compétences avaient tous travaillé sur le titre chacun de leur côté et que les morceaux avaient été mis ensemble.

 

Panzer Dragoon : Remake ne passera pas à l’histoire comme l’a fait son grand frère il y a plusieurs années. Une finition bâclée ainsi qu’un maigre contenu m’oblige à vous faire éviter ce titre et ce, malgré son prix de 25$. Par contre, si vous êtes nostalgique et dépensier, vous trouverez sûrement un petit deux heures de plaisir malgré tout. Après tout, 25$ pour deux heures est environ la même chose qu’une soirée au cinéma avec un bon popcorn.

 

5/10

 

@Jackgerms