(Test FG) Tennis World Tour 2

 
En ce temps de deuxième vague de la pandémie et par la bande, un second confinement, tous les domaines l’ont à la dure depuis plusieurs mois, c’est le cas avec le sport qui est présenté avec pas de spectateurs, comme le tennis par exemple. J’avoue que ça manque grandement d’ambiance. Cependant, si le tout vous manque présentement, le jeu Tennis World Tour est de retour dans sa deuxième mouture, avec des fans dans les estrades. S’agit-il d’une évolution de la première itération ou on frappe une double faute?

Certes, les jeux de tennis sont loin de la très haute qualité que nous offrait à l’époque la franchise Top Spin, d’année en année, on s’en approche, mais ce n’est pas toujours pas au même niveau. En 2018, on voyait le jeu Tennis World Tour pointer son nez sous l’égide de Breakpoint et publié par Big Ben Interactive. C’était bien, mais pas mal décevant dans plusieurs aspects. Maintenant, en 2020, Big Ben Interactive est devenu Nacon et le studio de développement est passé de Breakpoint à Big Ant Studios. Ce studio n’est pas un nouveau venu dans le domaine, étant également celui qui développe l’autre franchise de tennis: AO Tennis. Avant de vous lancer dans ce texte, sachez une chose, Tennis World Tour 2 est l’équivalent de FIFA et AO Tennis 2 est PES. C’est-à-dire que d’un côté c’est beaucoup de contenu avec une jouabilité orientée arcade et de l’autre, peu de contenu officiel, mais une jouabilité plus axée simulation et beaucoup plus plaisante.

Le jeu renferme quelques nouveautés, mais est-ce vraiment assez? Oui, mais à très faible dose. Pourquoi? Parce que l’offre de jeux de tennis est vraiment trop mince. C’est un peu comme les jeux de, excusez, le jeu de football avec Madden NFL. Ils peuvent se permettre très peu d’innovations, ayant un calvasse de monopole.

Les développeurs avaient promis aux joueurs/joueuses l’an passé de revoir la jouabilité afin de peaufiner les sensations plus réalistes avec manette en main. Certes, le travail est accompli, mais malgré le même studio au développement des deux jeux de tennis, on est encore loin de l’aspect réaliste de AO Tennis 2. Maintenant, on distingue la précision et la puissance. Pour la précision, j’ai dû appuyer légèrement sur les boutons et pour ajuster la puissance, appuyer sur les touches, mais en restant appuyé un certain temps. Tout est maintenant question de timing et sans cet aspect de réussite, vous ne gagnerez jamais.

Même en jouant la prudence, en frappant une balle placée au centre du terrain, sans maîtriser les deux aspects mentionner plus haut, la balle sortira toujours de la zone admise ou n’obtiendra jamais l’effet escompté. J’ai détesté la jauge de coup. C’est loin d’être intuitif, surtout comparée aux mécaniques de jeu beaucoup plus facile à maîtrisées dans AO Tennis 2 et le tout ressemble bien plus à comment un joueur se comporte sur un terrain. Bref, prévoyez plusieurs heures pour venir à bout des mécaniques de jeu et surtout de bien assimiler tous les coups.

Autre promesse que les développeurs avaient promise, une jauge de service revue et… améliorée. Pour la « revue », ça va, mais on repassera pour améliorée, car à mon point de vue, c’est tout sauf intuitif. On est loin du service dans AO Tennis 2. Encore là, tout est une question de timing avec précision et puissante. D’ailleurs, pour la puissance, plus la balle est frappée en hauteur et plus, le coup sera puissant, mais aussi représentera un danger pour les doubles fautes.

Une autre chose que j’ai vraiment détestée, c’est le système de cartes qui peuvent offrir un coup de raquette supplémentaire. Tu veux offrir un jeu qui se dit près de la simulation, mais tu offres ce genre d’option. Vraiment??? Pourquoi? Très décevant, surtout que cette option n’apporte rien. Ceux qui voudront quand même jouer avec cette fonction, sachez que vous pourrez vous les procurer dans la boutique en échange d’argent gagné durant le jeu. Bon point, le jeu n’intègre aucune microtransactions.

Côté contenu, c’est le parallèle que je brossais avec un certain FIFA. C’est 36 joueurs de tennis présents, dont 11 femmes seulement. Denis Shapovalov – Bianca Andreescu – Felix Auger-Aliassime répondent présents, mais il faut oublier Eugénie Bouchard, Milos Raonic et Vasek Pospisil. Il y aussi plusieurs stades représentés via une licence officielle et quelques tournois du Grand Chelem comme Roland-Garros. Je m’attendais à mieux et surtout plus en quantité.

Côté modes de jeu, les matchs en double soit local ou en ligne font leur apparition. Outre cette nouveauté, les matchs d’exhibition sont présents tout comme les tournois personnalisés, l’Académie de tennis (entraînement) et le mode carrière, mode qui est plus le plus intéressant pour ma part. Malheureusement, le mode carrière semble faire du surplace depuis deux ans. Bref, j’ai débuté par la création de mon joueur et ishhh, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Autre fait étonnant et celui-là, m’a profondément déçu. On ne peut débuter une carrière avec une star déjà établie… Même développeur que AO Tennis 2 et cette option est offerte dans l’autre jeu. Ouais, 2020 est vraiment une année bizarre.

Je ne sais pas comment ça se déroulera pour vous, mais pour ma part, mes débuts en Carrière ont été frustrants. Même si mes adversaires étaient près de moi côté statistiques, avec leurs maudites cartes d’avantages, j’en mangeais une sincère. J’étais exaspéré…

Pour ce qui est du jeu en ligne. Les développeurs ont versé dans le classique plutôt bancal. J’ai pu jouer en mode parties rapides, personnalisées et matchs classés. L’objectif est simple en match classé: remporter le maximum de victoires pour ainsi grimper dans le classement mondial et vice-versa avec trop de défaites. J’ai malheureusement vécu plusieurs bogues et non, ce n’est pas dû à ma connexion qui n’était pas assez puissante.

Certes Big Ant Studios devait revoir certaines mécaniques de jeu, mais le graphisme aussi. N’ayons pas peur, la première mouture relevait beaucoup plus d’un graphisme de l’époque de la PS3/Xbox 360. Pour cette nouvelle itération, on a droit à un tout nouvel engin graphique et le résultat est magnifique. J’ai bien aimé retrouver les trainées des souliers dans la terre battue par exemple. Le jeu bénéficie aussi de plusieurs nouvelles animations et les joueurs/joueuses sont mieux modélisés et plus ressemblants. Par contre, on est loin de la perfection. J’ai vécu plusieurs bogues qui étaient parfois assez frustrants, comme de la téléportation de joueurs, des gels, quelques ralentissements pendant certaines cinématiques, etc. L’autre gros souci vient du déplacement des joueurs/joueuses sur la surface. Bien quoi, un peu de « moon-walk » ça n’a jamais fait de mal. Ce n’est pas toujours le cas, mais mon joueur parfois ne se rendait pas à la balle comme demander ou freinait trop brusquement.

Au niveau sonore, c’est l’ambiance qui fait que le jeu remporte un important point. La foule est de la partie et ça se ressent. L’arbitre peut également s’y mettre pour calmer la foule. Ça ressemblait vraiment à une partie télévisée.

Pour conclure, je suis très perplexe quant à une recommandation du jeu. À plein prix, oubliez ça. Surtout que la concurrence fait beaucoup mieux. On est encore loin de Top Spin. On verra bien pour le troisième volet de la franchise.

Cote FG: 6.5/10

Fiche technique:

  • Développé par Big Ant Studios.
  • Publié par Nacon.
  • Jeu de sport (tennis).
  • Jouable en solo ou multijoueur (local et en ligne)
  • Offert sur PC, Nintendo Switch, PS4 et Xbox One. (testé sur Xbox One X)
  • Disponible en version anglaise et française.
  • Version boîte et téléchargeable.
  • Site officiel: https://tennisworldtourgame.com/fr-FR/

Le jeu fut testé sur la Xbox One X via un code de téléchargement qui fut gracieusement offert par Homerun Pr.