(Test FG) Curious Expedition 2

Qui n’a pas rêvé d’embarquer dans une expédition à la découverte d’iles perdues, de portail de téléportation, de peuple reptilien et autre curiosité?

 

Dès l’ouverture on comprend que ça va être du bonbon pour les yeux.

L’équipe de Maschinen-Mensch est de retour avec une suite/refonte de leur premier jeu. Les mécaniques sont semblables, mais le plus gros changement se situe au niveau des graphismes. On est dans un tout autre univers. Curious Expedition 2 c’est un RPG qui nous amène à explorer des iles lointaines et à élucider le mystère de l’engin une machine bizarre dont les origines se perdre. Découverte par Malin, une exploratrice française, lors de notre introduction au jeu, elle est vite perdue à cause d’un mystérieux brouillard violet.  C’est ici que votre aventure commence vraiment. Malin vous délègue le travail de trouver des indices, pendant qu’elle cherche de son côté.

La carte ou vous allez passer la majorité de votre temps

Jouer à Curious Expedition 2 c’est un peu de la routine. Comme les bons vieux Phantasy Star, on se promène sur une carte, on rencontre des personnages quelquefois utiles, on engage dans des combats trop difficiles et on collection des trésors. On retourne ensuite à Paris afin de troquer nos bibelots pour du meilleur matos, recruter des nouveaux compagnons et hop c’est reparti. Chaque acte se demande de faire 2-3 missions avant de pouvoir accéder à la mission avec Malin et ainsi poursuivre l’histoire.

On continue de découvrir des choses mémorable durant tout le jeu.

La première chose qui saute aux yeux c’est le travail artistique exemplaire accompli par l’équipe. On a l’impression d’être immergé dans une bande dessinée de Tintin. Tout est construit avec des bulles de textes et des décors somptueux et variés. Le choix de nos compagnons se fait dans une taverne, on nous offre 3 choix, à vous de décider lequel sera le plus utile. Un voleur pour tenter d’obtenir des objets gratuits? Un soldat pour effectuer plus de dommage, ou un âne (un âne dans une taverne oui) qui peut non seulement attaquer, mais aussi transporter votre héros. En espérant que vous n’en perdiez pas trop en cour de route, vous réussirez à amasser une plus grosse équipe ce qui fera une énorme différence lors des combats. Les combats sont faits à partir d’une banque de dés que chaque membre de votre équipe possède (d’où l’avantage d’avoir une grosse équipe) un peu comme si on jouait à un jeu de table, le jeu repose beaucoup sur la chance. Les combats restent relativement rares, et il est possible de les éviter (à moins qu’il soit nécessaire pour l’histoire).

Bizarrement, négocier avec des pirates fantômes, n’est pas la chose la plus bizarre du jeu. 

Il est maintenant temps de parler de ce que le jeu fait moins bien. La première chose, et ce qui va vous préoccuper tout au long du jeu, c’est votre jauge de Raison (sanity). En fait le jeu repose presque entièrement sur cet aspect ce qui vous pousse à ignorer les autres améliorations et focaliser toutes vos ressources sur l’amélioration de votre consommation de Raison. Pour expliquer de quoi il en retourne; imaginer ceci : tout votre déplacement consomme de la raison, vous pouvez continuer d’avancer sans elle, mais vous risquer des moments d’insanité. Les dégâts peuvent varier de perdre un objet, jusqu’à perdre un compagnon en plein milieu de la nuit. Il devient alors primordial d’accumuler du whiskey et autre consommable afin de recouvrir la raison, ou trouver des endroits pour dormir et ainsi retrouver votre équilibre mental. Finalement, ça veut dire que l’exploration est limitée et on doit se ruer au plus vite sur les objectifs. L’autre stratégie est de mourir, mémoriser les endroits sur les cartes et recommencer afin de maximiser nos promenades.

Je n’aurais peut-être pas dû toucher à ça.

Je reviens sur le système de dés, car combiné à la jauge de raison et la difficulté d’accumuler des équipements, le jeu n’offre pas la possibilité de faire beaucoup de stratégie. Avec un RPG normal ou un qui utilise un système de carte, on peut construire son équipe et entrer un combat ou tout autre évènement avec les éléments nécessaires pour une tentative de réussite. La seule chose que l’on peut faire c’est de combiner certains dés afin d’en augmenter le pouvoir, ce que j’ai trouvé vraiment intéressant et ce qui est selon moi la force de ce système. Dans Curious Expedition 2, rester en vie et ne pas perdre des équipiers devient un défi constant. Parlant de perdre des équipiers, ils peuvent non seulement mourir durant un combat, mais aussi vous quitter, car leur moral baisse, ou, car ils sont fâchés contre vous, ou ils ont perdu confiance dans le chef. Tous ces paramètres sont difficiles à suivre, puisqu’ils n’ont pas de jauge ou d’indicateur. Certain personnage nécessite de l’alcool pour se motiver, mais il n’est pas possible de leur en donner à moins qu’une des aires de repos vous offre cette option.

Combiner des dés et des objets est votre meilleur chance de survivre les combats fastidieux.

Au final, on se retrouve avec un joli jeu, mais dans lequel on n’a jamais vraiment de contrôler sur sa destinée. Dans un « rogue-like » on recommence souvent, mais où accumule des objets ou des niveaux qui nous permettent de devenir plus fort, ce n’est pas le cas ici. Il n’y a pas de mission secondaire ou autre mécaniques afin d’améliorer nos personnages. On ne garde pas non plus tous les équipements que l’on trouve durant une expédition. Tout disparaît et on doit recommencer à zéro. Ce n’est pas le fait que ça rend le jeu difficile, mais plutôt que ça rend le jeu morne. On n’a jamais l’impression d’avancer même si on complète une mission, car on doit toujours repartir de zéro avec souvent de nouveaux équipiers. Les endroits à visiter sont toujours aussi les mêmes. Village local, La Mission, le vendeur ambulant. Sont les endroits qui permettent le plus d’interaction, sinon trouver une chute d’eau est un moment d’extase, car elle permet de dormir et régénérer la maudite jauge de raison de façon gratuite.

AHHHH! PARIS!

Curious Expedition 2 est un des tops 10 plus beaux jeux que j’ai vus de ma vie. Cependant il ne nous donne jamais la chance d’être en contrôle de notre jeu. Une fois terminé il n’y a donc pas vraiment d’intérêt à y retourner. Je le conseille seulement si vous êtes amateur de jeu type « rogue-like » difficile.

Site officiel

Page Steam

 

Points Forts:

  • Dessin superbe
  • Animation et texte
  • La mécanique de dés quand on a plusieurs personnage avec nous.
  • Histoire engageante

Points Faibles:

  • Peu de place à l’exploration ou mission secondaire.
  • Style de jeu incertain avec un élément rogue, mais pas complètement intégré.
  • Difficulté inégale d’une fois à l’autre.