(Test FG) Super Mario 3D World + Bowser’s Fury

 
Ah les fameuses versions portées d’une console vers une autre sont devenues légion depuis tant d’années et Nintendo en compte une panoplie à son actif. La dernière en liste, l’excellent Super Mario 3D World de l’époque de la Nintendo Wii U qui fait son arrivée sur la Nintendo Switch. Est-ce que ce 728e portage vidéoludique en vaut la peine? Vaut-il un achat? Revêtez votre salopette et accompagnez-moi dans les tuyaux pour en savoir plus.

Mario, des fées et un chat:

D’entrée de jeu, c’est bien d’offrir ses meilleurs titres d’une console vers une autre, le côté mercantile est très fort, mais c’est aussi l’occasion de découvrir d’anciens jeux non connus d’une autre génération. C’est le cas ici de la nouvelle ancienne mouture de la franchise mettant en vedette le plus célèbre plombier moustachu et sa bande. Par contre, offrir un portage à prix entier, les ventes seront-elles présentes? Rien n’est moins sûr, mais Nintendo a cru bon de greffer un nouveau jeu nommé Bowser’s Fury à Super Mario 3D World. L’idée est bonne et fonctionne très bien. J’y reviendrai plus tard dans ma critique. D’ailleurs, comme il s’agit d’un portage, j’y aborderai les quelques nouveautés présentes.

Donc, le scénario de Super Mario 3D World met en scène Mario et sa bande alors que le méchant Bowser (oui, encore lui) kidnappe les mini fées Libella. Les comparses devront partir dans une grande aventure dans le but de libérer des griffes du plus grand adversaire de Mario lesdites fées. Comme il s’agit d’un jeu de plateforme, il faudra user de toutes les capacités des personnages. Pour ceux n’y ayant pas joué à l’époque, il s’agit de l’introduction d’une nouvelle forme de Mario, le Mario Chat, sans litière svp. Ce qui offre une panoplie de nouveaux mouvements et de moments cocasses. Donc, le scénario est très simplet et on ne va pas se mentir, ce n’est pas pour cette raison que l’on joue à tous ces jeux de la franchise depuis maintenant 1985.

Un monde original:

La recette empruntée pour cet opus se base sur les anciens titres. Du coup, pourquoi la changer, alors qu’elle est gagnante? Bref, le jeu se divise en divers monde dans lesquels il faudra réussir différents niveaux dans le but de cumuler des étoiles vertes, parvenir au château final et ainsi y terrasser le boss qui s’y réfugie pour libérer une fée. Évidemment, que serait un jeu de Mario sans surprises. Chaque niveau renferme son lot d’objets utiles à récolter: 3 étoiles par niveau, des étampes, des items pouvant être stockés comme des champignons, des fleurs, des cloches (c’est ses dernières qui permettent à Mario de devenir un chat), un Tanooki et même un Tanooki gris. Le jeu est parfois facile, parfois plus ardu, mais vous pouvez cumuler un bon nombre de vies. Si vous mourez, vous pourrez continuer tout de même l’aventure en revenant au début du monde dans lequel ça été le trépas pour vous. Chaque niveau peut être fait et refait dans le but de récolter l’étoile ou l’étampe manquante. Les étoiles, c’est un peu comme la monnaie du jeu en fait.

De plus, chaque monde possède des zones bonus, des endroits cachés ainsi que des endroits dans lesquels on peut trouver des items forts intéressants.

Jouer seul c’est bien, mais à quatre, c’est chatpoté:

Même si le jeu peut être joué entièrement solo, il est beaucoup plus amusant de s’y adonner à plusieurs. À deux, c’est bien, mais à quatre, ça devient un joyeux bordel. Surtout, lorsque tout le monde devient un chat. Un excellent divertissement familial ou entre amis soit localement ou en ligne. Chaque joueur doit prendre le rôle d’un personnage connu de la franchise, en occurrence: Mario, Luigi, Toad et Peach. Chacun d’un possède ses habiletés distinctes. Il y a des points de sauvegardes dans chaque niveau, donc, si la mort est au rendez-vous, vous reprendrez l’aventure au dernier point visiter. La durée de vie est semblable à tous les autres titres de la licence. Par contre, si vous êtes comme moi, vous retournerez dans les différents niveaux dans le but de les compléter à 100%. Pour ceux n’y ayant jamais joué, sachez que le personnage chat apporte une bonne dose de nouveaux mouvements comme grimper un peu partout, s’agripper lors d’une chute presque fatale ainsi que de courir très vite et assommer les ennemis avec ses pattes. Un nouveau mode photo fait son apparition. Celui-ci offre la possibilité de prendre de superbes clichés et ainsi les partager avec tous. Bien quoi, c’est toujours mignon un chat non? Parlez-en à Youtube…

Si vous comparez avec l’itération initiale, vous remarquerez que quelques ajustements aux mécaniques de jeu furent apportés. Les déplacements sont plus rapides et les personnages peuvent grimper plus haut en forme de chat. Ce qui permet d’atteindre des endroits qui… ah non, à vous de le découvrir. Une fonction pour les Amiibo y a été greffée, ce qui ajoute un item au personnage. Pas de quoi écrire un livre là-dessus, mais ils sont tout de même encore présents.

Chat va bien aller… visuellement:

Le graphisme est impressionnant et toujours aussi coloré. C’est du Nintendo après tout. J’ai l’impression que les développeurs se sont bien amusés en offrant un visuel destiné au monde félin en transformant tout en forme de chat. Les arbres ressemblent à des chats, les oiseaux ont des oreilles de chat (oui, ça se peut), même les ennemis autrefois assez laids, semblent plus mignons. À noter ici que j’ai écrit, semble, mais ils ne sont pas moins dangereux pour autant. On passe aussi d’une résolution de 720p sur la Nintendo Wii u à 1080p maintenant. Le jeu fait aussi bien autant en version TV qu’en version portable. Aucune perte au niveau de la résolution et du taux de rafraichissement de l’image. Tout est propre comme à l’habitude chez Nintendo.

Musique et sons = chatouilles pour les oreilles:

Au niveau des sons, c’est les mêmes que par le passé. Vous savez les différents bruits qui sont dans votre tête depuis tant d’années, bien ils sont encore là. Pour les mélodies. Il s’agit des mêmes qu’à l’époque avec quelques-unes retravaillées. Des rythmes joyeux, tantôt lents, tantôt rapides qui suivent l’action à l’écran. Et évidemment, les personnages ne parlent toujours pas ou presque, mais émettent certaines tonalités de chat.

Une extension qui aurait pu devenir un contenu téléchargeable:

Si Nintendo avait offert ce jeu qui est un portage, je le rappelle, sans grande nouveauté, est-ce qu’il aurait justifié un achat? La question se pose, mais en y greffant le mode Bowser’s Fury, Nintendo a voulu en faire un peu plus que certaines compagnies qui devraient sérieusement prendre exemple sur eux. Donc, Bowser’s Fury c’est quoi ça? C’est un nouveau mode dans lequel on retrouve Mario au Lac Saudechat et devant prêter main-forte à Bowser Jr face à son père Bowser qui est devenu incontrôlable et encore plus méchant. Qui aurait cru ça possible un jour, aider un ennemi juré de Mario, vraiment la pandémie apporte son lot de bizarreries. Bowser qui semble sous le coup d’une malédiction, veut détruire tout sur son passage. Et quel passage, ce monsieur est devenu aussi grand qu’un Kaiju… À quand un Mario Godzilla?

Le but de tout cet affrontement est de s’aventurer dans un monde ouvert au travers diverses îles tropicales qui servent de terrain de jeu et ainsi amasser le plus d’astres félins que possible afin de libérer une méga cloche éprise d’une matière visqueuse (tient, ça me rappelle un certain Super Mario Sunshine) gracieuseté de Bowser Kong. Une fois libre, la cloche permettra à Mario de confronter Bowser et mettre fin à ce fléau.

Bien que le tout soit amusant, j’ai vécu quelques moments répétitifs et l’extension n’est pas très longue. Quelques heures pour en faire le tour. J’ai adoré que cette fois, rien ne fût défini, je pouvais enchaîner les niveaux comme bon me semblait. On peut y jouer solo et également à deux. L’un contrôle Mario et l’autre Bowser Jr. Ce dernier aura comme tâche d’aider Mario en martelant les ennemis et ainsi libérer le passage devenu sûr pour Mario. On y jouant seul, c’est l’intelligence artificielle qui sera mise à contribution. J’ai eu du plaisir, mais je suis heureux de ne pas avoir eu à payer un surplus pour me le procurer.

C’est chat qui est chat:

Bon, maintenant, la question à 100$, en vaut-il l’achat? Je répondrais oui, car une génération de joueurs, joueuses n’y ont pas joué à l’époque et ça demeure dans la haute qualité des jeux exclusifs à Nintendo. Si vous le possédez déjà sur Nintendo Wii U, peut-être attendre une baisse de prix… d’ici 5 ou 6 ans, ça devrait le faire, sachant que Nintendo ne baisse pas leur prix très souvent.

Le jeu fut testé sur Nintendo Switch via un code de téléchargement qui fut gracieusement offert par Nintendo Canada.

Cote FG: 9/10

Fiche technique:

  • Développé et publié par Nintendo.
  • Jeu de plateforme.
  • Jouable en solo et multijoueur en local et en ligne.
  • Offert en version anglaise et française.
  • Disponible en version boîte et téléchargeable.
  • Exclusif sur Nintendo Switch.
  • Site officiel: https://supermario3dworld.nintendo.com/fr/