(Test FG) My Universe: Pet Clinic – Cats & Dogs

 
Même si la série My Universe est destinée à un public plus jeune, je me suis laissé prendre au jeu My Universe: Pet Clinic – Cats & Dogs et vous savez quoi, j’ai bien aimé mon expérience d’entrer dans la peau d’un vétérinaire.

Je deviens vétérinaire:

Étant depuis toujours un fan fini de la série TV 4 Et Demi, je pouvais enfin réaliser un rêve de devenir un ami des animaux. Donc, dans ce jeu, j’ai pris le rôle d’un vétérinaire qui doit ouvrir sa clinique de quartier pour ainsi fidéliser une clientèle et y soigner plusieurs animaux. Après avoir nommé ma clinique, j’y ai accueilli mes premiers clients et surtout pris de soins de leur animal de compagnie.

Certes, le scénario est mince, mais c’est l’enrobage qui donne envie d’y retourner. Apprendre de nouvelles techniques, améliorer la clinique, soigner une panoplie d’animaux, tout ça faisait partie de mes tâches et de ma nouvelle vie de vétérinaire. Le jeu se divise en deux modes distincts: le mode histoire qui fait office de carrière et le mode bac à sable qui permet d’avoir un accès total à sa clinique et de s’occuper d’animaux après avoir paramétré certaines options. Le test se concentrera sur le mode histoire qui est beaucoup plus riche et intéressant que le second mode.

Dans la clinique:

Le but du jeu est de passer au travers ses journées de travail à la clinique. Au menu, plusieurs tâches à accomplir dans l’optique de cumuler des points et ainsi monter de niveaux. C’est un peu comme le jour de la marmotte. Tous les matins, je devais ouvrir ma clinique et attendre l’arrivée de mes clients avec leur animal respectif, soit un chat ou un chien. Dès lors, il me suffisait de consulter le dossier de l’animal et le prendre en charge. Je pouvais également me balader dans les couloirs de ma clinique ainsi que ses locaux pour aller caresser les animaux présents dans la salle d’attente, ajouter des décorations dans les pièces avec des objets à débloquer ou consulter le tableau des succès qui me montraient les photos de toutes les espèces d’animaux que j’avais au préalable soignées.

Avant la consultation, je pouvais consulter une petite bulle au-dessus de la tête de l’animal en question afin de connaître de quoi souffrait l’animal. Comme exemple, si l’animal était angoissé, il me suffisait de lui faire quelques câlins et ainsi l’animal prenait confiance en moi. Suite à la lecture du dossier et aux examens primaires, direction le cabinet pour la consultation principale. Les dossiers se ressemblaient tous et les soins apportés se déroulaient sous forme de mini-jeux. Dans un premier temps, je devais identifier le problème et ensuite le soigner. Les propriétaires offraient toujours un indice dans le but de bien soigner l’animal. Par la suite, j’avais soit une ou deux actions à réaliser pour découvrir l’origine du mal: vérifier avec une loupe, écouter son cœur et ses poumons pour surveiller si son rythme était normal. Toutes ces actions prenaient place en court défi comme cliquer et appuyer sur les bons endroits, déplacer des items ou cliquer au bon moment sur une jauge.

À chaque défi réalisé, selon la gravité du problème, j’obtenais un indice sur la satisfaction du patient. Un bon résultat me donnait des étoiles de niveau. Plus d’étoiles égal une progression plus rapide et vice-versa. Plus je soignais des animaux avec succès et plus j’obtenais des pièces d’or. J’avais droit aussi à des cadeaux hebdomadaires qui me donnaient soit des pièces ou de nouveaux objets pour décorer ma clinique. Tout ça, pour débloquer de nouvelles cartes qui me permettaient de peaufiner mes analyses et avoir droit à de cas plus complexes tout en y ajoutant des nouveaux appareils, comme une salle de radiographie.

Malheureusement, comme le jeu de destine à des joueurs en bas âge, ils seront peut-être portés à décrocher rapidement dû à l’option de chronomètre présent à chaque cas. C’est-à-dire que le problème n’est pas tant la présence du chronomètre, mais bien le peu de temps pour y arriver et sa vitesse de défilement. Même moi, à certaines occasions, je n’y arrivais pas.

La dernière étape de tout ce processus consistait à expliquer au propriétaire de quoi souffrait l’animal et certains conseils qu’il faudra suivre dans l’avenir pour ne pas répéter les mêmes erreurs. Même si le choix dans les dialogues paraissait logique, il pourrait l’être un peu moins pour un enfant qui devra effectuer la bonne décision.

C’est beau, mais manque d’animaux:

Le jeu est fort joli, mais le gros manque vient du peu d’animaux présents. Au total, ce n’est qu’une trentaine d’espèces de chiens et chats que l’on peut y trouver. J’aurais aimé pouvoir m’occuper de lapins, petits rongeurs, de furets, etc. La diversité amène l’enfant à s’y intéresser davantage, car la base du jeu demeure somme toute répétitive. Tout est présent pour attiser l’œil de l’enfant explorateur. Les couleurs, les animaux mignons, les mini-jeux.

On ne parle pas, on lit:

Le jeu ne comporte aucun dialogue parlé, que des lignes de texte à lire. Encore une fois, quelques commentaires audio auraient été le bienvenu pour les plus jeunes. Le jeu est au moins disponible en français et rien n’est difficile à comprendre.

Pour conclure:

Il s’agit d’un très bon jeu pour jouer avec des enfants de tout âge. Même moi, beaucoup plus vieux, j’y ai pris un certain plaisir. Le jeu est propre, la prise en main rapide et il est facile de tout assimiler. Par contre, j’aurais laissé tomber l’option du chronomètre et offert une plus grande gamme d’animaux à soigner.

Le jeu fut testé sur PS4 via un code de téléchargement qui fut gracieusement offert par Microïds.

Cote FG: 7.5/10

Fiche technique: