(Test FG) Protocol

 
Comment prendre une bonne idée sur papier et la détruire rendue en jeu? Hé bien, le studio Fair Games Studio l’a malheureusement fait avec son jeu Protocol. Pourtant, tout semblait pour le mieux, mais lorsque j’ai testé ce jeu, j’ai rapidement déchanté. En voici pourquoi.

Un récit intéressant, mais…:

Le scénario suit les péripéties d’un soldat (moi) qui s’inscrit pour la mise en œuvre du programme Protocole. Il se retrouve ensuite emballé dans une boîte d’atterrissage et déposé dans le cercle polaire arctique, à proximité du complexe de recherche Terminus. Mon objectif principal est de suivre les ordres d’une I.A. mystérieuse, qui m’utilise pour faire le premier contact avec la vie extra-terrestre. Toute violation aux ordres sera suivie d’une élimination immédiate du complexe et de son personnel. Le tout sur fond d’humour. C’est un peu comme si Alien rencontrait Duke Nukem, mais sans le plaisir et la peur.

Ça, c’est le début qui promettait, mais au final, s’est planté. Tout au long du jeu, même si c’était interdit, j’ai eu plein d’occasions de défier le fameux protocole et même si l’idée était bonne, le tout ne fonctionne pas. Parfois, je mourrais sans savoir pourquoi. De plus, le jeu n’offrait aucune liberté. Tu dois faire ça de telle manière et ne déroges surtout pas à la prérogative, sinon, tu seras exécuté sur-le-champ. J’étais même fortement incité à le faire, alors pourquoi ne pas m’avoir laissé une période de temps pour me sauver ou esquiver le trépas? Il me semble que mon idée est très bonne non?

Un ramassis de quêtes inutiles:

Pour moi, le jeu s’avère un gouffre de quêtes inutiles et moches à réaliser. J’ai vraiment essayé, mais je n’ai pas eu de plaisir en y jouant. Le facteur amusant était absent du début jusqu’à la fin de ma session. Pour preuve, je ne l’ai pas terminé et n’y retournerai plus jamais. C’est dommage, mais c’est la vérité. Le procédé était toujours le même, partir vers le point A pour récupérer un objet, ensuite allez au point B pour utiliser ce dernier, revenir au point A pour remettre l’objet en place, allez en direction du point C pour aller cueillir un autre item, revenir au point B et… ainsi de suite du début à la fin. J’aurais aimé pouvoir explorer d’autres zones, mais non, la mort me guettait. Utilisez un autre objet que celui requis, et c’était la fin. Bref, j’étais pris dans une boucle sans fin de redondance et d’ennui. Et lorsque la mort était au rendez-vous, j’avais droit à la même cinématique et aux mêmes lignes de dialogues.

Certes, passer d’une phase exploratoire trop dirigiste, à une phase de tir à une résolution d’énigmes pouvaient sembler une bonne idée, mais il n’en est rien. Le jeu à une durée de vie trop longue pour le plaisir que j’en ai retenu.

De la R.V. sans conviction:

Je l’ai souvent répété dans ma vidéo réalisée sur la présentation du jeu, mais les mécaniques de jeu sont clairement orientées pour de la réalité virtuelle. Ce qui fut un échec pour le portage sans le périphérique. La manipulation d’objets est carrément exaspérante. J’ai perdu patience très souvent dû au système de détection de collision et de distance d’interaction déficient. Les puzzles en devenaient pratiquement infaisables. Des objets coincés dans les murs, des items échappés au moindre frôlement sur un autre, des tremblements constants des prises d’articles avec ses mains sans conviction. Les phases de combat ne sont pas mieux et tout aussi frustrantes.

Que dire des sections où je devais passer en mode furtif? Incohérente via une détection là encore déficiente. Par chance, je ne suis pas du type lanceur de manette, car j’en aurais éclaté quelques-unes. Ah oui, l’indication du prochain objectif est? Hé oui, déficiente elle aussi. Certes certaines zones pourraient être vues à un hommage à certains jeux cultes, mais encore une fois, mal réalisées. Le jeu est clairement orienté vers des contrôles pour les périphériques de réalité virtuelle, donc, le portage est un échec en tout point et n’aurait dû en aucun temps bénéficier de ce type de manœuvre.

Un graphisme décevant:

Point de vue visuel, le jeu est dépassé et obsolète. Début de la PS3 ou Xbox 360, mais sans plus. Les textures manquent de détails, la modélisation des personnages est bancale et l’éclairage trop présent. De plus, le jeu était parfois très pixélisé et certaines textures d’arrière-plan ne se chargeraient pas toujours correctement et des objets disparaissaient. Le jeu représentait une belle idée d’immersion en y jouant à la première personne, mais ce fut encore un échec en mettant l’emphase sur la réalité virtuelle.

De l’humour corrosif:

De l’humour c’est bien pensé, mais de l’humour qui est pire que Duke Nukem Forever, c’est trop. Pourtant, l’idée avait un grand potentiel. Une I.A. qui se moque de nous, un peu comme Glados dans Portal ça aurait pu fonctionner. Les chicanes entre moi et l’I.A. étaient immatures, manquaient de conviction et versaient dans le cliché. Au moins, je peux souligner le doublage des acteurs, malgré un scénario terrible.

Un échec du début à la fin:

J’espère que c’est clair, fuyez ce jeu, décevant du début à la fin. Sans conviction, de bonnes idées, mais mal exploitées et j’en passe. Pourtant, les jeux indépendants sont la richesse de l’originalité et de la prise de risque. Pas ici…

Le jeu fut testé sur Xbox Series X via un code de téléchargement qui fut gracieusement offert par la firme GTP Media.

Cote FG: 3/10

Fiche technique:

  • Développé et publié par Fair Games Studio.
  • Jeu d’action/aventure.
  • Se joue en solo uniquement.
  • Sera disponible sur PC, PlayStation et Xbox.(testé sur Xbox Series X)
  • Offert avec voix en anglais et menus/sous-titres en français.
  • Version téléchargeable seulement.
  • Site officiel: http://fairgames.studio/protocol/