(Test FG) Kitaria Fables

 
Hummm, un jeu vidéo, un chat et des animaux, ça ne pourrait pas tourner mal, il me semble. Malheureusement, lorsque l’on y greffe des méchants monstres à ce magnifique amalgame, on obtient le jeu Kitaria Fables dans lequel tout n’est pas qu’harmonie et bonheur… et pourtant. Voici le compte rendu de mon expérience. Est-ce que je vais continuer à le nourrir ou l’enterrer dans une litière?

Le scénario:

L’action se déroule dans le monde paisible de Kitaria, où la nature vit en harmonie… ou plutôt « vivait », car cette même nature se montre de plus en plus agressive. Dès lors, l’Empire fera appel à mes services un chat pour enquêter et défendre ses habitants. Au menu, cultiver des terres, fabriquer des armes, utiliser de la magie, affronter les ténèbres sans cesse grandissantes qui menacent le monde.

Bien que le jeu est construit autour d’une quête principale un peu intéressante, il comporte une panoplie de missions secondaires parfois agréables et à d’autres occasions, les fameuses quêtes de facteur du genre prend ça et apporte-le à lui ou elle et ainsi de suite. Le jeu qui se joue tout en solo ou en coop locale, vous prendra environ entre 15 à 20 heures.

On y joue comment?

Comme il s’agit d’un jeu de rôle, le jeu se déroule en deux temps. La première phase concerne l’exploration et la collecte de ressources et la seconde, les combats. Pour la collecte de ressources et l’exploration, ça va. J’avais des outils à ma disposition qui me permettaient de creuser la terre pour y planter des graines et entretenir un jardin, une pioche pour les minéraux, une hache pour le bois et un arrosoir. De plus, outre le fait de pouvoir acheter l’essentiel au marché, certains items pouvaient être ramassés suite à la mort des ennemis. Certains de ses objets étaient cruciaux pour mener à bien les diverses quêtes.

L’autre partie, ce sont les combats. Comme les ennemis sont nombreux et reviennent souvent, il m’était très facile d’engranger des ressources en quantité industrielle. Pour ça, le tout fonctionnait parfaitement, cependant, c’est la partie combat qui fonctionnait pas mal moins bien. Les affrontements sont mous, trop répétitifs, faciles et sans grand défi. Je n’avais pas l’impression d’avoir accompli un exploit en battant un boss par exemple. Moi, Nyanza en occurrence, possédait que quelques options d’attaque et qu’une esquive. Je pouvais attaquer au corps à corps ou à distance avec des effets de magie (eau, feu, etc.) et via un arc. Ça devenait redondant, peu importe le procédé emprunté. Avec la jauge de l’ennemi qui apparaît en montrant la distance de frappe, je n’avais qu’à esquiver au bon moment et frapper ensuite. Et ce, à répétition jusqu’à la fin du jeu. Un petit aspect à prendre en compte, c’est la jauge d’énergie qui se vide assez rapidement, mais elle se remplit aussi vite. Je pouvais aussi courir et c’est tout. La vie ne se regénère pas d’elle-même. Il fait consommer des aliments ou tout autre objet utiles.

Le niveau du jeu est très facile, sans même améliorer mes capacités, je pouvais battre n’importe quel ennemi ou presque. Si je mourais, je retournais à la maison et sans rien perdre dans mon inventaire. Le jeu est trop permissif. Dans les villages, j’ai pu y trouver un forgeron, un marché d’alimentation ainsi qu’un kiosque d’items utiles. Je pouvais également y stocker mes éléments dans un coffre à prendre plus tard ou simplement vendre le surplus dans mon inventaire. Parlant inventaire, au départ, il n’y a que quelques emplacements de disponibles, mais le tout peut s’agrandir en y jouant. Comme il y a une quantité de ressources quasi sans fin, j’aurais préféré un sac plus grand. Je ne compte plus les allers-retours que j’ai dû faire pour vider mon sac et faire de la place. Plus haut j’ai abordé quelque peu l’aspect agriculture et ça devait être un aspect fort intéressant comme dans Animal Crossing ou Harvest Moon, mais c’est loin de ça. Appart le fait d’utiliser cette méthode pour mener à bien quelques missions, je pouvais soit garder mes récoltes pour les consommer ou les vendre, mais l’échange était vraiment inégal.

Ce qui m’amène à l’aspect mercantile. C’est très cher tenter de changer d’arme et ce n’est pas seulement l’argent que ça me prenait, mais certaines ressources aussi. Certains items qui me semblaient intéressants, étaient offerts à un coût exorbitant. Si le jeu devient ennuyeux, essayer l’option d’y jouer avec quelqu’un à côté de vous. Ça agrémente vraiment l’expérience et rend le tout plus plaisant. Chacun dispose de son propre équipement et rendra les combats moins redondants, mais encore plus faciles.

Un graphisme bucolique:

Le jeu semble sorti d’un mélange entre Animal Crossing et Pokémon sur Nintendo Switch. C’est très coloré, dans une facture visuelle enfantine, mais de bons tons. La direction artistique est adorable, les animaux sont bien modélisés et le bestiaire assez divers. Par contre, techniquement, il ne s’agit pas d’un jeu qui montre les capacités puissantes de la Xbox Series X. Les temps de chargement sont assez nombreux, même si relativement courts, et ce, à chaque moment de changer de zone ou d’entrer dans un bâtiment. Je désire souligner deux absences notables, aucun moyen de savoir où aller dans le jeu, il n’y a qu’une indication sur la carte et il n’y a pas non plus une mini carte. J’ai souvent cherché mon chemin, même si j’avais l’option de me téléporter d’une zone à l’autre. Je ne pouvais pas non plus faire pivoter la caméra. Dernier point, le jeu possède un cycle jour/nuit qui change le jeu quelque peu. Le temps passe très vite, aussitôt que le soir arrive, les magasins ferment, les gens rentrent chez eux et les ennemis changent.

De l’audio sans voix:

Les personnages ne parlent pas, il y a seulement présence de bulles de dialogues. La musique bien qu’elle suit l’action, n’est pas très variée et devient répétitive. Même à l’époque de la Nintendo NES, on faisait mieux. L’ambiance sonore est un plus. Les plus petits bruits ambiants ajoutent un peu au côté immersif.

Au final:

Même si au départ, j’appréciais mon expérience, plus j’y jouais et je voyais la redondance s’installer. J’y ai passé de bons moments, mais dans les dernières heures, j’y jouais à petite dose. De belles idées certes, mais des oublis aussi. Offert à environ 25$, ça ferait un beau cadeau à des enfants ou des gens débutant dans le domaine.

Le jeu fut testé sur la Xbox Series X via un code de téléchargement qui fut gracieusement offert par la firme PQube.

Cote FG: 6.5/10

Fiche technique:

  • Développé par le studio indépendant Twin Hearts.
  • Publié par PQube.
  • Jeu de rôle d’action.
  • Se joue en solo et coop locale en écran partagé.
  • Disponible sur PC, Nintendo Switch, PlayStation et Xbox.
  • Offert avec voix en anglais et menus et sous-titres en français.
  • Version téléchargeable seulement.
  • Site officiel: https://pqube.co.uk/kitaria-fables/

Voici un aperçu du jeu que j’ai réalisé: