(Test FG) Severed Steel

 
Vous aimez les jeux intenses qui vous scotchent à votre écran le temps de votre séance de jeux. Vous êtes tanné des jeux de tirs conventionnels ou la discrétion prend le dessus sur l’action. Severed Steel va vous en donner pour votre argent. Vous allez devoir tout faire pour tuer vos ennemis, et ce sans modération. Premier jeu développé par Greylock studio, Severed Steel se veut être un jeu de tirs à la première personne, acrobatique et très rocambolesque ou les fresques aériennes sont des prérequis pour s’en sortir vivant. Le mélange entre acrobaties et ralenti va plaire aux amateurs des anciens jeux de Max Payne et de la Matrix.

Ce n’est pas le type de jeu avec une longue histoire très développée. L’accent est vraiment mis sur la jouabilité. Grâce aux interludes représentés par des images de bande dessinée entre les chapitres, on comprend que Steel, la jeune femme que nous incarnons, a perdu son bras et qu’elle tente de retrouver la personne responsable. La partie n’est pas gagnée d’avance. Le bâtiment qui la sépare de son assaillant est composé de multiples pièces à traverser et celles-ci sont remplies des gardiens armés jusqu’aux dents. Vous contrôlerez donc cette jeune femme à un seul bras, qui apportera son lot de défis. Premièrement vous ne pourrez tirer qu’avec un seul fusil à la fois et vous ne serez pas en mesure de recharger votre arme. Dès lors, lorsque vous terminez votre chargeur, vous devez absolument voler celui d’un des gardes afin de vous réarmer. Pour ce faire, le dernier tir lance votre arme. Vous devrez donc vous en servir pour assommer vos adversaires et ainsi leur soutirer leur pistolet. Si vous manquez votre cible, vous pourrez toujours glisser dans les jambes de vos ennemis pour les ébranler.

Vos divers mouvements dont je vous parle depuis le début sont de courir sur les murs, plonger et glisser au sol. Aussitôt que le niveau débute, vous devez charger vos assaillants pour atteindre votre objectif qui sera la plupart du temps d’abattre tous les gardiens, détruire des postes de commande ou tout simplement vous rendre vers la sortie. Seul contre tous, vous devrez constamment être en mouvement et plus souvent qu’autrement en pleine acrobatie, car lorsque vous l’êtes, vous devenez invulnérable aux tirs ennemis. De plus, il y a une jauge de ralentie que vous devrez utiliser à bon escient. Tout dépendant du niveau de difficulté choisit, votre jauge de temps durera plus ou moins longtemps. Il est important de noter qu’en plus d’être invulnérable aux tirs ennemis durant l’exécution de vos habiletés, vous aurez droit à du temps de ralenti supplémentaire. Il vous faudra donc combiner toutes ces mécaniques pour arriver à vos fins, mais non sans peine. Tirer un ennemi ça se fait bien, mais tirer trois ennemies un après l’autre et devoir frapper le quatrième pour le désarmer et voler son arme afin de tirer le sixième et le septième en évitant les projectiles des autres, c’est autre chose. Ennemis qui soient dit en passant consiste en gardes au sol avec ou sans bouclier, des gardes robotiques aériens et des gardes explosifs armés de lance-flammes.

Severed Steel focus en grande partie sur la fluidité des mouvements et c’est assez réussi. Cela vous permet d’exécuter toutes les actions désirées. Tête en haut, tête en bas, plonge à gauche, glisse à droite, vous n’aurez aucun problème avec la jouabilité. Ce sera à vous d’exécuter les actions adéquates pour vous en sortir. Il est même possible de modifier les paramètres à notre guise si l’on veut que certaines actions se fassent automatiquement afin d’adapter la jouabilité à notre style de jeu. L’action se déroule dans un environnement destructible ou tous les obstacles peuvent être détruits. En avançant dans le jeu, Steel débloquera un canon sur son bras manquant et elle pourra détruire les murs avec ses projectiles explosifs. Cela fait donc en sorte que les décors sont assez rudimentaires. Il s’agit entre autres de murs, de plateformes, d’escaliers, de vitres et de portes au couleur fluorescente qui ne servent qu’a être détruit. On se croirait dans une zone d’entrainement et c’est pareil à chaque chapitre. Comme l’action est très intense, il en va de soi que la musique le soit aussi. On y porte très peu attention a cause du caractère très demandant du jeu.

Le fait que le jeu se concentre plus particulièrement sur la jouabilité et la fluidité des mouvements, cela fait en sorte qu’il en délaisse malheureusement l’histoire, les décors et les PNJ. Ils ressemblent à des humains de loin, mais plus on se rapproche moins les détails sont précis.  Selon moi c’est un jeu qu’on délaissera rapidement. Le jeu est assez difficile en soi, j’ai dû naviguer entre les divers paliers de difficultés pour passer à travers certains passages. Malencontreusement au pallié le plus facile, il est possible de rester en mode ralenti de manière illimitée ce qui brise totalement la partie, car une des complexités du jeu est de géré son temps de ralenti. Ce jeu n’est pas pour tout le monde et sa difficulté pourrait en rebuter certains d’entre vous.

Pour le premier jeu du jeune studio Greylock, ils ont passé le test. Ça fait longtemps que nous n’avons pas eu droit à un bon jeu de tir acrobatique, cependant il est très limité. Après une bonne dizaine d’heures, vous aurez fait le tour du jeu malgré la campagne, les défis et une création de niveaux disponible. Sa mécanique à un bras amène un aspect différent qu’on a rarement vu au préalable dans d’autres jeux et dans le merveilleux monde du jeu vidéo on sait que différence et innovation sont toujours les bienvenues. En espérant une continuité dans le futur.

7.5 manettes sur 10

Testé sur PC

Je vous laisse une vidéo qui vous démontrera toute l’intensité du jeu en 2 minutes.

Fiche Technique:

Développeur : Greylock Studio

Éditeur : Digerati

Jeu de tirs acrobatique

Solo/Hors ligne

Disponible sur PlayStation 4, PlayStation 5, Nintendo Switch, Microsoft Windows, Xbox One, Xbox Series X et Series S

Langue : 16 langues différentes

Parution : 17 septembre 2021