En 2023, je continue de marteler que les meilleurs jeux et les plus originaux se trouvent du côté indépendant et ce que j’avance continue avec le petit bijoux signé Harvester Games, Burnhouse Lane. Le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne m’attendais pas à ça, alors là, pas du tout.

Fiche technique:

  • Titre: Burnhouse Lane
  • Développeur: Harvester Games
  • Éditeur: Feardemic
  • Genre: jeu d’aventure
  • Style: se joue en solo uniquement
  • Date de sortie: 28 juin 2023
  • Plateforme: PC (2022), Nintendo Switch, PlayStation et Xbox
  • Disponibilité: en version téléchargeable
  • Langues des dialogues: anglais
  • Langue des menus/sous-titres: anglais/français
  • Site officiel: https://www.feardemic-games.com/burnhouselane

Avis du rédacteur:

En lever de rideau, Burnhouse Lane est un jeu développé par une toute petite équipe, un jeu à la fois étonnant et authentique. Le récit raconte l’histoire d’Angie Weather, une infirmière intérimaire avec un pied dans la tombe essayant d’accomplir cinq tâches impossibles afin de récupérer sa vie. Au menu: résolvez des énigmes, faites-vous des amis et des ennemis, courez, cachez-vous et battez-vous dans cette sombre aventure qui vous embarquera dans un aller-retour vers un autre monde… Et que dire des dix premières minutes, vous le remarquerez dans la vidéo ici-bas, m’a littéralement jetée par terre. C’est violent, surprenant, bref, je me revoyais dans cette scène il y a deux ans… et j’en suis encore émotif.

Bref, tout commence avec Angie dans un appartement, sur le point de se suicider, car, après avoir perdu son mari à cause de la maladie, on lui a diagnostiqué un cancer du poumon. Ce qui est fort ironique parce que pour sauvegarder, elle doit… fumer. Après une tentative de suicide ratée, elle reçoit un appel d’une agence pour se rendre à la campagne et devenir l’infirmière d’un vieux fermier appelé George. Après s’être occupé de lui, lui avoir préparé son repas et autres soins connexes, Angie découvre bientôt une étrange porte dans le sous-sol. Elle mène à Burnhouse Lane. Et c’est après ce prologue que l’aventure de la vie face à la mort prend son envol.

Disons que cette région, ce monde, est plus qu’étrange et où se retrouvent les âmes perdues. Une sorte de purgatoire en fait. Dès lors, Angie fait la rencontre d’une entité se nommant The Burned Cat qui lui propose un marché, soit de pendre quatre vies et en échange, son cancer disparaîtra. Elle accepte et son périple débute. J’ai été porté dans une aventure sans précédent, originale, que je n’avais jamais vécue, plein de de surprises, d’horreur, de psychologie et de lieux oniriques, c’est le moins que l’on puisse dire. Ce jeu ne ressemblera à rien de ce que vous avez pu jouer auparavant et est vraiment captivant du début à la fin. Les personnages sont brillamment réalisés et écrits, du propriétaire du magasin de kebab, Omar, à l’actrice américaine que vous sauvez d’un prêtre dérangé et à bien d’autres.

Le jeu fonctionne sur la base d’une liste de choses à faire et à accomplir. Dans le monde réel, vous pourrez vous concentrer sur des tâches de moindre envergure, de petites quêtes et des énigmes à résoudre en utilisant les objets que vous trouverez. À d’autres moments vous serez impliqué dans un combat avec un affrontement à la clé avec une arme récupérez comme un revolver ou une hache, mais à d’autres moments, le meilleur plan d’action sera de se cacher ou de courir. Un volet important du jeu repose sur l’exploration et vous découvrirez certaines choses dont je ne pouvais m’attendre comme prendre le pouvoir des chats pour contrôler les mannequins ou accéder à des zones difficilement accessibles. J’ai vécu un dix heures remplis de rebondissements, d’événements inattendus.

Dans la lignée de sa réalisation, le graphisme est sublime. Les personnages sont dessinés à la main et l’animation est bluffante. Les mouvements s’apparentes à la fonction du « stop-motion ». Ce qui produit un aspect magnifique, étrange et troublant comme certaines scènes horrifiantes et parfois même se rapportant aux films d’horreur des années 80.

Du côté audio, c’est à la hauteur de tout le reste. Immersion, tension et jeu d’acteurs/actrices au summum. La bande originale rehausse le tout avec des thèmes ambiants qui vont de pair avec ce qui est montré à l’écran.

Au final, Burnhouse Lane vous captivera de la première scène à la dernière. Vous aurez droit à une superbe réalisation, de magnifiques panoramas et d’une histoire à vous glacer le sang. Haute recommandation il va s’en dire.

Points positifs:

  • L’histoire est captivante et stressante.
  • L’ambiance en général.
  • Le jeu des acteurs/actrices.
  • Le graphisme à la main.
  • Une belle originalité.
  • Durée de vie conséquente.

Points négatifs:

  • Très dérangeant par moment.
  • Le moyen de sauvegarder… ouais, bon.

Le jeu fut testé sur la Xbox Series X via un code de téléchargement qui fut gracieusement offert par la firme Feardemic.

Cote FG: 8.5/10

Voici un aperçu du jeu que j’ai réalisé:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :